Néoplanète n°12 fév/mar 2010
Néoplanète n°12 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de fév/mar 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 69,3 Mo

  • Dans ce numéro : plémique de la viande, les grands chefs rebondissent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
[COCOONER] DESIGN & RECYCLAGE AVEC Par Élise Morin D R Grâce au tri et au recyclage, les emballages ne sont plus des déchets mais deviennent de véritables ressources pour le futur. En partie réutilisés pour un usage identique, ils permettent aussi d’inventer de nouveaux objets, de nouvelles formes, notamment dans le domaine de l’art. C’est pourquoi Michelle Brand a bon fond Michelle Brand transforme les fonds des bouteilles plastiques en cascades de fleurs cristallines. L’artiste britannique traque avec élégance : le « jetable », les mauvaises habitudes de consommation et nos regards endormis sur les objets du quotidien. Après un master de design et d’architecture bioclimatique à l’université de Manchester, Michelle Brand s’intéresse à la gestion des déchets. Elle conçoit l’habitat comme un micro « écosystème » créatif dans lequel il est possible d’expérimenter des solutions à échelle humaine pour défier le gaspillage. « Beaucoup de ressources, de temps et de matériel passent dans la production, mais la fin de vie de ces objets nous appartient, explique-t-elle. Nous nous devons de récupérer cet investissement grâce à une nouvelle utilisation. » [32] DES BOUTEILLES EN FLEURS Ainsi, sa collection de luminaires suspendus « Cascade » est fabriquée avec des fonds de bouteilles en plastique transformés en fleurs d’une beauté féerique et d’une grande douceur. Simplement découpés, polis à la main et assemblés avec patience, les plastiques forment un « tissu » décoratif qui se décline en abat-jour, cloison ou installation. Pour collecter de 100 à 150 bouteilles par semaine, Michelle Brand travaille en étroite collaboration avec « Emerge », une structure pionnière qui sensibilise individus, entreprises et communautés au bien-fondé du recyclage. Dans ce petit laboratoire, elle anime des ateliers pour mobiliser les éco-designers au « slow design », une philosophie qui fait écho au mouvement international « slow food », né en Italie dans les années 80 pour lutter contre la culture fast et encourager de saines pratiques alimentaires. « LE SLOW DESIGN » En opposition à la notion de productivité, à la standardisation de l’industrie et à la frénésie de consommation, les objets « slow » sont uniques et conçus en respectant le temps nécessaire à la qualité. Les matériaux sont recyclés, les techniques de fabrication traditionnelles et artisanales. En offrant une seconde vie aux objets ordinaires, le slow design condamne en douceur notre vision du « jetable ». Après la transformation de ces produits de série, et leur renaissance en cascades de lumières, on se surprend à oublier leurs humbles origines. Aucun fard pourtant n’aura été nécessaire pour sublimer le plasti- que : il aura fallu du temps et seulement du temps pour doner tant d’élégance à nos déchets ménagers.
Coca-Cola, au-delà de sa politique de réduction de ses emballages, encourage les consommateurs à trier, recycler, réutiliser, bref, à faire du neuf avec du vieux. Tour d’horizon de quelques-uns de ces génies du recyclage dénichés par Néoplanète. Fabrice Peltier Emballé c’est signé ! ! Expositions, livres, conseils aux entreprises et bien sûr créations, Fabrice Peltier prend tous les chemins pour faire évoluer les mentalités et transformer les déchets d’emballages en œuvres d’art. Le recyclage, Fabrice Peltier connaît ! En 1983, le designer crée P’Référence, société spécialisée dans la création design packaging. Il devient ainsi l’un des pionniers dans [33] le domaine : en vingtdeux ans, l’agence aura créé plus de dix mille packagings ! Adepte de l’éco-design dès la première heure, Fabrice s’est attaché à expliquer son métier au travers de deux ouvrages : L’Eau, source d’innovations, ainsi que La Boîte, solution d’avenir, aux éditions Pyramyd. Récemment nommé expert pour le design packaging auprès de l’Organisation des Nations unies pour le Développement Industriel (ONUDI), il aide aussi les sociétés à améliorer leurs emballages afin de développer leurs exportations. Et en qualité d’éco-designer, il s’implique aussi auprès des entreprises dans une démarche de recyclage… artistique. Ainsi, avec le soutien de Coca-Cola Entreprise et la Ville de Paris, Fabrice Peltier a mis en place pour Noël des illuminations de rues. Il a utilisé pour cela des lustres composés de 45 bouteilles plastiques chacun, et fait pousser des arbres de quatre mètres de haut fabriqués avec 1 200 bouteilles par pied. L’objectif était bien sûr de sensibiliser l’opinion au recyclage dans une période de consommation particulièrement marquée. Fabrice Peltier a ouvert en 2008, à Paris, la Design Pack Gallery : un espace unique au monde spécialisé dans l’art du design packaging. Il y organise, à partir du 29 mars, l’exposition « ‘R’de Recyclage - La seconde vie des emballages », et révèle ainsi au grand public comment ces emballages peuvent servir de matière première à de nombreux artistes. Quand de simples bouteilles deviennent des lustres, alors les tes se transforment en… cagetbibliothèques. Plus d’infos : www.designpackgallery.fr P H O T O S : D R



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :