Néoplanète n°13 avr/mai 2010
Néoplanète n°13 avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de avr/mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 33,6 Mo

  • Dans ce numéro : Gaston l'écolo, mascotte de l'ONU.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
(S'ENGAGER) LA VERTE COLINE SERREAU Coline Serreau vient de tenniner un documentaire engagé et original, intitulé Solutions locales pour un désordre global, où il est question d'agriculture, de graines clandestines, de femmes, de microbiologie des SOIS. Propos recueillis par Monique Neubourg Il y a dans votre film une grande énergie, des gens enthousiastes et convaincus, qui respirent la vie, mais, en même temps, vous nous dites que la Terre est moribonde. Je ne suis pas la seule à avoir fart : ce constat et cela n'empêche pas qu'il faille toujours être optimiste. On ne montre pas assez les gens qui avancent les réseaux qui s'organisent Ils ne sont pas encore visibles, mais ils existent ils sont nombreux et ils font beaucoup pour que les solutions émergent Ce sera un combat difficile, mais il ne peut pas être perdu, il sera forcément gagné. Qu'est-ce qui vous en rend aussi certaine ? Actuellement quand Pienre Rabhi donne une conférence, ce sont hurt : cents personnes qui entrent et quatre cents autres que l'on refuse. li y a quelques années, Devinder Sharma étart : heureux de parler devant une assistance de cinquante personnes. Aujourd'hui, elles sont cinq cent mille. Il s'agrt : d'un grand mouvement historique. La visibilrt:é est petrt:e, la réalrt:é énonme. On n'a pas le choix. Lhumanrt:é va continuer à détruire jusqu'à un certain point Ensurt:e, il faudra reconstruire, et d'ailleurs, ça a déjà commencé. Votre propos est non seulement écolo, mais aussi féministe. Vous opposez les valeurs féminines, nounicières et protectrices à des valeurs viriles de guerre, de pesticides... Et de prédation. Les deux énergies sont utiles, il y a deux pôles, comme le yin et le yang. Il s'agrt : d'une question d'équilibre. Je constate le déséqui libre entre les deux forces, ce que ne remarquent généralement pas les écologistes, sauf les Brésiliens et Lydia et Claude Bourguignon qui en sont conscients. Les écologistes parlent d'environnement, mais pas de ce corps maternel qui est une richesse à soigner. Les religions judéo-chrétiennes privilégient les fils, pas les mères, et là, nos sommes déjà dans ce paradigme du meurtre de la Terre. de conscience PT"""""".. impulsion des gouvernements ? Un film, s'il accompagne les mouvements de société, ne déclenche rien. Le moteur profond des changements dans une société, c'est le peuple, ce sont ceux qui doivent s'organiser pour manger. Les dirigeants sont devenus les administrateurs des grandes entreprises. C'est au peuple de faire en sorte qu'ils changent Sinon, ce sera le fascisme. j'ai juste donné la parole à des gens qui ont une expérience du terrain et des compétences, et qui, en même temps que le constat d'une catastrophe, ont des solutions simples et joyeuses. Depuis deux ans, il y a nombre de documentaires très différents sur ce sujet, de Home à Food, lnc. Je les ai tous vus et tous aimés. Certains sont pessimistes, d'autres pas assez dénonciateurs, mais chacun fart : selon sa sensibilrt:é. Déjà, en 1996, vous réalisiez La Belle Verte, alors que le sentiment écologique n'était pas très partagé. Lécologie a toujours été l'une de mes préoccupations. La Belle Verte * étart : un manifeste très radical, qui a reçu un mauvais accueil. Je me suis pris une claque. Aujourd'hui, c'est un film culte et celui, presque, dont on me parle le plus souvent Un mot pour les spectateurs ? Essayez de considérer ce que cela pourrart : vous apporter d'avoir une autonomie alimentaire.Vous comme individu, village, ville, pays. Comment je vais manger demain, et les enfants, et les vieux, et les malades ? À partir de là, tout le monde peut et dort : être d'accord. *Dv'D-Iivre La Belle Verte chez Actes Sud Le livre du dorumentoire est également édité chez Actes Sud.
(S'ENGAGER) Gary Hirshberg L'homme qui murmurait à l'oreille des vaches Un concept novateur à l'époque, un chef d'entreprise éco-responsable, une marque de yaourts bio célèbre dans le monde entier. Qui se cache derrière Les Deux Vaches ? Par Alice Audoin Gary est américain, directeur général, (vieux) beau, riche, célèbre. Une success story américaine. What e/se ! Son entreprise enregistre depuis vingt ans une croissance de 20% par an.ll est dans le pétrole ! Non, dans le yaourt bio. li vient de loin, de l'époque où le bio concernait seulement les babas, et non les bobos, c'est-à-dire 0.0001% de la population aux États-Unis. Une idée amusante Se lancer dans le lait bio avec neuf vaches a été la première pierre à l'édifice de son entreprise Stonyfield au début des années 80. Mettant toutes ses ressources à créer un circuit de production coûteux (ressources durablement gérées, fournisseurs éparpillés, main d'œuvre mieux rémunérée...), ne pouvant donc compter sur la publicité et épuisé de distribuer lui-même des échantillons dans les supermarchés, il décide alors de proposer aux consommateurs d'adopter une vache en échange d'une « Lettre de la vache » deux fois par an. Des milliers de personnes trouvent cette idée amusante. Pour que le bio entre dans les usages de consommation, pense-t-il, il faut en baisser le coût donc en vendre plus. Plus on vend, plus il y a de fournisseurs de lait bio, plus les prix baissent et ainsi de suite. Gary reste pragmatique. « Les gens se mettent au bio à trois occasions : lorsqu'ils envisagent d'avoir un enfant lors d'un problème de santé et grâce à l'influence de quelqu'un d'autre. Ils mangent bio avant tout pour eux, pas pour la planète, mais ce qui est bon pour eux est bon pour la planète. » Près de vingt ans plus tard, sa société, revendue depuis à Danone, trône dans les linéaires des grandes surfaces, y compris en France, sous l'appellation Les Deux Vaches (fallait qu'il ne parle pas français pour avoir laissé passer ce nom !). Françoise-Hélène Jourda, l'architecte durable Commissaire générale de la Biennale de l'Habitat durable qui vient de se dérouler à Grenoble, Françoise-Hélène Jourda a toujours milité pour l'architecture durable. Sans jamais sacrifier à l'esthétique... Propos recueillis par Patrick Tesson L•habitat durable sacrifie-t-il/•esthétique ? Non, mais ça m'a conduite à ne pas respecter les modes en cours. Notamment celle de la transparence des années 80 ou celle des objets déconstruits et éclatés des années 1990- 2000. Aujourd'hui, on les remplace par des choses, à mon avis, plus sages, plus confortables, et qui respectent davantage l'utilisateur. Désormais, la question de la qualité de vie et du rapport à l'environnement domine la question de l'esthétique, de la mode et du simple profit. Lorsqu•on vous propose de travailler sur un projet, est-ce votre rôle d•imposer des choix plus raisonnables et plus durables ? L'architecte n'impose jamais, mais propose des évolutions tout en gardant le même type de confort. Autour de moi, les gens connaissent ma spécialité, savent à quelle sauce ils vont être mangés en venant me voir, à savoir celle du développement durable. Il y a une très forte volonté des utilisateurs, des investisseurs et des promoteurs de tendre vers des choix plus verts. (21 (Quels sont les critères auxquels vous ne dérogez jamais dans vos projets ? Aujourd'hui, les normes qui seront mises en place en 2012 et 2020, c'està-dire, au minimum, des bâtiments à basse consommation ou à énergie positive, sont évidemment des critères auxquels je me suis déjà adaptée. Cela dit il faut aller plus loin. Car la question énergétique ne concerne pas que l'énergie consommée mais aussi les matériaux. Par exemple, pour fabriquer l'acier, le laminer, en faire des panneaux, les apporter sur le chantier, cela représente environ un tiersn. de l'énergie globale du lieu. Il s'agit donc de préserver les ressources de notre planète. ECOUTEZ SUR LA WEB RADIO NEOl'I.ANETEFR l ! ln'EIIIIIEW INTÉGRALE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :