Néoplanète n°12 fév/mar 2010
Néoplanète n°12 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de fév/mar 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 69,3 Mo

  • Dans ce numéro : plémique de la viande, les grands chefs rebondissent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
d r - d a v i de g u g l i e m o - w w w.s xc.h u [Bouger] ZESTS Par Stéphane Aitaissa Glissez durable Cet hiver, les fabricants de skis ne manquent pas d’imagination pour relever le défi de l’éco-conception. La preuve par quatre. Par Fabienne Broucaret Pionniers Les skis Grown sont fabriqués à partir de cendres, de fibres de basalte et de bois de sapin issu d’une forêt gérée durablement. Pour l’achat d’une paire, une lampe basse consommation vous sera offerte. Récompensée en 2008 par le prix Ecodesign du Salon mondial de l’industrie du sport d’hiver, cette enseigne allemande n’alimente son atelier qu’avec des énergies renouvelables. Son objectif ? Utiliser le moins de matériaux différents dans la fabrication d’un ski afin d’en faciliter le recyclage. 1 200 euros, www.grownskis.com Girls only Les atouts green du modèle pour femmes « Attraxion Echo » de Rossignol sont nombreux : 20% de fibres de lin, 50% d’encre en moins par rapport à un ski traditionnel et une semelle composée à 25% de matières recyclées. Sans oublier le noyau en peuplier issu d’une forêt espagnole gérée durablement, là où sont fabriqués les skis, dans une usine certifiée ISO 14001, une norme environnementale reconnue. 680 euros, avec fixation. Tél. : 04 38 03 80 38. www.rossignol.com Haut de gamme La marque Lacroix vient de sortir les skis LXR HD, un modèle en aluminium et en bois. Sa finition métallique est exempte de tous plastiques et vernis. 1 790 euros, www.ski-lacroix.com Élégants Les skis « The First » de Styibwe sont en bois labellisé FSC et PEFC (programmes européens des forêts certifiées). Ils sont recyclables à 80%, la moyenne nationale étant de 35% dans cette industrie (source Tri-Vallée). La jeune marque utilise le noyau des skis usagés pour chauffer son atelier. Et envoie les carres, la partie métallique qui se trouve sur les bords de la semelle, dans les circuits de récupération de l’acier. Édition limitée à 99 exemplaires, 1 890 euros. www.styibwe.fr Une planche dans le mouv’ ! Avec deux roues pivotant à 360° et une barre de torsion reliant deux plates-formes, The Wave, fabriquée par la société américaine Street Surfing, est une sorte de planche à roulettes qui permet d’avancer par un simple mouvement de « twist » sans poser pied à terre, même dans une montée ! Ça plane pour moi…C.J. [46]
L’ÈRE DE GÉRARD FELDZER DIRECTEUR DU MUSÉE DE L’AIR ET DE L’ESPACE, AU BOURGET (93) TRANSPORT SUR LE FIL Yolaine de la Bigne. Vous nous emmenez dans les airs aujourd’hui ? Gérard Feldzer. Dans les airs car il s’agit du transport par câble, nous sommes en pleine saison de sports d’hiver, donc indissociable des remontées mécaniques. Aujourd’hui de plus en plus les téléphériques, funiculaires et autres télécabines descendent de leur montagne pour s’installer en zone urbaine. Pas une grande ville qui ne se développe sans y penser. Barcelone, Montréal, Hong Kong, Singapour, Lisbonne ou encore Milan, qui prépare son exposition universelle, toutes investissent dans ce moyen de transport pourtant ancien. Le téléphérique du Pain de Sucre à Rio remonte à 1912 ! Y. B. Et en France ? G. F. En 1955, à Chamonix, la France inaugurait le plus grand téléphérique du monde. Il vous emmène sur l’Aiguille du Midi à 3 800 mètres de hauteur. Record battu par celui de Mérida au Venezuela qui grimpe aujourd’hui à 4 800 mètres. Tous ces systèmes sont basés sur le même principe : la motorisation est au sol et les cabines montantes sont entraînées par les cabines descendantes. Le « tram aérien », comme on l’appelle aussi, coûte moins cher que d’autres modes de transport : pas d’expropriations, une consommation trois fois moins importante qu’un tramway terrestre, cinq fois moins qu’un bus et dix fois moins qu’une voiture. C’est l’un des moyens de transport les plus écologiques. Le leader mondial sur ce marché est une société française : Pomagalski. Créée en 1936 et basée à Grenoble, elle transporte par câble et [47] par heure près de sept millions de passagers dans le monde. Pomogalski a également installé dernièrement le métrocable de Medellin en Colombie, les nouveaux téléphériques de Rio et de New York. L’entreprise sort même un CycloCable qui permet aux cyclistes fatigués de remonter la pente… Y. B. Alors, on va bientôt tous se téléporter ou se télétransporter ? Aller travailler dans le confort, le silence, flottant au dessus des bouchons et des paysages, ce serait possible ? G. F. Pour se téléporter façon « Star Treck », il faudra quand même attendre un peu. Cependant de nouvelles recherches voient le jour, comme la téléportation quantique par exemple. Pour ma part, j’essaie désespérément de me téléporter chaque matin de mon lit à la douche ! J’espère y arriver un jour... Retrouvez Gérard Feldzer dans « Circulez, il y a le monde à voir ! » sur la web-radio de Néoplanète : www.neoplanete.fr GARDEZ LE CONTRÔLE ! Dekra Automobile, le leader du contrôle technique, place le développement durable au cœur de sa stratégie en lançant le programme « Mon centre vert ». Sous la forme d’un site Extranet, ce concept permettra à l’ensemble des trois enseignes du réseau (Dekra, Norisko et Autocontrol) de contrôler son impact sur l’environnement. Concrètement, chaque gérant pourra créer virtuellement son centre vert en fonction de diverses options : mobilier écolo, toiture végétale, éclairage basse consommation, isolation renforcée, mur végétalisé, etc. Plus d’infos sur www.dekra-automotive.fr S.A. UNE ALLEMANDE LÉGÈRE COMME L’AIR Et si le futur de la voiture passait par le diesel ? C’est le pari un peu provocant de la société allemande Loremo, avec un modèle diesel à faire pâlir la Prius. Out les systèmes hybrides et autres batteries coûteuses et polluantes : place au minimalisme ! Structure ultra légère de moins de 100 kg, absence de portières, carrosserie en plastique thermo moulé, moteur logé entre les sièges avant et arrière, la Loremo ne consomme que 1,5 l/100 km, une vraie prouesse. Et pour ceux qui oseraient la confondre avec la Tata indienne, sachez que la petite allemande rime aussi avec modernité puisque climatisation, ABS et GPS font partie du package. Avouez qu’un Paris/Nice avec 15 litres de carburant, c’est plutôt tentant ! ww.loremo.comC.J. D R - D A V I D E G U G L I E M O - W W W.S XC.H U



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :