Néoplanète n°13 avr/mai 2010
Néoplanète n°13 avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de avr/mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 33,6 Mo

  • Dans ce numéro : Gaston l'écolo, mascotte de l'ONU.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
(VOYAGER) n'est pas issu d'une autre variété de poivrier. « Il est simplement obtenu à partir de fruits mûrs, trempés dans l'eau pendant dix jours, débarrassés de leur enveloppe et séchés au soleil pendant trois jours », commente Philippe Babou. UNE AIDE AU DÉVELOPPEMENT LOCAL Contrairement à une idée reçue, le commerce équitable ne se limite pas à la seule garantie de salaires minimaux et de conditions de travail décentes. Les acheteurs versent en effet aux coopératives une prime de développement correspondant à environ 1 0% du prix de vente. À la FTAK, cette prime a atteint 80000 dollars l'année dernière. Ce sont les producteurs qui décident unanimement comment l'utiliser à l'échelle locale. Dans le district de Kannur, les fermiers ont ain si choisi de venir en aide aux plus démunis via un fonds de solidarit é rotatif « Trente-quatre familles bénéficient de prêts à taux zéro dans le village d'Asan Kava/a, explique le père Joy, co-fondateur de la FTAK. Elles doivent rembourser 70% de la somme empruntée en trois ans. C'est un projet pilote qui devrait s'étendre. » Veuve et mère de trois enfants, Susanam est l'une des bénéficiaires de ce programme.Assise sur le patio de sa modeste maison en briques rouges, elle sourit avec une infinie douceur, dévoilant des dents blanches parfaitement alignées. Son chignon, relevant des cheveux bruns à peine striés de gris pour ses 53 ans, dégage ses oreilles percées d'or. Avec son collier et son bracelet, en or jaune eux aussi, ce sont là sa seule richesse, souvenirs de sa dot Depuis quelques mois, Susanam vit moins mal. « La mort de mon mari remonte à douze ans, raconte-t-elle habillée d'un joli sari bleu et blanc, sous le regard bienveillant de son fils. j'ai dû arrêter mon activité agricole voilà sept ans car mes récoltes ont été ravagées par des maladies. Je suis partie travailler en ville, à des centaines de kilomètres de mon village et de mes enfants. j'ai entendu parler de ce prêt il y a un an. Cet argent m'a permis de revenir dans ma maison, d'acheter des vaches et de reprendre progressivement des cultures vivrières. » Sur les trente-quatre familles soutenues à Asan Kavala, vingt-quatre ont augmenté leurs revenus de 30 à 40% en six mois. Dans trois ans, elles devraient, elles aussi, vendre leurs productions (52 (dans le cadre du commerce équitable. La prime de développement sert également à des investissements collectifs profitant à t oute la communauté. « Il peut s'agir d'améliorer le système d'irrigation dans les montagnes, de construire des routes, de développer l'accès à l'eau potable ou encore d'installer des clôtures
électriques solaires pour protéger les exploitations des animaux sauvages », précise Joaquin Munoz, directeur de l'association Max Havelaar France. Cet rent e­ naire fonceur et passionné est ent ouré par des dizai nes d'enfant s à l'enthousiasme débordant. Il vient de poser la première pierre de la nouvelle cuisine de leur école primaire située à Kottiyoor. dans le district de Kannur. Un projet entièrement financé par la prime du commerce équitable. SUSCITER DES VOCATIONS La grande majorité des enfants vivant au Kerala rêve de devenir ingénieur ou médecin. « Souvent ils ne veulent pas reprendre l'exploitation de leurs parents, souligne Tomy Mathew. Si la demande de produits biologiques et équitables se renforce, cela suscitera peut-être des vocatians ! » Et cela semble bien parti : les épices produites au Kerala par la FTAK sont de plus en plus prisées. Le chef Olivier Roellinger. parti en croisade pour prot éger la mer et le thon rouge (d dossier La polémique de la viande, Néoplanèt e no 12) se rend ainsi régulièrement dans la région. À la fin du (VOYAGER) mois de janvier. il a commandé trois tonnes de poivre issu de la nurserie de Cheeyambam. Financée par la prime du commerce équitable, elle abrite une variété ancienne et recherchée de poivre. Un cépage rare qui se mérite. Il faudra en effet attendre trois ans avant de le déguster. MAX HAVELAAR... C'EST QUI, MAX ? C'est le titre d'un roman néerlandais écrit au x1x• siècle par Eduard Douwes Dekker (Actes Sud-Babel). Son héros, l'humaniste Max Havelaar, dénonce l'oppression des paysans d'Indonésie par un système commercial injuste, fondé sur l'exploitation des plus pauvres. En 1988, en hommage au personnage, des Néerlandais créent l'association Max Havelaar et le label de commerce équitable du même nom. En 1996, naît Max Havelaar France, qui labellise riz, café, thé, épices, chocolat, bananes, ananas ou encore coton. À l'occasion de la quinzaine du commerce équitable (du 8 au 23 mai 2010), des festivités seront organisées dans toute la France : brunchs géants, animations culinaires et musicales, siestes sur des coussins en coton équitable, boutiques éphémères... lnfos : www.maxhavelaartrance.org, 0142 8770 21. À lire : Commerce équitable, Joaquin Muiioz, aux Éditions Michalon, 16 €. (53(



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :