Néoplanète n°14 jui/aoû 2010
Néoplanète n°14 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 34,1 Mo

  • Dans ce numéro : Raoni et les Indiens d'Amazonie... le calme avant la tempête ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
[S'ENGAGER]‘‘) (S'ENGAGER) La passion sans réserve Est-ce l'héritage de Claude Levis-Strauss ? ? Les Français sont nombreux à se passionner pour la cause des Indiens. Petite galerie de portraits... Par Caroline Hocquard etYolaine de la Bigne Jéromine Pasteur Adoptée depuis trente ans par les Indiens ashaninka du Pérou l'exploratrice-écrivain lanceë lanceê Indibio, lndibio, son projet d'institut pour la diversité biologique. Une partie de votre vie est en Amazonie. Mais pourquoi revenez-vous toujours ? Je ne peux pas m'en empêcher. J'ai j'ai la chance d'être en contact avec le vivant et je ressens le besoin de partager cela, de semer des graines, par les médias et le dialogue. Je Je constate dans mes rencontres et mes conférences que les gens ont soif d'un nouveau savoir. D'où le projet Indibio lndibio pour ouvrir une petite porte vers d'autres valeurs et façons de penser. Nous voulons bâtir une Maison de la la biodiversité (biodiversite, 1l, proposer des solutions nouvelles pour les constructions, l'agriculture, l'agricuh:ure,'les déplacements. Et réapprendre à être ce que nous sommes. C'est à dire ? ? Nos sociétés modernes modemes nous transforment transfonment en machines à produire et à consommer. Et détruisent tout ce qui est sauvage et libre. Les Ashaninkas m'ont appris que l'homme s'inclut au sein de la biodiversité. Le problème de l'homme moderne, c'est qu'il s'est exclu de la fête du vivant, il a oublié la notion du tout, de l'indivisible. li Il est cassé, séparé, déraciné, et et il il en en meurt. Alors aujourd'hui on se targue de vouloir sauver le monde, mais c'est nous en premier lieu que nous allons devoir sauver ! ! (I 1)) Ce projet prOjet devrait se situer en Normandie. Pour financer sa réalisation, Indibio Jndibio recherche mécènes et donateurs. www.indibio.org VVVWindibio.org Éric Fric Julien Dans une autre vie, Éric était guide de haute montagne en Colombie. Jusqu'à sa rencontre avec les Kogis. Quand il attaque l'ascension de la plus haute montagne côtière du monde, la Sierra Sienra Nevada Santa Marta, Éric avait juste « « vaguement entendu parler » des Indiens qui y vivent Mais à 5 000 mètres, il fait un œdème oedème pulmonaire. Les Kogis lui sauvent la vie, le le redescendent sur une mule et le soignent « « Quand Je je me suis retrouvé complètement dépendant d'eux, alors là foi j'ai fàit fait connaissance », plaisante-t-il. Car les 12 000 Kogis encore vivants sont les derniers descendants desTayrona massacrés au XVIe siècle par les Conquistadors. UNE CULTURE DE DE 4 000 ANS Repliés dans la montagne, ils tentent de conserver l'équilibre de la tenre terre dont ils se considèrent comme les gardiens et qui est menacée par la la guérilla, les pilleurs de tombes, la la déforestation (70% de leur forêt a disparu en trente ans), bref « « tous les bienfaits de notre modernité modemité ». », résume ironiquement Éric qui décide de s'engager à leurs côtés. En 1997, il crée l'associationTchendukua T chendukua- - Ici et Ailleurs A avec trois objectifs : restituer : les terres, aider à la transmission de la cuh:ure culture traditionnelle, créer le dialogue entre notre société et la leurAujourd'hui, leur. l'association, soutenue entre autres par Pierre Richard et Édgar Edgar Morin, a racheté et rendu aux Kogis près de 2 000 hectares de terres, grâce auxquelles quatre-vingts familles « ont au moins entre les mains la JOie joie de se dire qu'elles peuvent vivre comme elles en ont envie ». ». vvww.tchendukua.com VVVWtchendukua.com éCOUTEZ ÉCOUTEZ la LA WEB RADIO NEOPLANETE.FR NEOPlANEfE.FR EN ET RETROUVEZ LES TERVIEWS D'ÉRIC JULI JUUEN ET DE JÉROMINE PASTEUR 1E1'o
C±C 0 Corinne Arnoult [S'ENGAGER'(S'ENGAGER) Sa rencontre avec les Kichwa en Équateur a changé sa vie. Aujourd'hui, elle multiplie les actions pour les soutenir dans leur multi- résistance. Alors qu'elle travaille dans une grande entreprise d'agro-alimentaire, Corinne prend en 1999 un congé sabbatique et part en bateau en Amérique du Sud. Au hasard d'un rencontre, un chercheur lui propose de l'accompagner dans la « « grande forêt ». Coup de foudre. « « j'avais l'impression d'être chez moi », », dit-elle. Elle démissionne de son travail et reste pendant deux ans et et demi, auprès de de plusieurs tribus en Équateur, Équateur ; au Brésil et au Pérou avec qui elle vit en direct les ravages de la déforestation, du pillage des ressources, l'acculturation par l'école ou l'église... De retour en France, elle rencontre Jean-Marie Peft Pelt qui l'encourage à créer son association Paroles de Nature et noue progressivement une proche collaboration avec le le peuple kichwa de Sarayaku. Les 1 500 habitants de ce village sont des résistants qui s'opposent pacifiquement, mais fenmement, fermement, à l'exploitation pétrolière sur leurs terres. Corinne, lauréate du prixTerre de femmesYves Rocher, Rocher ; les soutient activement. UNE FRONTIÈRE DE FLEURS VISIBLE DU CIEL Aujourd'hui, l'association travaille avec des chamanes à la protection de la biodiversité et des plantes médicinales. Elle finance la mise en place d'un système scolaire par les Sarayaku eux-mêmes, avec leur propre matériel pédagogique et la fonmation formation de leurs instituteurs. Demier Dernier projet imaginé par les Indiens : une « : « frontière de vie » le long des 300 kilomètres bordant leur territoire. Ils lis vont planter des arbres qui dans trente ans exploseront de couleurs et pourront être vus du ciel. Les premiers ont été plantés en 2006 et une pépinière de 5 000 plants est prête. De France, Corinne a fédéré un collectif d'artistes européens qui crée des oeuvres œuvres en écho à cette démarche symbolique. Paroles de Nature organise, à la rentrée, exposrt:ions expositions et événements pour récolter des fonds. « « Créer un réseau de gens solidaires de ces peuples, capables de se lever quand ce sera nécessaire », dit Corinne. Elle rappelle les paroles de José Galingua, un des leaders des Sarayaku : « Certains nous disent vaincus, mois mais nous sommes déjà vainqueurs et nous aurons toujours gagné car cor nous sommes du côté de la vie ». wmfrontieredevienet wwwf(ontieredevie.net Jean-Pierre Dutilleux Quand un jeune cinéaste belge rencontre un vieux chef indien pour faire rayonner son combat. C'est un jeune cinéaste fougueux qui part au Brésil en 1973 pour réaliser un film chez les Indiens d'Amazonie. li Il parvient à pénétrer dans la forêt bruyante de conflits conflrt:s et fait fart : la connaissance d'un chef très influent: : Raoni.ll Il revient en en 1976 pour réaliser son documentaire qui sera sélectionné sélectonné à Cannes et rendra célèbre le chef kayapo à travers le monde. Dès lors, Kritako (son nom en langue kayapo qui signifie ifie « « l'homme au nez en lame de couteau ») aidera son ami Raoni à médiatiser son combat, notamment en lui faisant rencontrer Sting et en organisant une grande tournée toumée mondiale. Il li crée l'Association pour la forêt vierge pour financer le marquage des limites limrt:es géographiques du terrrt:oire territoire communautaire des Kayapo. TOURNÉE MONDIALE POUR PROTECTION LOCALE Pourtant, Jean-Pierre devra affronter la colère des Kayapo qui se sentent trahis, car en quelques années, le tracé des frontières n'est plus visible. Les fonds ont manqué pour les entretenir et les intrusions sont nombreuses dans la réserve. En 2009, l'aventurier retoume retourne malgré tout dans le Xingu pour demander au au vieux chef d'écrire ses mémoires. En mai dernier, demier ; nouveau voyage avec Raoni en Europe pour promouvoir les Mémoires d'un chef indien (Les éditions du Rocher) et un projet imaginé par Jean-Pierre il y a quelques années déjà l'institut l'instrt:ut Raoni. Son but : « protéger la réserve et donner aux Indiens des alternatives oltemotives économiques en exploitant les ressources durables de leurs terres. ». Si S1 vous voulez aider Raoni, Raom, contactez l'Association pour la Forêt-Vierge Forêt-V1erge do cio Actual Prod Prad 26, rue de l'Étoile-75017/'Étoi/e-750 Parisemail: : contact@roomfr contaceraonifr (19 (1191



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :