Néoplanète n°14 jui/aoû 2010
Néoplanète n°14 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 34,1 Mo

  • Dans ce numéro : Raoni et les Indiens d'Amazonie... le calme avant la tempête ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
[PARTICIPER] IPARTICIPERI TESTS lESTS L'HUMEUR DE CHRISTOPHE BESSE 1 ENTREPRISE, L'ENTREPRISE, PAR TEDDY FOLLENFANT — LE GROUPE LÉA NATURE d Dans les domaines en reconstituer la biodiversité. de l'alimentation, Parmi les marques du groupe, on peut de la santé, de citer Jardin BIO', B10', créée en 1995 et qui l'hygiène, de la propose plus de 300 références en beauté et aussi de épicerie, issues des filières agricoles la maison, le groupe biologiques certifiées par Écocert, sans familial Léa Nature développe utilisation d'engrais, ni pesticide ni OGM. depuis 1993 des marques fortes de En 2005, la marque s'est lancée dans les produits biologiques et naturels. produits issus du commerce équitable. Ils Pas moins de 90% des matières portent tous aujourd'hui le double label AB premières utilisées sont biologiques (Agriculture (AgricuH:ure Biologique) et Max Havelaar. et près de 65% des produits finis sont labellisés bio. UN GROUPE ENGAGÉ PAR NATURE Le bâtiment du siège social privilégie Engagé auprès d'associations qui oeu- œu­ à la fois les matériaux écologiquesvrent pour la solidarité dans le monde, et les énergies vertes. Il est équipé de en privilégiant des actions touchant l'en- l'en­ 620 m2 m² de panneaux photovoltaïques photovoH:a:lques fance et la santé, le groupe accompagne fournissant 23%% des besoins de fonc- fonc­ aussi les projets de ses 550 collabora- collaborationnement de l'entrepôt logistique de teurs souhaitant partir en congés soli- soli­ 6 000 m2, m², soit soft une économie carbone daires. À l'image de ce partenariat avec de 19,8 tonnes en 2008 ; cinq pompes l'association T Tchendukua - Ici et ailleurs, à chaleur aérotherrrique aérothermique et une créée par le géographe Éric Julien (voir pompe à chaleur géothermique géotherrrique ; pages I 18-19), qui aide les Indiens kogi à un puits purts canadien pour le chauffage récupérer leurs terres en Colombie et à et le rafraîchissement de l'entrepôt. meva4 fX.2-4,■0-14 ; iticutb.f ! batetz ale decetire,/v1.Kée- et" big «, ett t'et ofede,,-Sre, ; iareutce. eC ars tkiwevevIiiz frtcv-s S-Ine ciedrcēyreri.e,.91A.4 te îoya ; 4- f-U2)iimet- 141 Sans oublier les peintures et l'éclairage naturels, les 50% de fournitures recyclables ou recyclés. De plus, 20% de la flotte commerciale est équipée en voitures hybrides... Depuis 2007, quatre sociétés du groupe ont engagé leurs marques bio dans le Club 1 I% pour la planète. À ce titre, elles versent I 1% de% leur chiffre d'affaires à des associations qui œuvrent oeuvrent pour l'environnement. L'éthique du groupe repose sur quatre valeurs essentielles : l'engagement nature, l'esprit de découverte, la la solidarité, la responsabilité. WW'V>.(/ea-nature.com na- wwwlea-nature.com
" !'-"'QUAND CAPITAL """'ET NATURE FONT BON MENAGE... 1 z o e (I) L'association a été créée à Madagascar en 1993. Son rôle est entre autres de protéger la forêt et ses essences rares..madaga5- ç ? v-i- ç)is)5 7fc-ri-J WS ? lie6e5'bus RrniZes.. et'IZINS Un jour, au Cameroun, Olivier Berha, fondateur de l'association L'Homme et l'Environnementn, pris dans ses mains un bébé rocodile. Il a été fasciné, s'est passionné pour l'espèce et en a fait sa spécialité. Car ces grands reptiles « jouent un vrai rôle écologique », expliquet il. Les rivières dans lesquelles ils sommeillent sont en général plus peuplées de poissons que les autres. « Malgré leur apparence, les crocodiles sont assez fainéants et mangent plutôt des animaux malades qu'en bonne santé » Les chasser, c'est donc affaiblir les écosystèmes et la biodiversité. Olivier décide donc, il y a vingt ans, d'aller protéger ces espèces en Afrique, quitte à collaborer avec l'industrie du cuir, laquelle apprécie tant les sacs en écailles. Au lieu de créer une réserve d'élevages, l'idée est de laisser les crocodiles dans la nature. En revanche, quelques oeufs sont collectés par les communautés locales. Elles les vendent ensuite aux professionnels du cuir qui les exploitent eux-mêmes car : « il est aujourd'hui nécessaire de créer un lien entre les industriels et les populations sur place », explique Olivier Berha, un des seuls biologistes aujourd'hui à dialoguer avec eux. « Les solutions viendront de l'entreprise, assure-t-il. Sa méthode pour se faire entendre parler un langage économique. « On ne demande pas aux industriels de faire du social, mais de faire attention à la pérennité ». EGefe Julie Renauld - Le Journal de l'économie durable Extrait de Reiser l'écologie aux éditions Glénat (2010). LA CHRONIQUE D'ALLAIN BOUGRAIN DUBOURG L'ANIMAL-TRAITANCE ANCE Jlamais la violence n'a tant fait recette. Singuliè- Singulièrement chez les jeunes, semble-t-il. Et chacun de commenter les événements qui i se multiplient tandis que les politiques affichent un ferme « plus jamais ça ! ». Comment expliquer cette si- situation ? Une forme de réponse conduisant à la thérapie n'est pourtant pas (ou pas assez) prise en compte. « Les enfants bourreaux souffrent de troubles de développement qui font de l'être torturé une machine insensible »,nous dit Bons Boris Cyrulnik, célèbre neurologue et psychiatre français. Le comportement violent à l'égard des animaux est, à ce titre, révélateur: : « C'est un signal signol d'alerte à prendre au ou sérieux dans dons l'étude des personnalités à risque », », précise le le professeur Hubert Montagner. Ce double constat a conduit l'association Enfant Animal Nature à relever le défi. Son objectif est de sensibiliser les Montagnes. établissements scolaires et les centres de loisirs au respect de l'animal pour le respect de l'humain. En douze ans, près de 15 000 interventions ont permis de porter le le message. Pour convaincre, la présidente de l'association, Marie-Chris- ristine Charmier, s'appuie sur un fait avéré : « « Dans Dons deux tiers des familles où se produisent des violences domestiques, les animaux sont également mal- moltraités ». Prêchant auprès des 9/11 1 1 1 ans, l'association propose deux heures de dialogue avec des groupes de vingt enfants. Des planches de dessin et des histoires racontées servent de support. Ainsi, un coup de pied donné à un chat s'enchaîne avec un coup de poing à un copain... Une image qui i permet aux enfants de faire le lien et de leur faire prendre conscience des notions de responsabilité ité et de compassion. Pourquoi ne pas imaginer développer la méthode plus largement ? ? Peut- Peutêtre tout simplement parce que nos dirigeants trouvent se- secondaire, voire négligeable, l'éducation au respect de l'animal. « On reconnaît reconnaÎt la grandeur grondeur et la valeur voleur d'une nation notion à la façon dont celle-ci traite ses animaux », disait pourtant Indira lndira Gandhi. 151 lESTS ZESTS [PARTICIPER] IPARTICIPERI « Il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. » « Il vaut mieux penser changer le pansement. » Francis Blanche



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :