Néoplanète n°12 fév/mar 2010
Néoplanète n°12 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de fév/mar 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 69,3 Mo

  • Dans ce numéro : plémique de la viande, les grands chefs rebondissent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
[participer] ZESTS La chronique d’Éric lambin Le bonheur en 5 points « L’argent ne fait pas le bonheur » : ce vieux dicton, redécouvert par la science économique, est une évaluation subjective de la situation d’un individu par lui-même, sur l’ensemble des dimensions qui affectent son existence. Une vie heureuse, de qualité, est associée à l’existence d’opportunités, au sens et au but que les personnes assignent à leur vie, comme à la capacité de jouir des possibilités offertes à chacun. Les facteurs qui déterminent la vie heureuse se déclinent en cinq catégories : la situation personnelle : santé, vie affective, loisirs, travail, mobilité…, le sentiment de sécurité : peur de la criminalité, des conflits, des guerres…, l’environnement social : appartenance à un réseau de relations, confiance et possibilité d’une aide en cas de besoin…, l’environnement institutionnel : libertés publiques, participation politique, bon fonctionnement de la justice…, l’environnement naturel : exposition au bruit et à la pollution, accès à des espaces naturels préservés et sentiment de connexion avec la nature… Plusieurs des facteurs associés au bonheur dépendent directement ou indirectement de l’environnement naturel : le cadre de vie, la santé, l’accès à l’eau potable et à une alimentation équilibrée, la sécurité face aux catastrophes naturelles, ainsi que la vie spirituelle, esthétique et symbolique. Promouvoir des politiques de développement durable est donc dans l’intérêt de tous. « Devenez plus heureux grâce à la préservation de la nature » : voilà le nouveau dicton ! Éric Lambin est l’auteur de Une écologie du bonheur, aux Editions Le Pommier (2009). Ro b e r t Ai c h i n g er./w w w.s xc.h u
Patrice Hernu, conseiller D é v e l o p p e me n t durable auprès du MEEDDM (1) et de l’INHESJ (2), s’est fait connaître, entre autres pour son concept de la « globalocalité ». L’idée ? Les ressources fossiles carbone seraient achetées par un fonds mondial du carbone, puis transformées en certificats monétaires obligatoirement annexés aux grandes monnaies de réserve. Patrice Hernu en appelle à la convocation d’un « Bretton Woods du carbone », carbone vivant compris, pour intégrer le développement durable dans la régulation de l’économie monétaire et financière à l’échelle mondiale. Selon lui, « la lutte contre le CO 2 doit être menée parallèlement avec la défense de la biodiversité sinon cela ne sert à rien. Depuis toujours, nous avons constaté que les fontes de glace précédaient souvent le réchauffement climatique, par exemple au Tibet ou au Kilimandjaro. L’obsession trop exclusive du CO 2 conduit à de fausses priorités car ce n’est malheureusement pas le seul problème. La déforestation, comme toutes les atteintes aux sols et aux végétaux qui fixent le carbone, est beaucoup plus grave. Toutes les périodes de réchauffement de notre planète lors des derniers millénaires ont été fastes pour la nature alors épanouie. En revanche, les refroidissements qui ont suivi, eux, [9] [PARTICIPER] La montagne, ça se gagne ! Comment intégrer le développement durable aux Jeux olympiques, sauvegarder l’eau, faire évoluer l’urbanisme des stations de sports d’hiver ? Autant de sujets primordiaux débattus aux Ateliers de la Montagne de Courchevel par de nombreux experts. Parmi eux, Patrice Hernu, qui n’a pas sa langue dans sa poche ! ont été dramatiques. Par exemple, après l’optimum médiéval (900-1200), il a fallu défricher les forêts et assécher les marais pour compenser la perte. Cela n’a pas empêché disettes et famines. La période de décollage industriel a été également très dure. Les glaciers des Alpes se sont reformés. Il a fallu reconquérir la montagne ! Mais aujourd’hui - et c’est le véritable changement - le réchauffement que nous connaissons depuis la sortie du LES ATELIERS DE LA MONTAGNE petit âge glaciaire (1850) est très néfaste en raison des activités humaines. Le CO 2 ne trouve plus à se fixer alors qu’il est émis en excès ! Il faut donc ralentir l’ensemble des pollutions humaines qui détruisent les stocks végétaux, l’humus et la qualité des eaux... Il y a urgence ! ». (1) Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer. (2) Institut national des hautes études de la Sécurité et de la Justice. Soutenus par l’ADEME, Green Cross International, le WWF, l’UNEP, l’IUCN et le WBCSD, les Ateliers de la Montagne réunissent nombre d’experts, scientifiques, industriels, politiques, acteurs du DD afin de débattre de l’avenir du monde et notamment de la montagne. Des débats passionnants à suivre sur www.planetworkshops.org HO W I E-GA R B E R



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :