Néoplanète n°19 mars 2011
Néoplanète n°19 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : spécial papier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
[SPÉCIAL PAPIER] L’écologie et le papier ? C’est plié ! Il ne finit pas souvent dans le bac de recyclage ! Pourtant, le papier a plusieurs vies. Le numérique n’ayant pas réduit notre consommation de papier-carton, l’utilisation du recyclé devient indispensable pour notre environnement. De la maison au bureau, changez vos habitudes. Découvrez pourquoi et comment recycler le papier. Par Delphine Rabasté QU’EST-CE-QU’UN PAPIER RECYCLÉ ? C’est un papier fabriqué à partir d’au moins 50% de cellulose, une fibre végétale extraite du bois, réutilisée ou faite de vieux papiers récupérés. Le plus écologique est le papier 100% recyclé non désencré et non blanchi. Fini le papier de récupération mou, perméable et gris, il peut maintenant être coloré et se présenter sous différentes formes : enveloppes, papier à lettres ou à dessin, cahiers, intercalaires ou encore en ramettes. CISEAUX, PIERRE, SORGHO… PAPIER ! POURQUOI L’UTILISER ? La production de ce papier n’est pas plus polluante que celle du papier vierge et permet même d’économiser des matières premières et de l’énergie. Recycler les papiers et cartons récupérés (PCR) est aussi un excellent moyen de valoriser les déchets en désengorgeant les incinérateurs et les centres d’enfouissement. Papier en pierre… Emana Green a créé le premier papier à base de pierre : le terraskin, composé de carbonate de calcium (80%) et de fixateur (20%). Ces deux matériaux rendent le papier résistant à l'eau et à la déchirure. Il peut même remplacer le charbon et le plastique, car il résiste à la graisse et l´huile. Un produit d’autant plus intéressant pour le respect de l’environnement que sa fabrication ne nécessite ni eau ni produits chimiques de blanchiment. Comparé au papier traditionnel, chaque tonne de terraskin sauve vingt arbres et émet 50% de CO 2 en moins ! Une innovation qui ne laisse pas de marbre. … Ou en sorgho. Ces dernières années, la Fédération internationale pour l'aide au développement industriel et agro-alimentaire (FADIA) a mis au point un concept basé sur la culture et la transformation du sorgho pour produire de la pâte à papier. Riche en cellulose, cette plante robuste originaire d’Afrique peut servir à produire de la pâte à papier et même de l’énergie. Peu gourmande en eau, elle s’adapte aussi bien aux régions chaudes que tempérées. On la cultive essentiellement en Afrique et en Asie, mais on en trouve également aux États-Unis et en Europe. Le sorgho, plante d'avenir ? C’est possible. Si les Indiens vont l'expérimenter comme biocarburant, les Français ont découvert qu’elle pouvait aussi dépolluer la terre. Le sorgho, plante miracle de demain, pourrait sauver bien plus que le papier. Delphine Rabasté et Ellada Parseghian [14] COMBIEN DE FOIS PEUT-ON RECYCLER ? Malheureusement, au fil des opérations de recyclage, les fibres s’abîment et se raccourcissent, leur qualité diminue. En fonction du papier à fabriquer, une même fibre peut être réutilisée de 5 à 10 fois. Il est donc essentiel de mélanger des fibres vierges aux fibres recyclées. QUELS SONT LES LABELS ? L’Ange Bleu, label allemand (1), assure que le papier a été fabriqué avec des fibres 100% recyclées et que l’entreprise n’a utilisé aucune substance dangereuse ou non-biodégradable, comme les azurants optiques (servant au blanchiment du papier) lors de la fabrication. Autre label similaire : Apur, de l’Association des producteurs de papiers recyclés (2), qui s’applique aux produits comprenant au moins 50% de fibres recyclées. D’autres logos, comme l’Ecolabel européen (3) ou le Cygne nordique (4) prennent en compte toutes les étapes du cycle de vie du papier jusqu’à ses impacts. Les fibres vierges doivent par exemple provenir de forêts exploitées durablement et la consommation d’énergie nécessaire à la production doit être minime. (1) (www.blauer-engel.de, allemand ou anglais) (2) (www.apur-papiersrecycles.com/) (3) (www.ecolabels.fr/) (4) (www.nordic-ecolabel.org) PATRYCJA CIESZKOWSKA - H BERENDS/WWW.SXC.HU
LE PAPIER RECYCLÉ FREINE-T-IL LA DÉFORESTATION ? Oui : une tonne de papier recyclé épargne 17 arbres ! S’il faut 2 à 3 tonnes de bois pour produire une tonne de papier classique, on peut obtenir 900 kg de papier recyclé avec une tonne de vieux papiers. La France fait partie de ces pays qui créent du papier à partir de sousproduits forestiers (coupes d’entretien, branches, arbres tombés ou malades et déchets de scieries) et de PCR recyclés (60% de la pâte à papier). Hélas, ce n’est pas le cas dans tous les pays du monde puisque la fabrication du papier supprime encore 13 millions d’hectares de forêts chaque année (selon WWF). Et 17% du bois utilisé provient de forêts vierges, des forêts anciennes qui voient leur écosystème détruit ! D’où l’importance de connaître l’origine du papier que vous achetez. En France, les imprimeurs certifiés PEFC * ou FSC garantissent l’utilisation de papiers respectueux de la gestion durable des forêts. * www.pefc-france.org COMMENT LE PAPIER EST-IL RECYCLÉ ? Une fois collecté et trié, le papier-carton récupéré est placé dans un pulpeur, qui brasse et divise les fibres de cellulose. Ces fibres sont ensuite « épurées », c’est-à-dire séparées des éléments associés comme la colle, le vernis ou les agrafes. Vient enfin le désencrage. En ajoutant de l’oxygène aux bacs de repulpage des vieux papiers, l’encre s’accroche aux molécules d’oxygène et est entraînée à la surface des cuves. Ce procédé n’est généralement réalisé que partiellement, d’où la couleur grise du papier recyclé. OÙ TROUVER CE PAPIER ? On en trouve dans certaines grandes enseignes comme Monoprix, dans des points de vente spécialisés ou sur Internet, via les sites d’associations ou d’entreprises. Pour aller plus loin dans [SPÉCIAL PAPIER] IL N’Y A PAS QUE LE RECYCLÉ ! Certains papiers ne contiennent pas de fibres recyclées, mais sont aussi respectueux de l’environnement. C’est le cas du papier issu de forêts gérées durablement dans lesquelles le renouvellement et la bonne santé des arbres sont garantis. Des certifications, comme Forest Stewardship Council (1) (FSC), assurent que les forêts sont exploitées de façon raisonnée et que le bois provient de forêts où les replantations, la diversité biologique, l’exploitation ou encore les droits des travailleurs sont garantis. En France, 70% des fibres vierges utilisées dans la fabrication de pâte à papier proviennent des bois de coupes d’éclaircies nécessaires à la croissance des forêts. Autre solution : un papier fait à partir d’autres sous-produits forestiers, par exemple les déchets de scieries, branches et arbres tombés ou malades. En Europe, des investissements massifs ont été réalisés par la filière dans des procédés industriels moins polluants. Pour limiter la consommation d’eau, de plus en plus de papetiers la recycle en circuit fermé et la réutilise. Le secteur, à l’activité énergivore, est aussi le premier utilisateur de biomasse (matières organiques qui créent de l’énergie par combustion). Enfin, la pollution liée à l’utilisation du chlore pour le blanchiment du papier a nettement diminué. De nouvelles techniques plus respectueuses de l’environnement ont vu le jour, notamment l’utilisation de dioxyde de chlore dont les composés sont biodégradables. Résultat : ces dix dernières années, la forêt française a gagné près de 500 000 hectares (l’équivalent d’un département comme les Bouches du Rhône). (1) www.fsc-france.fr la démarche écologique, utilisez des papiers fabriqués près de chez vous. Voici, quelques noms à retenir : La Feuille d’Érable à Rennes, Alternative EcoConcept à Marseille, Adom diffusion à Toulouse ou encore Gibert Joseph à Paris et dans d’autres grandes villes : Lyon, Grenoble, Montpellier, Saint-Etienne... PEUT-ON FABRIQUER SON PROPRE PAPIER RECYCLÉ ? Faire sensation en utilisant un papier confectionné à la main avec trois fois rien, c’est possible. Pour 21 euros, le site toutallantvert.com propose un jeu en kit idéal pour les enfants, « La boîte à papier recyclé », qui, en 12 étapes, mène à la fabrication d’un papier personnalisé. Les adultes, eux, se laisseront guider par les livres 300 recettes pour fabriquer son papier (Dessain et Tolra, 2006) de [15] Mary Reimer et Heidi Reimer, ou par l’original Je fabrique mon papier, comment fabriquer du papier avec des fruits et des légumes (Manise, 2006) d’Ellaraine Lockie. QUELLES SONT LES DERNIÈRES INNOVATIONS ? Sets de table déco-écolo, faire-part, cadres photo, bijoux... de nombreuses initiatives étonnantes voient le jour aux quatre coins du monde pour réutiliser le papier. La dernière en date ? White Goat, une machine de l’entreprise japonaise Oriental, qui permet de produire un rouleau de papier toilette avec 40 feuilles A4 ! En trente minutes, le papier est broyé, dissout dans l’eau, séché puis roulé. Le prix de revient serait de 10 centimes de dollars par rouleau pour une machine qui coûte près de 100 000 dollars. DAVIDE GUGLIELMO/WWW.SXC.HU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :