Néoplanète n°36 sep/oct 2013
Néoplanète n°36 sep/oct 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de sep/oct 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (185 x 245) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 15,2 Mo

  • Dans ce numéro : Néoplanète lance sa webradio.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
NE SOE PLUS UNE ONNE POIRE savourer Santé, fraîcheur, qualité, sécurité, traçabilité des aliments… de quelles informations disposons-nous pour faire notre choix ? Deux pistes : les dates limites de péremption et les labels. Par Yves Leers La DL concerne les denrées alimentaires qui se conservent ors du rérigérateur comme le quinoa. LES DATES DE PÉREMPTION : DÉPASSÉES ? Si les dates limites de consommation sont une source d’information non négligeable, il faut apprendre à bien les lire. Vérifier les dates de péremption des produits frais est, bien sûr, un réflexe sain, même si les choses ne sont pas si évidentes, surtout en ce qui concerne les dates limites d’utilisation remises en cause en Grande-Bretagne, mais toujours défendues par l’industrie agroalimentaire. 36/Néoplanète 36 - sept./oct. 2013• La Date Limite de Conservation (DLC), toujours précédée de la mention « À consommer jusqu’au… », concerne les denrées périssables à conserver au frais, qui, une fois périmées, sont susceptibles de présenter un danger pour la santé humaine (comme la viande ou le poisson en barquette). Cela ne signifie pas pour autant que vous tomberez malade si vous mangez un yaourt dont la date est dépassée de deux ou trois jours, sachant que les distributeurs optent toujours pour des délais de consommation très courts. Il faut être, au contraire, intransigeant sur les viandes et les poissons.• La Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO), précédée de la mention « À consommer de préférence avant le… », concerne, quant à elle, les produits qui se conservent hors du réfrigérateur (tels que les gâteaux secs, les boîtes de conserves, les pâtes, le riz…). Sauf en cas d’altération du produit, le dépassement de la DLUO ne rend pas dangereux l’aliment, qui peut encore être consommé. Le seul risque est une éventuelle perte de goût. À tel point que les Anglais réfléchissent à supprimer cette fameuse date limite, sauf pour les produits frais. En France, curieusement, les dates limites ne sont pas les mêmes I en métropole que dans les DOM. + de labels : pour choisir vos fraises,
ON S’FAIT LABELS ! On s’y perd avec les labels pour les denrées alimentaires. Ils constituent pourtant une bonne garantie, à une condition : qu’ils soient officiels. Il existe de nombreux labels qui se donnent des airs officiels. Ils relèvent davantage du marketing que de l’information. Les vrais labels, eux, sont reconnus par les pouvoirs publics. Ils respectent un cahier des charges, dépendent d’un organisme certificateur accrédité et possèdent un certificat de conformité et une homologation. Fleurissent aussi, ici et là, des dizaines d’autolabels, voire des logos plus ou moins sérieux, créés par des marques qui cherchent d’abord un moyen de se distinguer face à la concurrence. En France, les labels les plus courants sont…• AOC – Appellation d’Origine Contrôlée : elle est liée à un produit, une zone géographique précise et un savoir-faire spécifique. Elle garantit les qualités et les caractéristiques du terroir d’origine et du savoir-faire du producteur. Les AOC se trouvent essentiellement dans les secteurs agricole et alimentaire : produits laitiers, vins, fruits et légumes… 545 produits ont été reconnus à ce jour.• AOP – Appellation d’Origine Protégée : c’est l’équivalent de l’AOC au niveau européen. Elle est attribuée à certains savourer fjr. eX4Ide li ? ; oc 9.111C c „ce, produits agricoles et alimentaires, sauf pour les vins et les spiritueux. Il existe aussi une IGP (Indication Géographique Protégée), dont la signification est très proche de l’AOP.• AB – Agriculture Biologique : au moins 95% des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique, qui interdit l’utilisation des produits de synthèse et des OGM. Ce label est défini dans un cahier des charges très strict, avec des contrôles systématiques, et se décline au niveau européen sous forme d’une feuille verte étoilée.• Label Rouge : il atteste d’un niveau de qualité supérieure. À toutes les étapes de la production et de l’élaboration, le produit Label Rouge doit répondre à des exigences déterminées dans un cahier des charges homologué par l’Inao.• Fairtrade/Max Havelaar : ce label international du commerce équitable A.GRICU LTUF 1310LOGIQI. rassemble des ONG et des producteurs. Il garantit non seulement que le produit a été élaboré dans des conditions respectueuses des droits de l’Homme et de l’environnement, mais aussi acheté à un prix « correct » aux producteurs.• Ecolabel européen : créé en 1992, il est le seul label écologique officiel européen utilisable dans chacun des vingt-huit États-membres de l’Union européenne. En France, il est délivré par l’Afnor (organisme certificateur indépendant). Son principe est celui d’une approche globale qui prend en considération « le cycle de vie du produit, à partir de l’extraction des matières premières, la fabrication, la distribution et l’utilisation, jusqu’à son recyclage ou son élimination après usage ». Pour en savoir plus www.ecocitoyens.ademe.fr/mes-achats aites appel votre bon sens Comme l’annonce la campagne oicielle anti-gaspi ien comprendre les mentions portes sur les emballages alimentaires permet de consommer mieux en se posant les bonnes questions donc derduire le gaspillage. Il s’agit aussi de aire appel votre bon sens. Consommer ne serduit pas lire les tiquettes il suit le plus souvent d’ouvrir les yeux ou d’aceter en deors des grands circuits commerciaux des produits dont on sait qu’ils sont rais ou bien levs : sur les marcs via les Amap ou encore dans les magasins bio. Par exemple la mention Sans pesticides n’existe pas mais le label bio Ac. ci-dessus garantit leur absence. Les direntes aaires de ces derniers mois ont galement montr que les plats cuisins pouvaient aire l’objet de beaucoup de manipulations et que même si ce n’est pas le cas ils sont en gnral trop sals ou trop sucrs. 1 www.alimentation.gouv.fr – 2 www.reseau-amap.org votre vin bio, votre resto … sur www.neoplanete.fr Néoplanète 36 - sept./oct. 2013/37 PHOTOS : FOVITO/FOTOLIA.COM - DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :