Néoplanète n°14 jui/aoû 2010
Néoplanète n°14 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 34,1 Mo

  • Dans ce numéro : Raoni et les Indiens d'Amazonie... le calme avant la tempête ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
[PARTICIPER] IPARTICIPERI PASCAL BARIL/PLANÈTE BLEUE IMAGES ÉCOUTEZ LAINER RADIO NEOPLANETE.FR ET RETROUVEZ VINT ET LA VIDE° DE R LE COMBAT DU VIEUX CHEF On l'avait découvert aux côtés de Sting dans les années 90. Il avait fait le tour du monde pour faire connaître le drame des Indiens d'Amazonie. Vingt ans plus tard, la situation ne s'est guère améliorée et le chef indien des Kayapo est revenu sensibiliser l'opinion et chercher des fonds pour son dernier combat. Prêt à tout, même à la guerre. Par Caroline Hocquard etYolaine de la Bigne 11,'ka peine rentré de France mi-mai, Raoni est allé retrouver sa tribu de yapo qui bloque depuis plusieurs semaines l'autoroute BR-80, un axe de circulation majeur dans le Mato Grosso brésilien. Ils sont détenminés déterminés à maintenir ce blocage jusqu'à ce que le projet de barrage de Belo Monté') Monte(l) soit sort : annulé, déterminés détenminés à mourir s'il il le le faut. Eux, les Kayapo, mais aussi les tribus Arara, Xipaia et Juruna. Prêts///./à prendre les armes anmes comme ils l'ont fait savoir au président Lula. « Depuis qu'il est au pouvoir, la situation est de pire en pire. Le sort des Indiens ne l'intéresse pas », se désespère Raoni. « Mon « peuple veut faire la guerre, mais je les retiens, je leur ai dit d'attendre. » » REÇU PAR CHIRAC, PAS PAR SARKOZV SARKOZY Le mouvement de sympathie qui s'était formé lors de son « tour du monde » de 1161 (16 (1989 avec Sting était parvenu à stopper le même projet de barrage (la Banque mondiale avait rétracté un prêt majeur) et avait convaincu le gouvernement brésilien d'entériner la création d'une réserve. Mais en 2003, l'idée d'une centrale hydroélectrique à Belo Monte a ressurgi, approuvée par le gouvernement brésilien. D'où cet ultime voyage en Europe de Raoni, en mai dernier : « j'ai parlé avec Jacques jacques
À LIRE : RAONI RAD"{k MÉMOIRES D'UN CHEF INDIEN/Nu/EN La vie d'un homme qui ne connaît pas exactement son âge, son quotidien dans la jungle, la chasse, les plantes pour se soigner, les luttes incessantes avec les Blancs, son tour du monde pour sensibiliser l'opinion aux drames de son peuple... Un soi- parcours extraordinaire raconté grâce à la complicité de son vieil ami Jean-Pierre Dutilleux. (Éditions du Rocher) Chirac et avec le Prince Albert, pour qu'ils me donnent les appuis dont j'ai besoin ». Mais le calendrier n'a pas joué en sa faveur, puisque Nicolas N Sarkozy, en pleine discussion avec le Brésil pour la vente d'avions Rafale, n'a pas reçu le chef kayapo. En attendant l'aide internationale, Raoni i est retourné sur le front. Il Il prépare avec les autres tribus un si-tting sitting pour empêcher les pelleteuses d'avancer, et et a envoyé au monde entier une pétition (voir ci- cicontre), rédigée avec deux autres chefs indiens, au nom de tous les peuples de la réserve du Xingu. Pour eux, le barrage aurait des conséquences dramatiques. Les réservoirs devraient inonder 516 5 1 6 km> 2 de forêt, tandis qu'une étendue de 100 1 km serait asséchée, asphyxiant la la ftore flore et la faune, particulièrement les poissons dont certaines tribus dépendent directement pour leur survie. EN ATTENDANT LES ÉLECTIONS Le mouvement « Xingu vivant pour toujours » (réunissant 150 organisations, mouvements sociaux et associations communautaires) a déposé une requête auprès de l'ONU. L'impopularité du projet est grandissante grandissante au Brésil, où la pertinence d'un tel investissement est aussi remise en cause. Les travaux devant démarrer en octobre, les opposants espèrent que les élections présidentielles et législatives, qui qui se tiendront à la même période, permettront d'ajourner le projet et leur laisseront le temps de mener à bien leur leur bataille.. (1 l Lire le dossier sur WW\N.culturclub.com 0) Lire le dossier sur www.culturclub.com LA PETITION PÉTITION [PARTICIPER'IPARTICIPERI nes signifie sa propre destruction. C'est pour ces raisons que nous ne voulons pas de Belo Ce texte poignant est signé par les plus Monte. Ce barrage signifie la destnuction destruction de grands chefs kayapa. kayapo. La plupart d'entre notre peuple. eux, ignorant l'écriture, y ont apposé l'empreinte digitale de leur pouce. sommes décidés, que nous sommes forts, Ce document exceptionnel nous replonge aux heures dramatiques de la bataille que nous sommes prêts à nous battre et que finale des derniers Indiens libres d'Améri­ d'Améri- nous nous souvenons des termes de la lettre que du Nord, avant qu'ils ne deviennent à qu'un Indien d'Amérique du Nord avait avart : jadis l'em- En conclusion, nous proclamons que nous jamais des fantômes sans terre. envoyé à son président « « C'est seulement lorsque l'homme blanc aura détrurt : détruit la forêt « Nous, peuple indigène du Xingù, ne entière, lorsqu'il aura tué tous les poissons voulons pas de Belo Monte (...). (Lorsque et tous les animaux et aura asséché toutes les Portugais sont arrivés au Brésil, nous, les les rivières qu'il s'apercevra que personne ne Indiens, étions déjà là ; beaucoup sont morts, peut manger l'argent ». beaucoup ont perdu leurs vastes terrrt:oires, territoires, la Auteurs : Cacique cacique Bet Kamati Kayapo, plupart de leurs droits, drort:s. beaucoup ont perdu Cacique cacique Raoni Kayapo et Yakareti Juruna une partie de leur culture et d'autres groupes Vous pouvez signer la pétition en ligne sur ont totalement disparu ((...). www.raoni.fr, le site officiel de Raoni. N Nou, ceK/f, Nous luttons pour notre peuple, pour nos Ilterres, tenres, pour nos forêts, pour nos rivières, pour glte ; nos enfants et à la gloire de nos ancêtres. 4 I 6 Nous luttons également pour l'avenir du reéri,h7rA6'° NiKP1-1-1 e r monde, car nous savons que ces forêts sont FoRek-Re autant bénéfiques aux peuples indigènes qu'à qu'a Ferig6,nar eedij la société brésilienne et au monde entier (...). (4 Vt'Le monde entier doit dort : savoir ce qui se passe Ir. I•s,..77,7 il> Il ici, il il dort : doit se rendre compte à quel point la destruction des forêts et des peuples indigè-'1" (11). <. Môn Mô pe. peuple ple veut taire faire la., -guerre mais, je lesretieris l'e.rtièfls - }..- Raoni -.\').



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :