Néoplanète n°16 novembre 2010
Néoplanète n°16 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 33,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'épanouissement durable avec Anne Roumanoff.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
(VOYAGER) [VOYAGER] Et quand on ne sait pas, la meilleure réponse est de faire appel à ceux qui savent. C'est ainsi que Lipton, qui ap- appartient au groupe Unilever, lever ; a passé un accord de partenariat avec l'ONG l'ONG Rainforest Alliance, laquelle travaille depuis vingt ans à la protection des fo­ fo- rêts tropicales et au développement d'une agriculture durable. Pour obtenir sa certification, il il faut remplir une cen- centaine de critères répartis dans dix ca- catégories concernant surtout l'environ- l'environnement, mais aussi les conditions de travail, l'éducation ou la santé. Dans les Nilgiris, depuis deux ans, huit planta- plantations ont obtenu cette certification. Le propriétaire de celle de Kairbetta avoue avoir été surpris au début d'être obligé, par exemple, d'instaurer le tri sélectif des déchets pour les familles qui sont toutes logées gratuitement sur place dans des petites maisons, mais confortables. « On ne voyait pas bien l'intérêt, se souvient Prashant Bhansali, mais on a découvert avec beau- beaucoup de surprise que les familles jouaient le jeu et se sentaient responsabilisées, heureuses de pouvoir agir. » (52 (De leur côté, les propriétaires doivent assurer l'accompagnement des familles. Toutes les plantations possèdent un dispensaire, des écoles et il est indiscu- indiscutablement plus facile d'y trouver une place en crèche qu'à... Paris ! Pour les associations locales qui travaillent avec Rainforest Alliance, les progrès sur le social et l'environne- tra- l'environnement sont les plus rapidement visibles, mais le plus gros travail à court terme porte sur la limitation des produits chimiques. Tout l'enjeu est de prouver aux propriétaires que les récoltes peu-
vent être les mêmes, tout en économi­ économi- sant les intrants (engrais...)) et donc les frais s et les problèmes de santé. Le directeur des marques Lipton pour l'Europe, Neil Gledhill, tient un discours parfaitement clair « Le développement durable, c'est l'avenir de notre business. Près de 60% des consommateurs décla- déclarent en tenir compte lors de leurs achats. Nous devons donc leur donner satisfaction ou ils nous quitteront ! ». L'entreprise Lipton souhaite faire certi­ certifier tous ses thés, artout dans le mon­ monde, d'ici à 20 fac- 15.'14 tt 153] (53)• ar IVOYAGERI (VOYAGER) @ PLUS DE PHOTOS PtiOTOS ET D'INTERVIEWS SUR RUBRIQUE BOUGER En Inde, les grandes marques internationales s'engagent dans une démarche de certification concernant l'environnement, les conditions de travail, l'éducation ou la santé. A I



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :