Néoplanète n°3 avr/mai 2008
Néoplanète n°3 avr/mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de avr/mai 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : Jim Carrey est fan de Néo Planète.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
[S’ENGAGER] [12] DR
Jim Carrey... tourne rond « The Mask » n’a pas son pareil pour devenir vert… de rage. Surtout lorsqu’il s’agit de dénoncer les mauvaises habitudes des Américains en matière d’environnement. Propos recueillis par Frank Rousseau, à Los Angeles Êtes-vous sensible à la protection de l’environnement ? La fibre écologique, je l’ai acquise un peu par nécessité. Mes parents avaient peu d’argent. Nous avons même été contraints, à un moment, de vivre dans un mobile home sur un terrain vague. Dans ces moments-là, vous apprenez à ne pas gaspiller. Lorsque la télé ne fonctionnait plus, on ne la jetait pas, on essayait de la réparer avec les moyens du bord. Chaque année, rien qu’aux États-Unis, on balance plus de 700 000 millions de tonnes d’écrans de télés ou d’ordinateurs ! Sans parler des 50 millions de téléphones cellulaires jetés au pilon ! Si certains sont vraiment cassés, d’autres sont jetés seulement parce qu’ils ne sont plus tendance ! Vous semblez passablement agacé par l’utilisation des sacs plastique ? Cela ne m’agace pas, cela me désespère ! Je mène une guerre permanente contre l’utilisation de ces sacs polluants. Malheureusement, vous avez beau dire aux caissières « Je ne veux pas de sac plastique », ces dernières sont tellement conditionnées qu’elles vous en tendent automatiquement. Un vieux réflexe commercial. N’oubliez pas que l’Amérique est une société de services. Les États-Unis consomment 400 milliards de tonnes d’emballages divers par an. Et sur ces 400 milliards, seulement 2% de déchets spécifiques sont recyclés ! Une ville comme San Francisco a d’ores et déjà pris des mesures drastiques. Les commerçants n’ont désormais plus le droit de distribuer des sacs non biodégradables. Sous peine d’amende ! De plus en plus de stars à Hollywood se mobilisent pour l’environnement. Être « eco-friendly » est devenu très tendance. Une prise de conscience sincère, selon vous ? Nous sommes des personnes publiques. Lorsque nous avons des convictions, nous ne devons pas nous contenter de paroles. Nous, les acteurs, évoluons dans un monde de paillettes et de faux-semblants et ne réalisons pas toujours que le « Le monde ne peut plus être considéré comme un libre-service » [13] monde ne peut plus être considéré comme un libre-service où nous puisons ce dont nous avons besoin, quand nous en avons besoin. Nos ressources naturelles se tarissent, notamment nos réserves de pétrole. D’un autre côté, ne prenons pas les gens pour des imbéciles. Notre métier nous oblige à nous déplacer constamment aux quatre coins de la planète. Je me vois mal me rendre en Europe en planche à voile ! Voyez-vous une évolution aux États-Unis, premier pollueur de la planète ? La Californie se donne en tout cas les moyens d’une politique environnementale sans précédent. Les choses bougent. Les mentalités changent. Par exemple, des parents amènent leurs enfants à l’école à pied, et non plus en voiture. Il est vrai que faire démarrer un moteur pour faire 800 mètres, cela avait quelque chose d’absurde ! C’est comme rouler sous le cagnard dans une voiture décapotable, vitres ouvertes, avec l’air conditionné poussé à fond ! Que pensez-vous de l’investissement des politiques en matière d’écologie, aux États-Unis ? L’écologie c’est avant tout une philosophie de vie, une démarche personnelle et volontaire. En ce qui me concerne, je n’attends rien des politiques. D’ailleurs, je me suis toujours dit que si l’on parvenait à canaliser les forces ô combien démagogiques qui animent parfois nos dirigeants, l’énergie récoltée suffirait à éclairer une ville comme Los Angeles pendant vingt ans ! Tout le monde sait en effet que la plus efficace des éoliennes, c’est le politique. Pour ce qui est de faire du vent, il n’a pas son pareil (rires) ! Actu Horton hears a who, de Jimmy Hayward et SteveMartino. Dans ce dessin animé des créateurs de L’Âge de glace, Jim Carrey prête sa voix à Horton, un éléphant qui vient en aide à une… poussière. Sortie française le 2 avril. www.neoplanete.eu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :