Néoplanète n°5 sep/oct 2008
Néoplanète n°5 sep/oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de sep/oct 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : Marion Cotillard comme vous ne l'avez jamais vue.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
[VOYAGER] Ah ! La Réunion, ses pitons, ses cirques, ses remparts, ses torrents, ses coraux, ses espèces végétales et animales, sa forêt encore préservée… Mais aussi ses affres, ses excès, ses plantes « exotiques » envahissantes, ses oiseaux disparus, ses centrales à charbon et à fuel lourd, ses systèmes d’épuration… Sur cette île faite de contrastes et d’isolement, sculptée plus vite qu’ailleurs par le volcanisme, les effondrements et l’érosion, dans ce « laboratoire du vivant » où les reliefs et le climat jouent à multiplier les milieux naturels et les types de vie au gré des pluies, des vents ou de l’altitude, on comprend peut-être mieux le fonctionnement de la Terre et les risques potentiels du bouleversement climatique en cours. Et on préfère désormais s’aider de la nature plutôt que de lutter contre ! On veut être un espace d’« excellence internationale » pour le développement durable. Objectif : l’autonomie énergétique à l’horizon 2030. Une ambition marquée par le sceau du Grenelle La Réunion L’île aux Voulant abandonner charbon et pétrole d’ici à vingt ans, l’île de la Réunion veut se fournir en énergie auprès du soleil, du vent, du volcan, de la mer… Et elle a déjà une solution pour stocker l’énergie. Par Vincent Rondreux [42] de l’environnement et ayant donné lieu au projet Gerri (Green energy revolution – Réunion island). BiomAssE Et VolcAn à la REscoussE Ici, les importations de charbon et des dérivés du pétrole représentent - sans tenir compte des transports - plus de 60% de la production électrique. L’un des principaux paris, c’est de créer un « mix énergétique » avec les nombreuses ressources renouvela-
bles dont dispose l’île : eau des rivières, solaire et éolien, géothermie avec le volcan, biomasse et biogaz avec la canne à sucre et les déchets, énergie des vagues, des courants et énergie thermique des mers avec l’océan… Actuellement, l’énergie hydroélectrique et la bagasse, déchet issu de la canne à sucre, que l’on brûle pendant environ la moitié de l’année dans des centrales thermiques à la place du charbon, représentent 36% de la production électrique. Les chauffe-eau solaires se développent au rythme de 10 000 installations par an. Le solaire photovoltaïque investit les toits des usines. L’éolien prend la forme d’aérogénérateurs de plus en plus gros, qui peuvent être pliés à terre à l’approche d’un cyclone. On sonde la région du volcan et les fonds marins pour mieux connaître leur potentiel. On attend pour bientôt de « gros boudins » qui, flottant à la surface de la mer, récupéreront l’énergie de la houle. De l’hydrogène aux différents types de batteries, on étudie tous les moyens de stockage… projets [43] Fermes agrisolaires et anti-cyclones : un système qui permet de stocker l’énergie. : Plus d’infos sur www.neoplanete.eu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :