Néoplanète n°6 déc 08/jan 2009
Néoplanète n°6 déc 08/jan 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de déc 08/jan 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (201 x 271) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 68,4 Mo

  • Dans ce numéro : Léo prie pour un monde plus écolo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
[cocooner] La maison du bionheur Pas forcément besoin d’être architecte pour s’offrir une maison écolo ou « basse consommation ». L’habitation du XXI e siècle concilie les nouvelles technologies et des connaissances que maîtrisaient parfaitement nos ancêtres. Par Vincent Rondreux Vous voudriez bien avoir une maison qui nécessite peu d’énergie, où il serait facile de trier les déchets, récupérer l’eau, produire de l’électricité… Hors de prix ? Pas sûr. Vous n’obtiendrez peut-être pas une habitation 100% écolo, mais vous pourrez vite progresser. Et votre investissement d’aujourd’hui fera, demain, la valeur de votre maison. [22] Plongez dans le bioclimatisme Deux possibilités : soit vous construisez, soit vous rénovez. Dans le premier cas, tout est permis. Pensez à l’emplacement possible de la maison et à sa conception générale. Un terrain en pente offre une circulation naturelle de l’air. Une construction semi-enterrée limite les variations de température. N’oubliez pas l’orientation : dans les pays tempérés, avec des ouvertures au sud, on profite du soleil l’hiver et on s’en protège l’été. Ce sera encore plus efficace avec des arbres à feuilles caduques et un bassin de récupération des eaux pluviales, pour rafraîchir l’air chaud par évaporation. Sur la façade nord, dénuée d’ouverture, des végétaux persistants protègent des vents froids. Le plan de l’habitation, compacte, a également une influence : une véranda bien aérée au sud sera une zone tampon, tout comme le seront au nord un garage, une buanderie, des placards et un local à poubelles suffisamment grand pour pratiquer le tri. Voilà, vous n’en êtes qu’aux plans, mais vous vous sentez déjà un peu plus en harmonie avec la nature…Vous venez de faire Markus Tretter/Lindau
Bonnes lectures• Construire écolo : pour une maison économe en énergie, de Michel Villoz, éditions Dunod, 19 euros.• Manuel de construction écologique, de Clarke Snell, Tim Callahan, éditions La Plage, 34,50 euros.• La Conception bioclimatique, des maisons confortables et économes, de Jean-Pierre Oliva et Samuel Courgey, éditions Terre Vivante, 35 euros.• Ma maison écolo, 365 gestes verts au quotidien, de Noëlle Saugout et Daniel Ichbiah, éditions de L’Archipel, 14,95 euros.• Ecological Houses, textes de Sarah Rich, éditions TeNeues, collection Design Pockets, 19,90 euros. vos premiers pas dans le « bioclimatisme », avec de sérieuses économies à la clé. Ce n’est pas fini. Les ponts thermiques, c’est-à-dire les discontinuités dans l’isolation, sont voraces en chauffage. Pour les combattre, il faut isoler la maison de l’extérieur et non plus de l’intérieur. L’isolant peut également être intégré à la structure de l’habitation : c’est le cas des maisons à ossature en bois qui, en plus, stockent du carbone ! Mais cela ne dispense pas de limiter toutes les déperditions (fenêtres, portes, prises de courant…) et de soigner la ventilation, que celle-ci prenne la forme d’une VMC (ventilation mécanique contrôlée) ou d’un puits climatique, système de ventilation naturelle utilisant la fraîcheur du sol. La capacité des murs à stocker et à restituer progressivement la chaleur est, elle aussi, à étudier. De l’ultramoderne avec du traditionnel Pour tous les éléments de construction, notez bien les qualités des matériaux naturels : techniques de terre cuite et de terre crue qui font « respirer » la maison, végétalisation de toiture qui isole, régule les fortes pluies et capte du CO 2, ouate de cellulose, fibre de chanvre et brique de chanvre et de chaux pour le confort thermique et hygrométrique… Sans oublier les peintures propres, qui ne contiennent ni phtalates, ni dérivés de pétrole, ni nocifs COV (composés organiques volatils), mais sont simplement faites avec des huiles végétales (lin, ricin, tournesol, chanvre…) et des colorants naturels. Constat amusant : on reprend en fait régulièrement les connaissances de nos ancêtres, qui construisaient avec des matériaux locaux, aménageaient les ouvertures, toits et pignons en fonction du climat et de leurs besoins, plantaient des iris sur les faîtages afin qu’ils boivent l’eau de pluie… Bref, des constructions qui s’inspiraient directement de la nature. SOLAIRE : DE L’ÉLECTRICITÉ À REVENDRE ! Autre élément clé : vos sources d’énergie. Si vous visez le zéro CO 2, oubliez le fioul et le gaz… Vous pouvez certes planter une éolienne personnelle dans votre jardin, mais à ce jour, au niveau domestique, le solaire est promis à un meilleur avenir. Il y a trois niveaux d’investissement : simple production d’eau chaude, chauffage de l’eau et de la maison, production de courant électrique. Dans tous les cas, l’énergie solaire isoler la maison de l’exterieur et non plus de l’interieur. [23] étant intermittente, il faudra une énergie complémentaire : chaudière bois à condensation, électricité… Si vous estimez que des panneaux, ou des tuiles solaires pour produire de l’électricité sont trop chers, imaginez néanmoins qu’un jour ce ne sera plus le cas. Laissez donc de la place pour une future installation, sur la partie de votre toit orientée au sud. Et si vous choisissez de produire de l’électricité photovoltaïque dès maintenant, sachez que généralement, vous ne consommerez pas directement votre production : vous la revendrez, à bon prix, à EDF. Et c’est l’alimentation du réseau qui alimentera votre maison. On peut aussi booster l’électricité produite, c’est-à-dire produire par exemple 3kWh avec 1kWh, grâce à des pompes à chaleur. Ces pompes utilisent l’air extérieur, la fraîcheur du sol, et même le vent et le rayonnement solaire. Révolution dans la maison Quid si vous rénovez votre habitation ? Sauf si votre maison est appelée à rester une « épave énergétique » (trop mauvaise orientation, murs malsains, construction inadaptée…), cela peut être moins « polluant » qu’une construction neuve. N’hésitez pas à consulter un architecte. A partir de l’orientation de la maison, on peut décider de faire de nouvelles ouvertures, d’en condamner d’autres, de redistribuer les pièces, de renforcer l’isolation, d’optimiser la ventilation, avec la même approche qu’une construction neuve, mais en recherchant les meilleurs compromis. L’éventail des possibilités d’énergie propre est bien sûr plus restreint : on doit tenir compte de l’orientation du toit, du chauffage initial et, plus que jamais, du coût induit par les travaux… Mais au bout du chemin, c’est quand même la révolution dans la maison ! Pour aller plus loin…• Construction : www.ademe.fr, www.castorama.fr• Chanvre : www.construction-chanvre.asso.fr• Traitement naturel « Wood Protect » : www.saint-gobain.com• Peintures végétales : www.peintures-natura.fr• Climatiseur solaire portable : www.solaria-systems.com• Procédés de géothermie qui captent les calories de l’air et de la pluie : www.airpac.eu, www.geothermie-integree.com• Techniques de rénovation globale pour les « passoires thermiques », projet Mitech : www.effinergie.org Plus de tuyaux ? www.neoplanete.eu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :