Néoplanète n°4 jui/aoû 2008
Néoplanète n°4 jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jui/aoû 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : rencontre avec Harrison Ford; Cameron Diaz, Steven Spielberg, Sigourney Weaver...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
[bouger] DR Le Shell Eco-Marathon met les gaz ! comment améliorer le rendement énergétique tout en réduisant les émissions de co 2 des véhicules ? tel est le défi proposé par le Shell eco-marathon, auquel ont participé des milliers d’étudiants européens. Parmi ces voitures du futur, l’urban concept de l’aforp, que nous avons suivie pour quelques tours de piste…. Par Stéphane Aitaissa 3836 km avec 1 litre de carburant ! les différentes éditions du Shell eco-marathon ont permis d’établir des records assez incroyables. Petit palmarès, par catégorie de véhicules : Pour leS PrototyPeS : moteur à combustion 2004 – lycée la Joliverie : 3410 km * Pile à combustible 2005 – etH Zurich : 3836 km* Pour leS urban concePt : moteur à combustion 2005 – louis delage-cognac : 425 km* Pile à combustible 2005 – university of denmark : 810 km* * avec l’équivalent d’un litre de carburant Après un démarrage poussif en 1985, avec 15 équipes engagées au départ pour sa première édition, le Shell Eco-Marathon a trouvé sa vitesse de croisière. Aujourd’hui, ce sont plus de 200 teams, représentant 25 pays d’Europe, qui participent à l’épreuve. Le challenge : construire et conduire un véhicule capable de parcourir la plus longue distance possible avec l’équivalent d’un litre de carburant. Des principes d’efficacité énergétique en adéquation avec les efforts initiés par l’Union européenne : encourager un développement durable et rentable du transport, tout en adoptant un changement d’attitude face à l’énergie. Le but est aussi d’esquisser nos futurs modes de transports. Parmi les projets, citons pêle-mêle des systèmes [44] permettant au véhicule de récupérer l’énergie au freinage, des moteurs hybrides fonctionnant à l’éthanol et recyclant les gaz d’échappement ou des véhicules alimentés au GTL, un carburant dérivé du gaz naturel, sans soufre, incolore, inodore, biodégradable et présentant d’excellentes qualités de combustion. L’Aforp, court… circuit Pour sa huitième participation à l’épreuve, l’Aforp (1), un établissement d’apprentissage, a misé sur le durable. Les étudiants ont récolté un millier de canettes de soda pour la conception de la coque. Au final, 340 boîtes ont été utilisées pour la voiture, habillage et réparation compris. Côté DR
Deux catégories De véhicules en piste• le prototype : véhicule profilé pour lequel la première considération en termes de conception est l’aérodynamique et l’optimisation du rendement.• l’urban concept : véhicule construit sur le modèle plus conventionnel de voiture à quatre roues susceptible d’être conduit en milieu urbain. carburant, l’école a opté pour l’éthanol. Malheureusement, la « Défi II » n’a pas vu le bout du chemin. Après dix tours de pistes, elle nous a fait le coup de la panne… Une mésaventure qui n’a pas entaché le moral de ses étudiants, déjà parés pour la prochaine édition. « Nous ne sommes pas dans une logique de compétition », explique Jean-Christophe Bertin, coordinateur du projet. « Ce marathon a plus une valeur humaine et pédagogique. Il est intéressant que nos élèves, la plupart issus de milieux modestes, prennent conscience des enjeux environnementaux à travers un projet à la fois constructif et ludique. » Un état d’esprit qui leur a permis, lors de l’épreuve 2006, L’équipe de l’Aforp, malgré son abandon, reste motivée pour la prochaine étape en Angleterre. de remporter le prix de l’Éducation nationale récompensant la meilleure intégration du projet par les étudiants. En attendant, l’Aforp pense déjà à la prochaine étape, qui aura lieu à Rockingham, en Angleterre. Avec pour objectif de boucler les boucles… À vos marques ! (1) Association pour la formation et le perfectionnement du personnel des entreprises industrielles de la région parisienne (voir Néoplanète n°3). [45] Fiche entreprise L’engagement DD du secteur économique La société Olmix Par Teddy Follenfant Ça roule pour Olmix ! Société créée en 1995 et cotée sur le marché libre de la Bourse de Paris, Olmix est spécialisée dans la chimie verte. Basée à Bréhan, dans le Morbihan, elle réalise 52 millions de chiffre d’affaires et compte près de 250 collaborateurs, sept usines en Europe et est présente dans 80 pays. En lançant le concept Morgane, Olmix a franchi un pas de plus dans son engagement pour le développement durable. Spécialisée dans les innovations haute technologie permettant d’élaborer des produits respectueux de l’environnement, Olmix développe, fabrique et commercialise, auprès des industriels du monde entier, des additifs naturels à la place des additifs de synthèse. En 2007, Olmix a acquis le fonds de commerce du laboratoire français « La Phyto », société de cosmétiques spécialisée dans les produits naturels à base d’argile et d’algues, destinés aux professionnels. LES POINTS FORTS : • Le groupe international breton a mis au point dans ses laboratoires de Ploërmel, la première voiture roulant aux algues vertes ! Baptisé Morgane, ce procédé unique en Europe permet de produire de l’énergie verte en associant algues, déjections animales et déchets végétaux. Le méthane ainsi obtenu offre de nombreuses possibilités d’utilisation, dont le remplacement des carburants classiques par du gaz naturel écologique, sans utiliser de matières premières ou de céréales nécessaires à l’alimentation.• Autre avantage : une réponse écologique aux problématiques environnementales que représentent la pollution aux nitrates et la prolifération des algues vertes sur les côtes bretonnes. La première raffinerie verte Morgane est en cours de construction à Ploërmel ; trois autres unités de production d’énergies renouvelables et de produits naturels pour l’agriculture devraient voir le jour d’ici à 2010. Morgane fait ainsi figure d’exception puisqu’il s’agit du seul pôle de chimie verte à utiliser des algues vertes dans son procédé. Les autres pays européens exploitent en effet le plus souvent du blé ou de l’orge, plaçant de ce fait en concurrence directe filière alimentaire et filière énergétique.• Exemple de bonne gestion et de revitalisation durable du territoire, Olmix va embaucher des jeunes techniciens et ingénieurs dans les années à venir. LES POINTS FAIBLES : Pas grand chose à dire… Olmix respecte en effet les trois piliers du développement durable que sont l’économie, l’environnement et le social. CONSEIL : Entreprise innovante, Olmix devrait développer sa politique de communication.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :