Néoplanète n°33 fév/mar 2013
Néoplanète n°33 fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°33 de fév/mar 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (185 x 245) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 27,4 Mo

  • Dans ce numéro : Hugh Jackman.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
EXIT COTON, SOIE ET AUTRES CACHEMIRES, LA BANANE, L’ANANAS ET LE LOTUS SONT LES NOUVEAUX MATÉRIAUX DONT ON SE SERT POUR CONCEVOIR DES TISSUS. SANS OUBLIER LE CHANVRE OU LE BAMBOU. DÉSORMAIS, LES COUTURIERS DU MONDE ENTIER ONT LA FIBRE ÉTHIQUE. Par Delphine Rabasté et Adrien Reuter es créateurs du monde entier sont toujours en quête de nouveaux matériaux plus respectueux de l’environnement pour leurs collections et utilisent des plantes indigènes pour concevoir des tissus.• L’abaca (espèce de bananier) et l’ananas. Aux Philippines, on les mélange au coton ou au lin. Légers et poreux, les tissus fabriqués avec ces plantes sont adaptés au climat tropical et laissent un espoir aux tisserands d’exporter leur savoir-faire. En tête de fil(e) : le styliste Pitoy Moreno, avec ses robes chic cousues à partir d’ananas. Un investissement en temps et en argent, mais qui pourrait s’avérer lucratif à long terme pour les populations locales.• Le lotus. Au Cambodge, dans le nord du pays, les femmes survivent grâce à la cueillette des graines de cette herbacée. Malheureusement, elles laissent la tige dans l’eau. « C’est du gâchis », explique Awen Delaval, à la tête de Samatoa, une coopérative de commerce équitable. Cet entrepreneur travaille à la réalisation d’une étoffe créée avec le fil « soyeux et doux » de la tige. Un pari audacieux qui permettrait d’exploiter cette matière 100% imperméable et anti-attachante. Seul problème : le prix. « Le premier mètre de tissu nous a coûté près de 200 dollars, poursuit Awen Delaval. Après trois mois d’expérimentation, il revient à 40 dollars. » Une barrière qui ne devrait être que temporaire. En Europe aussi, de nouveaux textiles limitent le recours au coton.• Le chanvre fait son come-back grâce à plusieurs marques telles que Hugo Boss et KanaBeach. Utilisé depuis sept mille ans en Chine, mais détrôné par le Nylon aux États-Unis, dans les années 1960, il possède un grand nombre d’atouts. Mélangé à du coton, de la soie ou de la laine, il est solide, hypoallergénique, relaxant et antibactérien. Il absorbe jusqu’à 30% d’humidité sans coller à la peau, assure de la fraîcheur en été, tout en procurant de la chaleur en hiver.• Le bambou consomme jusqu’à quatre fois moins d’eau que le coton et produit un tissu respirant, antibactérien, antiodeurs et anti-UV. Biodégradable et recyclable, la fibre régénérée est d’une douceur exceptionnelle. Des hypermarchés et des enseignes de prêt-à-porter plus haut de gamme, comme Hugo Boss ou Maje, ont adopté le bambou. D’autres, à l’instar des Ateliers de la Maille, en ont fait leur textile fétiche.• La fibre de lait, baptisée Chinon, est fabriquée à partir de protéines issues de la caséine et sert de substitut à la laine. En France, Baby Dior l’utilise depuis quelques années et, en Italie, Fabricha a créé la gamme d’écharpes et de T-shirts You and Milk. La biologiste et créatrice de mode Anke Domaske a réalisé toute une collection à base de cette nouvelle fibre pour la marque Mademoiselle ChiChi installée en Allemagne. PHOTO : BENJAMIN DEROCHE 18/Néoplanète 33 - février/mars 2013
ARRÊTONS DE JETER DE LA NOURRITURE À LA POUBELLE ET DE L’ARGENT PAR LES FENÊTRES ! EN FRANCE, LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE REPRÉSENTE 20 KG DE DÉCHETS PAR PERSONNE ET PAR AN, SOIT 1,2 MILLION DE TONNES D’ALIMENTS CONSOMMABLES QUI PARTENT À LA POUBELLE. CE CONSTAT TRAGIQUE, ÉTABLI PAR L’ADEME DÈS 2010, PREND UNE CONNOTATION PARTICULIÈRE EN PÉRIODE DE CRISE. kg d’aliments encore sous emballages, auxquels il faut ajouter 13 kg de restes de repas (fruits, légumes, pain, viande, etc.) non consommés : en moyenne, 20 kg d’aliments sont jetés par personne tous les ans (soit pratiquement 5% du contenu annuel de notre poubelle) et un gaspillage financier de l’ordre de 400 euros pour une famille de quatre personnes. Sans compter le gaspillage « Salade, gâteaux, légumes, pizzas, et tout ça à volonté ! Nous ne sommes pas dans le frigo d’une famille nombreuse, mais bien dans sa poubelle. Qui n’a jamais laissé pourrir carottes et navets dans son bac à légumes, après en avoir acheté de trop grosses quantités ? Ou jeté à la poubelle une douzaine d’œufs périmés ? » de ressources (eau, énergie, matières premières) et les impacts environnementaux (gaz à effet de serre, acidification, composé organique volatil…). Dans un contexte de crise économique et environnementale, ces chiffres choquent d’autant plus qu’il ne s’agit en rien d’une fatalité et que des solutions simples existent pour faire cesser ce scandale alors que le nombre de personnes n’ayant rien à se mettre sous la dent ne cesse de croître. Se basant sur les chiffres de l’ADEME, le gouvernement a annoncé, fin 2012, une série de mesures opérationnelles et concrètes pour lutter contre ce fléau, qui aboutiront à un pacte national en juin 2013, dont l’objectif – européen – sera de diviser par deux ce gaspillage d’ici à 2025. Parmi ces mesures, une action dans les cantines scolaires et d’entreprises, l’extension de la vente à l’unité dans les supermarchés, une organisation permettant de récupérer des dons alimentaires, un accompagnement des initiatives locales et une série d’actions pilotes pour chacun des grands acteurs de la chaîne alimentaire, du producteur au consommateur. TOUT LE MONDE PEUT AGIR ! « Tout le monde peut agir », affirme le ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot. Pour lui, c’est bien « un enjeu éthique de lutter contre la société de surconsommation, au moment où tant d’hommes sur la planète crèvent de faim ou sont dépendants de l’aide alimentaire ». PHOTOS : D.R. Tous les conseils sont sur http://ecocitoyens.ademe.fr Néoplanète 33 - février/mars 2013/19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :