Néoplanète n°8 avr/mai 2009
Néoplanète n°8 avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de avr/mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : trois hommes et un coup fin : le fim « Home ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
[S’ENGAGER] Festival Science Frontières : gratin au menu ! 25 ans déjà que ce rendez-vous initié par Jean-Yves Casgha réunit chercheurs et grand public au service des sciences et de l’environnement, entre réflexion de haute tenue et convivialité. Et toujours autant de moments forts… Jean-Marie : des anecdoctes à la Pelt ! Le présidentfondateur de l’Institut européen de l’écologie est l’auteur d’un nouvel essai paru en début d’année, « La raison du plus faible », une fable sur l’énergie des petits, réputés faibles. Un ouvrage fourmillant d’anecdotes puisées au cœur d’un monde végétal et animal, pas si éloigné du débat sur « La Belle vert » auquel il participera. Le sujet : le végétal sera-t-il la solution pour remplacer toute la chimie traditionnelle issue du pétrole ? Sait-on tout ce que l’on doit savoir des plantes ? 25 e Festival Science Frontières, du 2 au 5 avril 2009 à Marseille. Pour voir les vidéos du festival et les interviews des participants : www.sciencefrontieres.com Watt’sup ?, l’enquête qui tue C’était une des voitures les plus simples et rapides à produire. Elle roulait grâce à l’électricité, ne produisait pas d’émissions de gaz et permettait à l’industrie automobile américaine d’être à la pointe de la technologie. Alors pourquoi General Motors a-t-elle détruit toute sa flotte de véhicules électriques EV1 à l’aube des années 2000 ? Au travers de son documentaire, le réalisateur Chris Paine enquête sur les événements qui ont conduit à cette destruction silencieuse. Who killed the car ? est édité en DVD chez Sony Pictures. Soigner les hommes, soigner la Terre, Changer le rapport que l’Homme entretient avec la Terre, est-ce suffisant pour assurer notre pérennité ? Saurons-nous reprendre notre place naturelle dans l’écosystème pour assurer une sauvegarde réciproque ? Ou resterons-nous le pire parasite que la planète ait connu ? Qui doit protéger et soigner l’autre ? Chaque jour de nouvelles infos Chaque semaine une newsletter Vous ne nous voyez pas Ecoutez-nous ! Le seul magazine en version audio et accessible aux mal-voyants sur www..fr Konstantin Yuganov/Fotolia
Prix Nobel de la Paix 2004 Avec le fondateur de la Croix- Verte Michael Gorbatchev, le scientifique James Lovelock et le philosophe Edgar Morin, la Prix Nobel de la Paix 2004, Wangari Maathai, est l’une des voix du film Nous resterons sur Terre. Propos recueillis par Marc Besse Face à la situation de la planète, vous nous invitez à agir. Que diriez-vous à quelqu’un qui est sur le point de se décourager ? L’un de mes messages est toujours… qu’on ne doit pas et qu’on ne laissera pas tomber. Il faut être créatif, nous demander, dans nos vies, que puis-je faire pour aider la planète ? Je pense au concept japonais « Mottainai » qui condamne le gâchis. Certains planteront des arbres comme je le fais. D’autres protègeront les sols ou prendront les transports en commun ! Vous pouvez cultiver vos légumes, consommer local tant que possible, soutenir vos agriculteurs… et aussi : vous éduquer ! Il est très important que nous ne nous laissions pas ensevelir par nos sociétés d’information, qu’on ne se laisse pas dicter nos pensées. Nous devons nous informer, éduquer nos enfants et leur apprendre à apprécier la nature. De nombreuses communautés revendiquent à nouveau leur liberté, leur capacité à produire leur nourriture sur leurs terres… C’est encourageant car cela reflète la prise de conscience que nous ne voulons pas être dépendants de quelques sociétés ou individus. Si j’avais un conseil, ce serait : impliquez-vous localement, protégez vos rivières, vos sources, luttez contre l’érosion des sols ! Quel que soit notre niveau de développement, au bout du compte, nous ne sommes qu’une espèce, des êtres humains dépendant d’autres formes de vie. Et que voulons-nous pour notre espèce, disparaître ou survivre ? Que signifie exactement le concept de Mottainai ? Je l’ai découvert lors d’un de mes séjours au Japon. Ce concept traditionnel bouddhiste nous invite à être humbles et reconnaissants vis-à-vis de toute création, à utiliser les ressources avec respect, sans les gâcher. C’est un concept bien connu [15] [S’ENGAGER] Wangari Maathai La femme des bois Martin Rowe là-bas et je trouve fascinant qu’il nous vienne tout fait d’un des pays les plus consommateurs en ressources au monde, d’un pays hyper industrialisé ! Ça m’a touché qu’un pays si « avancé » d’un point de vue technologique puisse puiser ce genre de philosophie dans son héritage culturel et religieux, dans un système de valeurs hérité du bouddhisme. Ça remonte vraisemblablement à une époque où respect et frugalité s’imposaient. Nous resterons sur Terre, un film d’Olivier Bourgeois et Pierre Barougier, à partirdu 8 avril. Et une campagne mondiale d’éducation au développement durable lancée le 3 avril avec l’Unesco.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :