Néoplanète n°23 octobre 2011
Néoplanète n°23 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 27,8 Mo

  • Dans ce numéro : Brigitte Bardot, la lutte anti-fourrure.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
| s’aimer spécial fourrure LA FAUSSE FOURRURE Certes, les modèles sont de plus en plus beaux, mais ils sont confectionnés avec de l’acrylique, une fibre synthétique élaborée à partir de la pétrochimie ! Malheureusement, « l’alternative soie ou coton n’existe pas. Pour l’heure, l’acrylique seulement permet de fabriquer cette fibre qui ressemble tant à la vraie fourrure », regrettent Johanne Sibony et Lisbel Sibony-Mayaux qui ont lancé, en 2008, Vegan, dont les produits ne sont pas testés sur les bêtes et ne comportent aucun matériau d’origine animale. Face aux détracteurs de la fausse fourrure, ces deux sœurs végétariennes mettent un point d’honneur à faire fabriquer leurs créations dans des usines françaises et belges, certifiées Ecolabel, pour réduire l’empreinte écologique. Une empreinte loin d’être neutre pour la fourrure naturelle, si l’on prend en compte l’élevage des animaux, l’abattage, le transport… LE RECYCLAGE VINTAGE Faire transformer le manteau de sa grand-mère par un fourreur est une solution. Harricana (http://www.harricana.qc.ca) en a même fait 26 | NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011 Fourrure Si la fourrure vous hérisse le poil Comment faire si l’on aime la fourrure mais que l’on ne supporte pas de savoir des animaux élevés et tués dans d’atroces conditions ? Existe-t-il des alternatives ? Pas évident… Par Émilie Villeneuve sa spécialité et utilise d’anciennes fourrures pour réaliser vestes, capuches, gants, sacs ou bottes de ski. L’entreprise québécoise recycle aussi bien l’hermine, le lynx, l’écureuil, le renard que le coyote, ce qui lui a permis d’épargner la vie de plus de 650 000 animaux. L’argument semble plaire, puisque, parmi ses clients, on trouve Jeanne Moreau, Johnny Deppou Johnny Hallyday. Harricana, qui se définit comme la première marque « éco-luxe » au monde, commercialise aujourd’hui ses articles dans quinze pays, dont la France. LE RAGONDIN, UNE NOUVELLE MODE ? C’est au début du XiX e siècle que ce rongeur, originaire d’Amérique du Sud, a été introduit aux États-Unis, puis en France, pour sa fourrure brune et soyeuse. Herbivore, l’animal s’adapte rapidement à son environnement, d’où sa multiplication rapide, notamment sur le sol américain. Photos : chEVal : isabEllE long dE l’agEncE satEllitE (dir. artistiquE), carllEssard dE l’agEncE 2m2 - dr - illustration : christoPhE bEssE
Mais suite à l’effondrement du marché de la fourrure dans les années 1980, ce mammifère a commencé à menacer l’écosystème des marais du sud de la Louisiane. Chassé et souvent abandonné mort au milieu des bayous, celui que l’on nomme aussi le castor des marais est devenu une alternative écologique pour les créateurs de mode. Gants, doublures, cols… Même ses dents sont utilisées comme bijoux ! ET SI JE PORTAIS DU LAPIN ? Outre son prix abordable, nombreux sont ceux qui pensent qu’il est d’abord abattu pour sa chair. Faux ! Le lapin exposé spécial fourrure s’aimer | Harricana fait du neuf avec de l’ancien. dans les vitrines, sous forme d’écharpes, de chapkas ou de manteaux (il en faut au moins vingt-cinq pour créer une veste !), n’atterrit pas forcément dans votre assiette. Pourquoi ? Son élevage industriel produit principalement trois races : d’abord, les lapins blancs (de Nouvelle-Zélande et de Californie) qui sont traditionnellement élevés pour leur viande. Jusqu’à présent, leur fourrure n’attisait pas encore les convoitises, mais, suite à une demande grandissante, la donne est en train de changer. Le Rex, lui, est élevé spécifiquement pour sa fourrure, plus veloutée, et son pelage, plus épais. Le Rex Castor est marron et le Rex Chinchilla arbore la même couleur que l’animal dont il porte le nom, avec du blanc sur le ventre. Enfin, l’Orylag a été obtenu NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011 | 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 1Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 2-3Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 4-5Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 6-7Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 8-9Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 10-11Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 12-13Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 14-15Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 16-17Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 18-19Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 20-21Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 22-23Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 24-25Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 26-27Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 28-29Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 30-31Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 32-33Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 34-35Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 36-37Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 38-39Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 40-41Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 42-43Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 44-45Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 46-47Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 48-49Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 50-51Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 52-53Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 54-55Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 56-57Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 58-59Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 60-61Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 62-63Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 64-65Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 66-67Néoplanète numéro 23 octobre 2011 Page 68