Néoplanète n°20 avril 2011
Néoplanète n°20 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 26,2 Mo

  • Dans ce numéro : Francis Cabrel, on l'aime à mourir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
[PARTICIPER] ZESTS LA CHRONIQUE DROIT DE MAÎTRE NICOLAS GARDÈRES Dans l’histoire économique du monde, l’animal a joué un rôle aussi fondamental que négligé. Grâce à leur endurance, leur vitesse ou leur force physique, certaines espèces ont ainsi été les adjuvants indispensables des activités agricoles et industrielles de l’homme. Cependant, la mécanisation systématique de ces deux secteurs et, plus généralement, le phénomène de tertiarisation de l’économie qu’ont connu les pays occidentaux ont déclassé l’animal. Il n’est plus vu comme une force de travail, mais simplement comme un producteur (de lait, d’œufs, de viande…) ou un objet d’agrément et de loisir. Néoplanète 20 - avril 2011 Bosser comme des bêtes ! Ils ont tiré nos charrues, porté nos soldats, alimenté nos corps… Et si les animaux venaient pacifier nos entreprises ? UN STATUT JURIDIQUE POUR L’ANIMAL TRAVAILLEUR Aujourd’hui, dans une logique de développement durable et de responsabilité sociale et sociétale des entrepreneurs, une réflexion sérieuse doit être menée sur l’intérêt de sa réintroduction ou de son introduction dans l’entreprise. De multiples usages (transport de personnes, de produits, de déchets, traction de charges lourdes…) pourraient leur être alloués, aussi bien sur les sites industriels qu’au sein des sociétés de services. Outre son utilité strictement économique, l’animal constituerait une source de communication positive pour l’entreprise, mais aussi et surtout un formidable outil de pacification des relations humaines en son sein. Un statut juridique de l’animal viendrait garantir des conditions de travail respectueuses de ses besoins et de ses capacités. La création d’un tel statut apparaît particulièrement nécessaire, dans la mesure où le droit des animaux actuel ne concerne réellement que ceux de compagnie et d’élevage. Plus largement, il faudrait s’attacher à une refonte totale de ce droit, tant celui-ci a l’air aussi archaïque que lacunaire. On peut ainsi rappeler que les animaux, « êtres sensibles » depuis la Loi Nature de 1976, sont encore considérés comme des biens au sens du code civil. Ce dernier point pourrait d’ailleurs évoluer dans les années à venir, le Conseil économique, social et environnemental s’étant saisi dernièrement du sujet. Si aucun État d’Europe ne semble, à ce jour, avoir adopté un statut juridique dédié aux animaux travailleurs (« working animals » en anglais), il convient de relever que de nombreux pays (Autriche, Finlande, Suède, Royaume-Uni, Irlande…) disposent d’un droit plus protecteur que le droit français. Enfin, n’oublions pas qu’en 2002, l’Allemagne est devenue le premier pays européen à inscrire la protection des animaux dans sa Constitution. Avocat à la cour et vice-président de l’association Entreprendre vert. [8] sebgayet
ET AU MILIEU COULE UNE RIVIÈRE Une eau presque sans nitrates et à moindre coût ? C’est possible grâce aux forêts où le recours aux produits chimiques est limité ! Une étude menée par l’Institut du développement forestier (IDF) et l’Inra montre le lien entre le taux de boisement, les propriétés de l’eau et son prix. Ainsi, le captage de sources situées en forêt est de 29 à 59 fois moins cher que le pompage dans un lac. Mais attention, cette technique est spécifique, d’où la nécessité et l’importance du travail des gardes forestiers qui est, à ce jour, peu reconnu. Leur contractualisation en tant qu’acteurs de l’eau est donc à l’ordre du jour : une reconnaissance pour leurs actions, une économie pour les collectivités et un plaisir pour les consommateurs. Quand Dame Nature nous rend service ! CD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :