Néoplanète n°3 avr/mai 2008
Néoplanète n°3 avr/mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de avr/mai 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : Jim Carrey est fan de Néo Planète.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
[PARTICIPER] Le 15 juin prochain, Paris accueille l’European Wind Day 2008, avec une éolienne dans son ciel. L’occasion pour les promoteurs de cette énergie renouvelable, France énergie éolienne (FEE) en tête, de rappeler leur ambition : parvenir à une puissance installée de 25 000 mégawatts (MW) en 2020, soit 10 fois le parc éolien français actuel, en implantant 8 000 puissantes éoliennes sur 2 500 km 2, sur terre et en mer. Avec 387 MW plantés en 2005, 810 en 2006, plus de 1000 en 2007, l’éolien a déjà amorcé son décollage L’éolien : pas un miracle, pas une arnaque Ces moulins à vent modernes génèrent un peu moins d’1% de l’électricité produite en France. En voie de développement, souvent controversée, l’énergie éolienne n’en reste pas moins une des solutions au problème de l’effet de serre. Par Vincent Rondreux en Midi-Pyrénées, dans l’Ouest, au Nord, à l’Est… Selon un sondage LH2-FEE, 90% des Français interrogés y sont favorables. Mais les opposants grondent. Outre ses nuisances (bruit, vue…), cette nouvelle énergie ne serait pas vraiment utile. Elle aboutirait même à la construction de centrales à charbon supplémentaires et ne permettrait pas de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Une arnaque en somme. [4] Perçue au contraire comme la panacée par d’autres, même face au nucléaire, cette solution mérite d’être objectivement reconsidérée. « L’éolien n’est pas la solution, mais l’une des solutions à nos problèmes d’effet de serre », tempère du reste Jean-Yves Grandidier, président de FEE. Parmi ces solutions figurent aussi les économies d’énergie, le solaire, la biomasse, la géothermie, le captage et le stockage du CO 2, les barrages, le nucléaire… Autrement dit, il faut considérer l’éolien non pas isolément,
DR Deux scénarios possibles Freins du développement de l’éolien : l’opinion du public. D’excellents gisements de vent se trouvent sur le pourtour méditerranéen et les littoraux. Mais, faute d’acceptabilité locale, des projets sont freinés dans ces zones, selon Réseau de transport d’électricité (RTE). Ce qui conduit à développer plus de projets dans des régions moins ventées... De son côté, mais au sein du bouquet énergétique et du contexte dans lesquels il s’intègre. C’est le travail de Réseau de transport d’électricité (RTE), une filiale d’EDF. Une énergie intermittente, mais prévisible La production électrique française est traditionnellement assurée par le Quelques chiffres• Une éolienne de 2 MW, équivaut à l’électricité domestique de 2 000 personnes. Selon France énergie environnement, l’implantation de 25 000 MW d’ici à 2020 représente 60 000 emplois et 38 milliards d’euros d’investissement.• 25 000 MW d’éolien, c’est 16 millions de tonnes de CO 2 non émises par an, estime l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie (Adème).• Surcoût actuel de l’éolien pour un ménage français (pour 2 500 kWh par an, hors chauffage électrique) : 0,6 euro par an (source : ministère de l’Écologie/Adème). France énergie éolienne (FEE) reconnaît que des éoliennes perturbent radars météo et militaires. Et pour l’avenir ? Dans un scénario « énergies renouvelables haut », RTE attribue 17 500 MW à l’éolien en 2015, soit 6,5% de la production. Bonne nouvelle : dans ce cas, on prévoit une baisse accrue de la production d’électricité venant du charbon. nucléaire (à 80%), complété par de l’énergie thermique fossile (émettrice de gaz à effet de serre) et de l’énergie hydraulique. Grâce à leur souplesse d’utilisation, certains barrages et centrales à charbon, gaz ou fioul sont aussi utilisés lors des pics de consommation, notamment l’hiver. Un système bien huilé qui nous permet même d’exporter de l’électricité en Europe. Là-dessus, vient maintenant se greffer l’éolien. Mais sur terre, une éolienne fonctionne 80% du temps de manière variable. Il faut donc, si besoin, compléter son action, là encore, par de l’hydraulique ou du thermique. Mais, « si elle est intermittente, l’énergie éolienne est néanmoins prévisible », nuance Jean-Yves Grandidier. Ce qui permet d’estimer la production à l’avance et de gagner progressivement en souplesse. Équilibre géographique Après plusieurs années de production, RTE constate par ailleurs que les éoliennes fonctionnent mieux l’hiver que l’été, sans être forcément gênées par les vagues de froid. Elles permettent [5] L’alternative « éolien faible » n’accorde que 10 000 MW d’éoliennes installées en 2020. Mauvaise nouvelle : « Il est alors nécessaire d’ajouter 5800 MW de moyens thermiques », prévoit RTE. Sans doute du gaz et donc de l’effet de serre ! Au moins jusqu’à cette échéance, l’éolien apparaît donc bien comme une énergie verte. Sans pour autant nous dispenser d’importantes économies d’énergie… donc d’alimenter les pics saisonniers de consommation, en évitant d’allumer des centrales à énergie fossile. Et parce que les vents méditerranéens ne sont pas liés aux vents bretons ni aux vents picards, ils se compensent en partie. Merci Dame Nature. Un parc éolien géographiquement équilibré permet ainsi « une plus grande régularité de la production nationale », précise-ton chez RTE. Mais les grandes pales ne peuvent pas faire de miracles et l’entreprise note qu’il y aurait une limite de croissance, au-delà de laquelle l’éolien nécessiterait la mise en place de davantage de thermique ou d’hydraulique. Cette limite semble loin d’être atteinte en France : en 2006, l’éolien produisait 0,45% de l’électricité, l’hydraulique plus de 11%, le thermique près de 10% (1). Pour la repousser encore, ne faut-il pas également compter, à terme, sur le développement d’un thermique renouvelable (par exemple, biomasse ou biogaz) ? Sur le captage du CO 2 ? Sur le solaire ? Quoi qu’il en soit, notre système énergétique a besoin d’un nouveau souffle. (1) Selon les résultats 2006 de RTE www.neoplanete.eu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :