Néoplanète n°17 déc 10/jan 2011
Néoplanète n°17 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 37,5 Mo

  • Dans ce numéro : grenelle de la mer, tous dans le même bâteau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
atëlierstërre LES NOUVELLES MOBILITÉS : ENJEUX SOCIÉTAUX ET SOLUTIONS ÉMERGENTES Jean Louis Jourdan, Directeur Développement Durable - SNCF, France « Il ne s'agit pas de faire le procès de tel ou tel mode de transport mais il faut évaluer le mode le plus pertinent par rapport à des besoins de mobilité qui ne sont pas de même nature. N ous avons une double stratégie à la SNCF : maîtriser tous les modes de transport depuis celu i à vitesse nulle (le parking) jusqu'au vélo, tramway, métro, tgv... mais avec le souci permanent de trouver des solutions de bout en bout afin d'éviter les ruptures dans la chaîne de mobilité (car c'est précisément l'avantage à l'heure actuelle de la voiture) VERS UNE VILLE INTELLIGENTE Carlo Sesa, lnstituto di studi per l'integrazione del sistemi, Italie. Coordinateur de proiet sur l'évaluation par les citovens européens des travaux de recherche menés sur la ville durable. « Ce que cherchent les habitants c'est retrouver la liberté d'agir dans la cité avec moins de contraintes : moins d'espace, moins de temps, etc. Les gens ne veulent pas plus de facilités pour conduire leurvéhicule mais plutôt la liberté de se mouvoir faci lement. li faut donc créer plus de connections, d'intégration sociale, de transports publics. Mais les économistes abordent la situation uniquement à travers le prisme de l'ajustement via le prix/taxe. Or, il est possible d'avoir une approche différente : les habitants doivent d'abord comprendre pourquoi certains de leurs comportements sont mauvais. » John Macomber, Senior Professor- Harvard Business School, États-Unis, « Les principales synergies d'une veille durable tournent autour de trois enjeux : un besoin de verticalité dans les villes durables (38 (et d'ajouter des couches de service. Le Web présente à cet itre un champ important d'innovations à travers les réseaux sociaux : auto partage, covoiturage... » Fabien Derville, Directeur Général- Mobivia, France « L'automobile est un outil de modernité, de liberté et il faut assumer collectivement qu'il s'agit d'un grand progrès. L'objectif est de prolonger la durée de vie du véhicu le afin de limiter l'effet carbone, moins impactant que d'acheter un produit neuf. » pour optimiser la consommation des ressources, une pensée plus globale pour unir les synergies et une coopération entre les citoyens et le pouvoir politique. » Stéphane Quéré, Directeur- aménagement urbain durable de GDF Suez. France « Lorsqu'on évoque la ville intelligente, on pense à la technologie mais la vraie innovation est dans la façon de mettre en place le projet urbain, l'organisation, le travai l avec l'ensemble des acteurs, l'écoute de chacun, la concertation plutôt que dans la pure technologie. L'autre volet est la réalisation concrète des villes. On sait par exemple produire de l'énergie avec les déchets. On sait optimiser les ressources locales. Ces technologies permettent d'alimenter des quartiers sans émissions de COl à des coûts raisonnables. Mais comment mettre ces synergies en œuvre ? Il faut travailler en amont avec les architectes et les urbanistes, sinon on se retrouve souvent face à la contradiction économique et environnementale. Il faut à chaque fois s'adapter à l'esprit du lieu. Organiser le partage, privilégier l'utilisation plutôt que la propriété. Les logements étudiants peuvent par exemple être prévus comme logements touristiques l'été, il faut mutualiser les équipements pour qu'on partage vraiment et aménager des lieux d'échange physiques (parcs, etc.). »
Jean Marc Bouillon. Directeur Ateliers villes et pavsages- Egis, France « La future capitale de la Guinée équatoriale, avec ses 65 000 habitants, est une vil le à constru ire sur 3 000 hectares. Les Chinois avaient dessiné une ville carrée, mais le terrain n'est pas plat ce qui imposait un terrassement important. Le projet a fi nalement été confié à une équipe française qui a proposé la création de 130 micro-i lots prenant comme point de départ les spécificités naturel les de chaque micro-i lot. » GÉRER L'ALLONGEMENT DE LA DURÉE DE VIE EN EUROPE ? Jean Marc Borello, Président- Groupe sos France « Dans nos disposit ifs de lutte contre les exclusions, on constate une augmentation de deux types de populations : les plus de 65 ans et les jeunes de 18 à 25 ans qui sont les deuxièmes grandes victimes du moment. N ous sommes inquiets sur l'effondrement des disposit ifs d'aides à domicile, ce qui rapproche le moment de l'hospitalisat ion. Le dispositif français n'est pas adapté pour des personnes ayant des faibles revenus et la réforme des retraites n'arrange rien. » Michel Coquillion, Vice­ Président du conseil économique et social, rapporteur sur l'allongement de la durée de vie, France « Le contexte familial joue sur le vieillissement. Les recommandations issues de nos travaux : - S'axer sur la prévention, préparer le vieill issement dès le plus jeune âge (qualité de l'alimentation, prévention sanitaire, etc.) - Développer l'act ivit é des seniors pour ralentir le vieillissement : activités associatives, professionnelles... -Accompagner la dépendance et les aidants familiaux, n'a-ton pas une problématique analogue à la prise en charge de la petite enfance ? - Travailler sur le « mieux vivre ensemble », l'organisation des solidarités intergénérationnelles est un facteu r clé de succès. » (39 (atèlierstërre « Il faut travailler sur la sociabilité et l'anonymat de l'espace public. Car le facteur désirable est un facteur fort d'intégration. Des sociologues ont par exemple travaillé sur la rue de la République à Lyon et ont constaté que des jeunes y jouent des comportements différents que dans leurs quartiers. Car en vil le, il y a un plus grand anonymat. » « En vingt ans on a connu de gros changement : les épiceries ont disparu au profit des banques dans les années 70/80. Aujourd'hui, les épiceries reviennent, il y a un retour à la vie de quartier : Les zones commerciales sont monofonctionnelles, la ville est plurifonctionnelle. Les enjeux urbains sont considérables sur ces zones commerciales. » Jean Pierre Wiedmer. Directeur Assurance Europe Continentale - HSBC, France « N ous avons mené une grande étude mondiale qui montre une image des seniors, plut ôt en bonne santé, actifs et avec l'envie d'être de le rester plus longtemps. Les heures de bénévolat des seni ors en France représente 7,5 milliards d'euros (so it la moit ié du montant évalué pour les États-Unis). Ce qui t émoigne du dynamisme de ce mouvement dans notre pays. En revanche, notre taux d'emploi des seniors n'est que de 39%, ce qui est très inférieur à la moyenne européenne. C'est une erreur, car l'emploi des sen iors génère de l'activité et donc de l'emploi pour les plus jeunes. » Olivier Ferrand, Fondateur et Président Terra Nova. France « Ce sont les 35/45 ans (le cœur du marché du t ravai l) qui, pour préserver leurs emplois, ont écarté les marges de la population Ueunes et seniors). La principale conséquence : l'exclusion des jeunes. Il faut ouvrir le marché du travail pour intégrer t out le monde. » « Auparavant, les sol idarités intergénérationnelles étaient ascendantes. Un système d'aide privée et publique pour aider les seniors a donc été mis en place. Du coup, les actifs financent des retraités qui ont un niveau de vie supérieur à eux, c'est une situation historique ! Mais les so lidarités collectives nationales ne jouent pas en faveur des jeunes. La valorisation des générations est aujourd'hui inverse aux besoins, il faut créer des t ransferts sociaux vers les jeunes générations. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 1Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 2-3Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 4-5Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 6-7Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 8-9Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 10-11Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 12-13Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 14-15Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 16-17Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 18-19Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 20-21Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 22-23Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 24-25Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 26-27Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 28-29Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 30-31Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 32-33Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 34-35Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 36-37Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 38-39Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 40-41Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 42-43Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 44-45Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 46-47Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 48-49Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 50-51Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 52-53Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 54-55Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 56-57Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 58-59Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 60-61Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 62-63Néoplanète numéro 17 déc 10/jan 2011 Page 64