Néoplanète n°18 février 2011
Néoplanète n°18 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : 2011, année de la forêt.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
IVOYAGERI AUGE fOÙYAT
• ele<11 ne voulait étudier car cor les professeurs• gagnaient moins que les paysans ! ! ».n. Aujourd'hui, 1 500 producteurs installés le long du fleuve fieuve Huayabamba ont rejoint Acopagro. Près de 1 I 500 autres ont déjà postulé, aspirant à des revenus stables qu'ils espèrent aussi doper, doper. grâce au programme de reforestation lancé sous l'impulsion de Pur Projeta'}. Projet<">. Dédié à la lutte contre le réchauffement climatique, ce collectif fondé en 2008 parTristan Lecomte - également patron de l'entreprise de commerce équitable Alter Eco - a prévu la plantation de deux millions d'arbres dans la région d'ici à trois ans. Une initiative financée par la vente de crédits carbone à des particuliers ou des entreprises qui souhaitent compenser leurs émissions de co2 CO2 (lire encadré). Son plus gros contributeur, contributeur : Vittel, a ainsi acheté 350 000 plantons en 2010, 1 O. dont 150 1000 dans la région, région. à quatre euros l'unité. FIERS AERS D'ÊTRE DES PIONNIERS Dans le petit village de Santa Rosa, devant les chaumières aux toits de palme, les 24 familles de producteurs accueillent en fanfare les plantons apportés en pirogue par la coopérative Acopagro : des essences natives et menacées, comme l'acajou, le bolaina, le capirona. capirona, ou précieuses, comme le teck et le cèdre rouge, toutes achetées dans une pépinière locale 100 1% bio. « rr Nous sommes fiers d'être d'étre des pionniers de la reforestation. Les gens se rendent bien compte que la sécheresse augmente »,n, confie Oswaldo del Castillo, Castille, chef du village. Sa femme n'a conservé qu'un seul plant de coca, « pour les tisanesn. ». Mais, « « notre motivation est aussi économtque économique n » avec un gain de 400 euros par mois en moyenne. LE POUMON DE LA PLANÈTE Le commerce équitable et Pagroforesterie l'agro(oresterie assurent aux familles des revenus garantis. Pour chaque pousse mise en terre. ils reçoivent 40 centimes d'euros en plus. Demain, grâce à ces arbres, ils devraient multiplier par deux leur rendement de cacao. « C'est le pnndpe principe de l'ogroftxesterie, l'ogroforesterie, très efficace en milieu tropical, explique Gonzalo Wos, Rios. gérant d'Acopagro. Les arbres protègent les cultures du soleil lors des fortes chaleurs, retiennent l'eau et les minéraux lors des pluies diluviennes. Et donc améliorent la productivitén. ». " UN PLAN ÉPARGNE RETRAITE• Ils pourront aussi, dans dix ou quinze ans, vendre du bois. Un teck, par exemple, peut se négocier 80 euros pièce (500 à I 1000 arbres peuvent être plantés sur un hectare). Ici, les producteurs appellent cela leur r ( « plon plan épargne retraiten. ». Un plan strictement contrôlé. Maria del Pilai, Pilar ; agronome pétulante d'Acopagro, visite régulièrement les planteurs pour leur octroyer ses conseils sur la taille, l'exposition ou les engrais naturels à• Première cause d'émissions de CO, C0 2 (20%), la la déforestation se révèle particulièrement néfaste dans les zones tropicales humides, comme l'Amazonie, où Je le climat favorise la croissance rapide d'arbres qui absorbent plus de CO2 C0 2 que ceux des régions tempérées.• ■ En favorisant l'évaporation, ces arbres aident à la formation de nuages, luttent contre la réverbération et contribuent ainsi au refroidissement de la planète.• En moyenne, sur sept ans, on estime qu'un arbre capte 0,1 tonne de carbone. Pour compenser un aller-retour en avion au Pérou, par exemple, il faut planter environ 12 arbres. (45) [VOYAGER] (VOYAGER) employer. Pur Projet apporte aussi son expertise. Et, tous les cinq ans, un organisme de certification international (SGS) viendra compter et mesurer les arbres pour évaluer le co2 CO2 capté. Mais,Acopagro voit déjà plus grand. Avec Pur Projet elle vient d'obtenir la gestion pour quarante ans de 260 000 hectares de forêt vierge que l'État péruvien n'a pas les moyens de protéger. Sur le sentier tracé à la machette qui mène à la cascade del Breo, chute féérique de 140 mètres de haut, des papillons turquoises, des arbres à sève rouge (cicatrisant naturel). naturel), des cris de singe « choro »,à à queue jaune, l'une des nombreuses espèces menacées de la région. Grâce à la vente de crédits carbone, cette fois pour « déforestation évitée ». », la coopérative entend préserver ce territoire menacé, en générant des ressources pour les locaux. « Nous souhaitons engager des gardes forestiers, créer un petit circuit d'écotourisme, décotounsme, développer un parc botanique pour promouvoir nos connaissances des espèces médicinales, en collaboration avec la fa faculté », explique Neisser Bartra Ramirez, spécialiste en biodiversité biodiversrt:é associé au projet Nous n'en sommes qu'au début. Mais Mois si nous arrivons à combiner l'essor écologique et économique de la ré ion, alors je pourrais mourir tranquille... » * Plus d'infos : purprojetcom



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :