Néoplanète n°8 avr/mai 2009
Néoplanète n°8 avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de avr/mai 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : trois hommes et un coup fin : le fim « Home ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
[S’ENGAGER] Extrait du film « Home », Source chaude du Grand Prismatic, parc national de Yellowstone, Wyoming, États-Unis (44 ° 31’N - 110 ° 50’O). 3hommes et un coup fin Joli coup ! Un film diffusé gratuitement dans plus de 80 pays pour la Journée mondiale de l’environnement, le 5 juin, c’est une grande première ! Une première française, née de la rencontre entre Luc Besson, YannArthus-Bertrand et François-Henri Pinault, mécène du projet. Par Yolaine de la Bigne Mécène, François-Henri Pinault Mécène… le mot fait rêver en ces temps de vaches maigres. Pour le big boss de cette société du luxe qu’est PPR (Pinault-Printemps-Redoute), le développement durable n’est pas qu’une belle image sur papier glacé. En période de crise, n’est-ce pas une folie d’avoir déboursé 10 millions d’euros sur 3 ans pour le film Home ? Il y a presque deux ans, j’ai décidé de m’associer à YannArthus-Bertrand et Luc Besson dans ce magnifique projet sans précédent : pour la première fois dans l’histoire du cinéma, un film sortira le même jour, dans le monde entier, gratuitement, sur tous supports, salles de cinéma, télévision, Internet et DVD ! En soutenant Home, le premier objectif de PPR est la sensibilisation du plus grand nombre aux enjeux sociaux et environnementaux [10] de notre monde. Je crois que c’est justement en cette période difficile de crise économique que les gens sont plus attentifs aux valeurs de sincérité et de solidarité. Ils privilégient l’éthique, le respect de l’environnement, l’intégrité. Au-delà de la conjoncture, je crois qu’un profond changement structurel est en train de toucher la consommation mondiale en faveur du développement durable. Le groupe PPR et l’ensemble de ses 88 000 collaborateurs sont très fiers de participer, à travers ce film, à la prise de conscience générale de l’état de notre planète. C’est un devoir, non une folie. Il est temps d’agir. YannArthus-Bertrand/Film « Home » - une coproduction Elzevir Films/europacorp Thomas Sorrentino
YannArthus-Bertrand/Film « Home » - une coproduction Elzevir Films/europacorp L’industrie du luxe est-elle, par son pouvoir économique et d’influence, un vecteur essentiel pour imposer les valeurs écologiques au monde ? Il ne s’agit pas uniquement d’imposer des valeurs écologiques, stricto sensu, mais plus globalement de prendre conscience des enjeux du développement durable. Nous devons agir de façon responsable tant dans le domaine social qu’environnemental. Il se trouve que luxe et développement durable partagent des valeurs communes qui sont la protection des ressources naturelles et des talents, la pérennité et la transmission. Les clients du luxe exigent naturellement le meilleur. Depuis la conception jusqu’à la distribution en passant par les conditions de travail des collaborateurs, la transparence et l’intégrité sont de rigueur. Ces exigences guideront toujours le luxe pour le rendre irréprochable. Le luxe fait rêver et crée des tendances. À ce titre, il est visionnaire et montre le chemin en répondant d’ores et déjà aux nouvelles exigences de consommation citoyenne. Non seulement le luxe a les moyens de donner l’exemple en matière de développement durable, mais cela relève à mes yeux de son essence et de sa responsabilité. On connaît votre intérêt pour la défense de la planète. Quelles sont vos priorités, les actions prochaines de PPR ? Depuis treize ans (1996 : signature de la charte éthique), nous développons la politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE) du groupe dans une démarche de progrès continu. En 2007, PPR a accéléré et structuré sa politique RSE en créant une direction dédiée à ce sujet. Elle est représentée au Comité exécutif et m’est directement rattachée. Nous avons également défini sept enjeux stratégiques RSE pour 2008-2010. Ces priorités concernent les fondamentaux de nos métiers : chaîne d’approvisionnement, logistique, infrastructures, offres produits, mais aussi l’employabilité, la diversité et la solidarité que nous devons développer avec les communautés locales et la société civile. Ces priorités structurent désormais les approches [11] [S’ENGAGER] « le luxe a les moyens de donner l’exemple en matière de développement durable, cela relève de sa responsabilité » RSE du groupe et de toutes ses marques et enseignes. Elles servent de cadre de référence commun. Chaque société du groupe s’est approprié ces sept enjeux et les décline sur son périmètre, selon son business modèle. Par ailleurs, nous avons récemment annoncé le lancement de la Fondation d’Entreprise PPR pour la Dignité et les droits des femmes. Notre engagement, notre combat est double : lutter contre toute forme de violences faites aux femmes et promouvoir l’aide au développement au bénéfice des femmes. Femmes au puits près de Khudiala, Rajasthan, Inde (26 ° 26’N - 72 ° 40’E). Ressources en eau et dignité des femmes restent au cœur du débat. Kai Juenemann



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :