Néoplanète n°12 fév/mar 2010
Néoplanète n°12 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de fév/mar 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 69,3 Mo

  • Dans ce numéro : plémique de la viande, les grands chefs rebondissent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
[S’ENGAGER] Explorateur, océanographe, producteur de film, comment vous définissez-vous ? Je suis plongeur avant tout. Mon père m’a fait découvrir la Méditerranée et depuis je n’ai jamais quitté les océans. J’ai eu le privilège dans ma vie de parcourir environ les trois-quarts de la planète. Avec votre environnement familial et votre goût de l’aventure, vous êtes forcément un écologiste convaincu ? Je suis convaincu que la mer est devenue une poubelle. Il n’y a plus rien à pêcher. Par ailleurs, la déforestation produit du CO 2 qui acidifie les océans. C’est dramatique. « Voyage sous les mers 3D » qui sort en DVD* a été un projet titanesque... Sept ans de travail condensés en 82 minutes ! l26 expéditions et plus de 1500 heures de plongées… On vit l’expérience à travers une tortue de mer. Un vrai lien entre terre et mer car les femelles reviennent où elles sont nées au bout de deux ans pour pondre au même endroit. Que se passe-til pendant ces deux ans ? C’est ce que pourra découvrir le spectateur chez lui et en 3D. *Film disponible en DVD et Blu-ray le 2 février 2010. Sortie cinéma le 26 août 2009, réalisé par Jean-Jacques et François Mantello, avec Marion Cotillard, Belen Rueda. Titre original « Oceans 3D : Into the Dee », documentaire britannique, durée : 1h21, Wild Bunch Distribution. JEAN-MICHEL COUSTEAU VINGT MILLE LIEUX SOUS LES MERS Fils du célèbre commandant au bonnet rouge, Jean-Michel Cousteau a parrainé Voyage sous les mers 3D, un film réalisé par Jean-Jacques Mantello. Une expérience unique qu’il a souhaité nous faire partager. Avec relief évidemment. Propos recueillis par Stéphane Aitaissa On découvre que toutes les espèces marines sont inter-dépendantes... Tout est lié. La nature est organisée de telle manière qu’elle peut compenser des manques. Mais en perdant des espèces, on affaiblit le système et cela peut être une catastrophe. Si les récifs de corail venaient à disparaître, cela signifierait la fin des océans. Qu’est-ce qui les détruit ? La fin des océans signifie la fin de l’espèce humaine. Entre 25 et 30% des récifs coralliens sont déjà morts. Ils sont pourtant vitaux. C’est d’abord un lieu de reproduction très important et donc une source de nourriture pour les populations côtières. Les pays en voie de développement bordent 85% des récifs. Ils en sont dépendants car ces derniers protègent les côtes des intempéries. Quand ils meurent, c’est fatal pour les territoires « à ras de l’eau » comme les Bahamas ou les Maldives. Enfin si les récifs [20] disparaissent, les touristes n’iront plus dans ces pays. Ce serait une catastrophe économique. Quelles sont les actions menées par votre fondation Ocean Future ? Notre mission est de protéger les océans pour protéger les hommes. On se concentre sur trois domaines. D’abord l’éducation des enfants avec deux programmes : « Ambassadeur de l’environnement » et « Sustainable Reef » (récif durable). Ensuite l’information que nous délivrons à travers de la télévision, des conférences et de plus en plus sur Internet. Enfin, le dernier volet consiste à engager un dialogue avec les décideurs politiques et industriels. L’espoir n’est-il pas dans les mains des jeunes citoyens finalement ? Absolument. Il ne faut pas se reposer sur nos dirigeants. Notre film peut fédérer les jeunes qui seront nos futurs décideurs. Et qui sait, ils prendront peut-être de res décisions que nous. meilleu- Plus d’infos sur www.oceans-lefilm.com 3D E N T E R TA I N M E N T - FR A N Ç O I S MANTELLO - CARRIE VO N D E R H A A R.
Valantin s’en va-t-en guerre Un combat ! Jean-Michel Valantin envisage le réchauffement climatique avec les yeux du général Sun Tzu plutôt qu’avec la philosophie de Joan Baez ! Docteur et chercheur au Centre interdisciplinaire de recherche sur la paix et d’études stratégiques (Cirpes), il est l’un des premiers spécialistes mondiaux en « sécurité climatique ». En clair : quels les effets politiques du réchauffement global et leurs conséquences sur l’ordre mondial ? Selon lui, la géopolitique va être bouleversée par des désordres climatiques, une montée des eaux, la désertification et autres crises alimentaires. Si, aujourd’hui, des réseaux de solidarité et de nombreuses solutions locales émergent pour prévenir de ces dangers collatéraux, il manque une « gouvernance mondiale » pour les gérer à l’échelle planétaire. Toujours selon Jean-Michel Valantin, il faut oublier les « babas cool » et leur passivité, seule l’alliance avec des « guerriers » peut nous sauver. Un John Rambo qui donnerait sa vie pour un ours blanc… Un peu comme le héros d’Avatar ? Justement assure le chercheur, Hollywood, vitrine de la Défense américaine, a tout compris ! Le personnage d’Avatar abandonnant l’instinct de conquête pour celui de préservation n’est pas anodin ! En attendant, Jean-Michel Valantin, le « Murat du bio », prépare ses troupes, et il a de quoi faire : toute la jeunesse française scolarisée ! Car ce haut fonctionnaire - en charge du Développe me n t durable à la Direction générale de l’enseignement scolaire du ministère de l’Éducation nationale - voudrait que tous les élèves soient éduqués aux défis de la planète. À quand les exercices d’entraînement ? Et une deux, une deux. Parés ? Protégez ! À lire de Jean-Michel Valantin : Écologie et gouvernance mondiale (Autrement- 2007), Menaces climatiques sur l’ordre mondial (Lignes de repères - 2005), Hollywood, le Pentagone et Washington (Autrement-2003, réédition en 2010). Alice Audouin [21] Plus de VIP ? www..fr D R



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :