Néoplanète n°4 jui/aoû 2008
Néoplanète n°4 jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jui/aoû 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : rencontre avec Harrison Ford; Cameron Diaz, Steven Spielberg, Sigourney Weaver...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
[s’engager] Préservation de l’or bleu : Cameron Diaz aPPorte de l’eau au moulin [20] DR
Elle est l’une des actrices les plus sexy de sa génération. C’est aussi dans la vie, une fille toujours partante pour plaisanter. Mais quand il s’agit d’écologie, et en particulier de la gestion de l’eau potable, miss Diaz ne rigole plus. Rencontre avec une blonde qui n’a définitivement rien… d’une gourde ! Propos recueillis par Frank Rousseau, à Los Angeles D’où vient votre implication dans la protection de l’environnement ? D’une enfance passée à faire du camping avec mes parents, au grand air. Petite, je rêvais de travailler dans la biologie marine. À 7 ans, j’avais même envisagé d’ouvrir une clinique spécialisée dans la réanimation des poissons rouges (rires) ! L’une de vos plus grandes craintes est la raréfaction de l’eau potable… Près de la moitié de la population mondiale n’a accès ni à l’eau potable ni aux services d’assainissement. Et c’est la première cause de mortalité sur notre planète. L’équation est donc à la fois simple et alarmante. D’autant que la demande en eau double tous les trente ans. En devenant un bien rare, gaspillé par certains, trop cher pour d’autres, convoité par beaucoup - c’est déjà un sujet de tensions majeures entre certains pays - l’eau risque de prendre un caractère encore plus déstabilisateur. La communauté scientifique a d’ailleurs récemment déclaré que l’absence de l’eau, ou sa mauvaise qualité, tue dix fois plus que toutes les guerres réunies ! D’après l’Organisation mondiale de la santé, un Américain consomme en moyenne 700 litres d’eau par jour, un Européen 200 litres, et l’habitant d’un pays en voie de développement non raccordé à un réseau public, à peine plus de 10 litres. Vous pensez, qu’un jour, nous serons rationnés… Le jour où cette épée de Damoclès nous tombera sur la tête, nous n’aurons que nos larmes pour nous rafraîchir ! Arrêter de laisser couler l’eau lorsqu’on se lave les dents, c’est bien, mais ça ne va pas sensiblement et durablement inverser la tendance. Il faudrait surtout commencer par changer notre style de vie. Par exemple, aux Etats-Unis, mettre un terme au développement ou à l’expansion en plein désert de villes comme Las Vegas, avec ces golfs, maisons et piscines construits [21] au milieu de nulle part. À quoi ça sert ? Nous devons aussi revoir nos réseaux de distribution. On estime que 50% de la ressource mondiale en eau potable serait perdue à cause de fuites dans les canalisations ! Vous êtes très impliquée dans « Tappening » (1), une campagne qui vise à limiter la consommation d’eau en bouteille. D’après cette organisation, en 2006, plus de 160 milliards de litres d’eau en bouteilles plastique auraient été bus dans le monde ? Cette eau embouteillée n’est pas plus saine que l’eau du robinet. Elle est surtout beaucoup moins économique, ne serait-ce que pour la quantité d’émission en gaz à effet de serre que représente l’importation d’une eau puisée et embouteillée en France, par exemple, et distribuée sur le marché américain. Vous avez produit « Trippin », une série d’émissions sur l’environnement diffusées sur MTV. Quels sont les lieux sauvages qui vous ont le plus marqué ? À Baja California, au nord-ouest du Mexique, nous avons pu observer probablement l’un des derniers regroupements de baleines bleues. Au Boutan, nous avons roulé durant sept heures sur une route désertique, bordée de collines. Notre grosse angoisse, c’était de tomber en panne ! Il n’y avait rien ni personne à des milliers de kilomètres à la ronde. Chez les Masaï, au Kenya, nous avons sympathisé avec une communauté qui n’avait jamais vu de blancs. L’objectif de cette émission n’était pas de mettre en image une belle blonde faisant fantasmer les mâles lorsque je massais l’arrière-train des éléphants, mais de montrer que la Terre est en sursis si nous ne changeons pas radicalement nos désastreuses habitudes de consommateurs-profiteurs ! (1) www.tappening.com « L’ABSENCE OU LA MAUVAISE QUALITÉ DE L’EAU TUE DIX FOIS PLUS QUE TOUTES LES GUERRES RÉUNIES. » www.neoplanete.eu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :