Néoplanète n°7 fév/mar 2009
Néoplanète n°7 fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de fév/mar 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (199 x 269) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 70,5 Mo

  • Dans ce numéro : Nothomb, la nature d'Amélie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
[s’engager] « L’écologie est probablement le seul domaine où l’humain peut comprendre la notion de solidarité : soit on s’engage ensemble, soit l’action n’a aucun sens. » que j’écris sur des cahiers d’écolier, en exploitant chaque page au maximum, puisque je déborde sur la marge. Bien évidemment, le papier est recyclé ! Et je publie de tout petits livres (rires) ! Est-il vrai que, pour vous mettre en « mode créatif », vous revêtez un manteau en poil de chameau ? Pas en poil de chameau, mais en laine des Pyrénées. Le cérémonial se passe toujours sur le même divan. J’écris en posant mon cahier sur mes genoux, car c’est la position qui m’inspire le plus. Pour écrire, j’ai besoin de tout un tas de choses. Y compris d’une énergie paranormale ! J’ai constaté qu’en avalant d’un trait un demi-litre de thé kenyan trop fort le matin, je faisais exploser ma tête pour obtenir, in fine, la frénésie et les tremblements nerveux qu’il me faut pour écrire ! L’écologie vous intéresse ? C’est primordial ! J’ai plusieurs fois voté pour des listes écologistes, en Belgique. C’est moins désespérant que de voter écolo en France, car le scrutin est proportionnel. Vous êtes donc sûr que ceux que vous avez choisis seront représentés au gouvernement. Pour moi, l’écologie représente l’ouverture. C’est probablement le seul domaine où l’humain peut comprendre la notion de solidarité. C’est l’occasion de nous réunir : soit on s’engage tous ensemble, soit ça n’a aucun sens ! Il paraît que vous menez un combat écologique en ce moment ? Oui ! L’un de mes grands sujets de dispute de couple, c’est le robinet. Notamment pour le brossage de dents. Pour éviter de laisser couler l’eau, je prends un verre : un geste stérile pour celui qui partage ma vie. Ce qui engendre des disputes infinies. A ses yeux, c’est une goutte d’eau dans la mer. Ce à quoi je réponds : « Une goutte d’eau dans la mer, c’est déjà quelque chose ! ». Vous qui avez passé une partie de votre enfance au Japon, savez-vous si la protection de l’environnement interpelle l’Empire du Soleil-Levant ? Je me souviens de l’effroyable pollution qui y régnait, [12] lorsque j’étais enfant. La mer était une immense déchetterie à ciel ouvert. Il y avait des jours où les gens mouraient d’étouffement tant l’air était vicié ! Depuis, le Japon a évolué. Malgré quelques problèmes comme la chasse à la baleine. Comme je le raconte dans mon livre « Ni d’Eve ni d’Adam », à la fin des années 1980, j’avais un fiancé japonais absolument charmant. Un garçon doux, civilisé ; pourtant, même lui mangeait de la baleine. Ce qui provoquait de grandes chamailleries. Quand je lui faisais remarquer que manger de la baleine était purement scandaleux, il me répondait : « Tu as tout à fait raison, mais ce n’est pas de ma faute si c’est si bon ! ». Comme je ne voulais pas mourir idiote, j’ai fini par goûter et j’ai trouvé cela infect ! C’est une question culturelle : j’ai essayé de faire avaler à ce garçon du camembert et il trouvait cela ignoble. Fort heureusement, le camembert n’est pas antiécologique. Du moins, pas à ma connaissance ! Votre sœur, Juliette Nothomb, vient de publier « La Cuisine d’Amélie » (aux éditions Albin Michel) un recueil de recettes. Vous qui êtes gourmande, vous n’ignorez pas que le troisième pollueur au monde est l’industrie de la viande ? C’est une évidence ! J’adore la viande, mais si j’en mange deux fois par semaine, c’est le bout du monde ! A la base, ce n’est même pas par conviction écologique, c’est par paresse. Je cuisine peu et quand je mange de la viande, c’est au restaurant. Dans le livre de Juliette, on ne trouve que des recettes respectueuses de l’environnement. Notamment ma recette bio préférée : les spaghettis de courgettes. Je dis bien « de » courgettes, car ce ne sont pas des pâtes, mais des émincés de courgettes, coupés comme des spaghettis. Cuit à la vapeur, c’est excellent. Et avec un coulis de poivron rouge et de tomate, c’est encore meilleur ! Vous êtes le seul écrivain au monde capable de retourner ses pouces à 180 degrés… Ce qui, écologiquement parlant, ne mène nulle part. Mais si, un jour, je n’ai plus de succès dans la littérature, j’en aurai encore dans les foires ! www..fr Retrouvez l’interview complète (écrite et audio) d’Amélie Nothomb, ainsi que l’entretien avec Brad Pitt sur les maisons écologiques qu’il fait construire pour les démunis de La Nouvelle- Orléans, dévastée par le cyclone Katrina il y a trois ans. Jean-Baptiste Mondino/Frank rousseau - Kel Epok Epik
[13] Plus de people ? www.neoplanete.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :