Néoplanète n°5 sep/oct 2008
Néoplanète n°5 sep/oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de sep/oct 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : Marion Cotillard comme vous ne l'avez jamais vue.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
[s’aimer] « T’en es où avec ta dépression ? - En ce moment, ça va. Je vois régulièrement mon écopsy. Et depuis que j’ai adopté un arbre, je reprends pied. La semaine prochaine, je pars en stage d’immersion complète dans le parc naturel régional du Vercors, histoire de renouer avec mon inconscient écolo. Cinq jours de méditation et de communion avec la montagne, les oiseaux et les brins d’herbe. Tu devrais venir, tu sais. » Dialogue de fous ? Pas si sûr. On devrait même l’entendre un jour chez nous, si le courant de l’écopsychologie, made in USA, traversait l’Atlantique. RenoueR avec noTRe inconscienT écolo Non, ça n’est pas un concept fumeux de plus (enfin, à vous de juger). L’écopsychologie est une pratique développée depuis les années 1980 par plusieurs thérapeutes et universités américains on ne peut plus recommandables (il y a même un « Ecopsychology Institute » à Cambridge). L’idée de base est simple. Nous, êtres humains, sommes partie intégrante de la nature. Nous appartenons à la même famille en quelque sorte. Or, en vivant au cœur des villes, en évoluant dans un monde industriel, en participant à une société de surconsommation, nous sommes coupés de nos origines et nous en souffrons. Les conséquences se nomment dépression, stress… Pour guérir et aller mieux, il nous faut renouer avec ce parent proche. Et pour y parvenir, les « Sigmund Freud » de l’écopsychologie, fondateurs de ce mouvement, préconisent de réveiller notre « inconscient écologique ». Ce lien fondamental avec la nature sauvage, plus ou moins profondément enfoui, qui ne demande qu’à être découvert et interrogé. Quoi de neuf là-dedans ? Ce n’est rien que du bon sens, pensez-vous ? Oui, mais pas seulement. Parce que la diffusion des principes de ce mouvement pourrait réellement nous être utile et marquer une avancée. Primo, dans une optique individuelle, pour que chacun d’entre nous puisse aller mieux, trouver la voix de son équilibre (lire nos conseils pour une autoécopsychothérapie pages suivantes). Secundo, parce que les écopsychologues [20] proposent également d’accompagner le changement auquel nous devons faire face pour sauver la planète, en brandissant des arguments positifs. PosiTive aTTiTude Car aujourd’hui, pour nous inciter à des comportements respectueux de la planète, une bonne partie des écologistes brandit, faute de meilleurs moyens, les armes de la culpabilité, la peur du lendemain. Si nous ne mangeons pas bio, les pesticides vont continuer à polluer les nappes phréatiques et gonfler encore les chiffres du cancer. Si nous n’économisons pas l’énergie, le réchauffement de la planète va provoquer des Ecopsychologie : le concept qui C’est une idée récente, née aux Etats-Unis, qui nous invite à renouer avec la nature. Celle qui est en nous et celle qui est autour de nous. Une façon de se soigner, mais aussi d’accompagner le changement d’ère auquel nous faisons face. Par Emmanuelle Vibert
catastrophes climatiques en série… Ce discours est utile, mais pas suffisant, disent les écopsys. Leur idée, pour nous aider à accomplir ce changement profond de civilisation ? Faire vibrer cette partie de nous en accord avec la nature. Si nous ressentons, au plus profond de nous-mêmes, que protéger la planète, c’est nous protéger nous-même, alors nous changerons de comportement, naturellement. EntrEz En écopsychoanalysE « J’aimerais voir le mouvement écologiste se poser à lui-même cette question », déclare Theodore Roszak, professeur d’histoire à l’université de Californie et grand ponte de l’écopsy : « Sommes-nous liés à cette planète par quelque chose qui renforce et affirme la vie et qui puisse séduire les gens, si bien qu’ils trouvent à l’intérieur d’euxmêmes une voix de la terre qui leur parle monte avec un sens de l’amour, du respect et de la confiance ? ». Rien que ça ! Et comment s’y prend-on docteur Roszak ? Vous devez en avoir une idée, vous qui avez édité en 1995 le livre Ecopsychology : Restoring the earth, healing the mind, considéré comme un des fondements du mouvement… « On devrait demander aux gens pourquoi ils font des choses écologiquement négatives. Et écouter leurs réponses avec la même sensibilité que celle d’un thérapeute lorsqu’il pose des questions sur les problèmes surgissant dans les liens de parenté. Il s’agit aussi de liens de parenté entre des personnes et l’environnement naturel. Pourquoi cette relation n’est-elle plus en harmonie ? » De cette écopsychothérapie entreprise par les individus découlerait le changement collectif. Chacun se mettrait à agir différemment et la planète se porterait beaucoup mieux. L’écopsychologie est la rencontre de deux concepts qui n’avaient, a priori, rien à voir. Pour Theodore Roszak, c’est simple : « La psychologie a besoin de l’écologie ; l’écologie a besoin de la psychologie. Idéalement, vous savez, viendra un jour où nous n’utiliserons plus un terme comme écopsychologie. La psychologie sera comprise comme intégrant une trame écologique. » Un concept comme celuici, qui réconcilie l’intime et le collectif, qui veut le bien de la planète, tout en se souciant de notre bonheur... On est preneur, non ? Pour creuser le concePt le site de l’International community for ecopsychology, (en anglais, aucun site français sur le sujet n’étant encore recensé), vous oriente vers un tas de sources instructives sur la question : www.ecopsychology.org Faites votre écopsycho perso page suivante a [21] www.neoplanete.eu Dora Pete/www.sxc.hu/PeParkk/www.sxc.hu/Lynne Lancaster/www.sxc.hu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :