Néoplanète n°23 octobre 2011
Néoplanète n°23 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 27,8 Mo

  • Dans ce numéro : Brigitte Bardot, la lutte anti-fourrure.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
| participer zests La chronique économique de Julie Renauld NE JETEZ PAS LE PAPIER AVEC L’EAU DU BAIN ! Près de 250 milliards de courriers électroniques ont été envoyés par jour, dans le monde, en 2009 (spams inclus). On en attend plus de 500 milliards pour 2013. Chaque collaborateur d’une entreprise française de 100 personnes recevrait, en moyenne, 58 courriels et en enverrait 33 par jour (de 1 Mo). Sur la base de 220 jours ouvrés par an, cela représente des émissions de gaz à effet de serre de 13,6 tonnes, soit 13 vols aller-retour Paris-New York. Alors, vaut-il mieux lire à l’écran ou imprimer le document reçu ? Si le temps de lecture n’excède pas deux à trois minutes par page, lire à l’écran a moins d’impact sur le réchauffement climatique que d’imprimer. Au-delà, l’impression en noir et blanc, recto/verso, de deux pages par feuille devient préférable. Faut-il aussi remplacer les documents par des clés USB, lors des conférences ? Si 100 personnes décident de lire entièrement un document de 200 pages, enregistré sur une clé USB, sur leur ordinateur, les émissions de gaz à effet de serre liées à la transmission de l’information sont multipliées par 8 ; soit une augmentation de 20% de l’empreinte carbone d’une conférence classique avec documents écrits. Que cette clé soit en bambou ne change rien à son impact global. Passer au tout numérique n’est donc pas forcément bon pour la planète, là encore, à nous de trouver l’équilibre. Green Dating – Les Rendez-vous de l’économie durable – Directrice générale Retrouvez p.42 la comparaison entre le livre version papier ou version numérique. L’Hortif est un soutien-gorge dont les bonnets sont… des pots de fleurs. On y met de la terre pour y faire pousser des plantes. Grâce à un système de capteur, les graines bénéficient tant de la chaleur que de l’humidité du corps. Si ce modèle s’arbore surtout sur les plages, certains sont équipés de protections qui permettent de les porter sous des vêtements. Et dans ce cas, on choisit des fleurs ou des légumes qui s’épanouissent dans le noir, comme les endives. Dans le même esprit, on a vu apparaître des Hortislips, mais ils n’ont pas remporté beaucoup de succès. Le Hortif a été conçu au Japon, par Triumph International. Il est vendu en kit plantation, avec un short, dont la ceinture sert de tuyau d’arrosage, et un sachet de semis. La marque de lingerie n’en est pas à son premier coup d’essai, puisqu’elle a également lancé le soutien-gorge sac à main ou solaire. Anne-Caroline Paucot, www.dicodufutur.com Jouez les pots de fleurs ! 6 | NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011 Photos : Rice BRa - DR
Le mot d’Alice DÉCOUPLAGE Ce mot est à la mode dans grand nombre de débats entre économistes et acteurs du développement durable. Mais de quoi parle-t-on ? D’un concept simple : désolidariser la croissance économique de son impact environnemental. C’est-à-dire continuer à créer des richesses économiques, mais en dégradant moins – voire plus du tout – la planète. Ce découplage peut être relatif, si la dégradation environnementale est moins rapide que la croissance économique (mais dégradation il y a). Il peut aussi être absolu, si cette dégradation diminue quand la croissance augmente (effet ciseau). C’est cette formule – et son nouveau modèle économique circulaire et décarboné – qui suscite les débats les plus houleux. Une idée impossible, clame le célèbre économiste Tim Jackson dans son ouvrage Prospérité sans croissance. Si le découplage absolu ne peut être atteint, la seule solution serait une forme de décroissance, une baisse volontaire du pouvoir d’achat. Dans tous les cas, croissance ou pas, il s’agit de faire évoluer notre modèle économique. Alice Audouin, animatrice de www.aliceaudouin-blog.com zests participer |



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 1Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 2-3Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 4-5Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 6-7Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 8-9Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 10-11Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 12-13Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 14-15Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 16-17Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 18-19Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 20-21Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 22-23Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 24-25Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 26-27Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 28-29Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 30-31Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 32-33Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 34-35Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 36-37Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 38-39Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 40-41Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 42-43Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 44-45Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 46-47Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 48-49Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 50-51Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 52-53Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 54-55Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 56-57Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 58-59Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 60-61Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 62-63Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 64-65Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 66-67Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 68