Néoplanète n°10 sep/oct 2009
Néoplanète n°10 sep/oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de sep/oct 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Kel Epok Epik

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 28 Mo

  • Dans ce numéro : Julia Roberts, pretty écowoman.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
(BOUGER) Mettez un chercheur dans votre moteur ! Ça carbure chez les chercheurs pour trouver le moyen de rouler cc propre » : de l'eau, du gaz, de l'air comprimé... la voiture de demain ne fonctionnera sans doute pas qu'à l'électricité ! ParVincent Rondreux Les grands industriels ne sont pas les seuls à cogiter sur les voitures « propres ». Le monde des chercheurs, en particulier celui des chercheurs indépendants, est en pleine ébullition. Depuis des années. A in si, l'inventeur américain Paul Pantone a travail lé sur un système récupérant la chaleur du pot d'échappement pour chauffer un mélange d'eau et de carburant, et limiter ainsi la consommation et la pollution. S'il a déposé un brevet dès 1995 et rendu publics ses secrets de fabrication, Paul Pantone n'a cependant pas récolté la gloire : il a été emprisonné pour escroquerie, puis interné dans un hôpital psychiatrique... DU cc SYSTÈME G, SOUS LE CAPOT Néanmoins, il a été relayé par d'autres chercheurs dont jean-Louis Naudin, assez connu chez les internautes scientifiques. Le processeur multi-carburant - PMC- (34 (Pantone (et non le moteur à eau...) a débarqué en France à partir de 2000. Testé sur tondeuse, il a ensuite évolué sur certains tracteurs écolo, prenant le nom de Système G. Un système avec lequel seu le l'eau est chauffée avant d'être dirigée vers l'entrée d'air du moteur. sans modification de ce dernier donc... Le site\IV\IVW.quanthomme.com détaille le fonctionnement de ces procédés. Booster la combustion des moteurs par le biais de l'eau, c'est également l'objectif
-d'un générateur à gaz mis au point par Gérard Froussard et Christ ian Fetter. Son nom : Addwatter V 1. L'installation semble encore plus simple que celle du Système G : le kit - que l'on trouve toujours sur www.quanthomme.com - comprend entre autre un tube PVC et des plaques en inox servant de bac à électrolyse. Rempli d'eau et relié à la batterie, ce bac produit un gaz contenant de l'hydrogène filant vers l'arrivée d'air du moteur. Et là encore, nos chercheurs affichent une chute de la consommation et des émissions polluant es. Étonnant, non ? LE PLEIN D'AIR, S'IL VOUS PLAÎT ! Mais, dans les deux cas, l'objectif est « uniquement » d'améliorer le classique moteur à explosion, fonctionnant à partir de combustibles fossiles (gaz, pétrole...) euxmêmes voués à se raréfier. C'est là que le moteur électrique marque des iii•ICIIfits en particulier en France. ====,r> !'l : a1s il'iï'est pas le seul. L'ingénieur Guy Nègre, ancien de l'aéronautique et de la formule 1, a développé à travers sa société luxembourgeoise MDl (Motor Development International), également implantée dans la région de N ice, le moteur à air comprimé. « Nous affirmons, gr6ce aux résultats de nos recherches, qu'il est possible de rouler sons polluer, avec une autonomie suffisante pour les déplacements urbains et un coût de l'ordre d'un euro pour cent kilomètres », dit-il. Le constructeur Tata y a cru dès 2007 en achetant une licence de fabrication pour l'Inde ! En France, après des tests effectués cette année pour A ir France-KLM ou LA MÉHARI DU XXIE SIÈCLE ! La OneFiowAir de MDl doit exister en deux versions : une version monoénergie (air comprimé uniquement), qui a une autonomie de 50 km seulement, et une version bi-énergie qui utilisera un tout petit peu de carburant pour chauffer l'air. Résultat : une autonomie de 800 km pour une consommation de 1, 4 litre au 1 00 km et 30 g de co2 émis par kilomètre. On pourra utiliser un carburant classique ou un agrocarburant. Et pourquoi pas du gaz hydrogène produit par électrolyse comme avec l'Addwater V1 ? Après la OneFiowAir, d'autres modèles sont prévus : une citadine pour la famille (la MiniFiowAir), une berline 6 places (la CityFiowAir)... Quant au ravitaillement, il pourrait se faire dans des stations ou grâce à de petits camions fonctionnant eux aussi à l'air comprimé. www.mdi.lu encore la vil le de Nice, un modèle est attendu pour fln 2009 : l'AirPod, petit véhicule très technologique qui se pilote avec un manche, atteint 60 à 70 km/h pour une autonomie de plus ou moins 200 kilomètres et un prix de l'ordre de 6 000 euros... Il doit être suivi en 2010 par la OneFiowAir, une sorte de Méhari du XXIe siècle atteignant au moins 90 km/h. Prix : à partir de 3 500 euros (lire encadré). MOTEUR STIRLING : BIENTÔT LA REVANCHE ? Néanmoins, comme l'électricité, l'air comprimé nécessite de l'énergie pour être produit. On peut utiliser du nucléaire, de l'éo li en, du solaire ou encore du charbon, combustible fortement émetteur de col"'L'éventuelle pollution n'est donc plus située au niveau de l'échappement de la voiture, mais au niveau des centrales de production. Pour être vraiment propre, un tel système fonctionnant au charbon, au gaz naturel ou au fuel, a également besoin de la technologie de captage et de stockage du co2 - à l'étude. N'y aurait-il pas cependant des concepts de moteur totalement propre, quel que soit le bout par lequel on les prenne ? On en vient à un vieux rêve de l'homme : le moteur perpétuel, (35 (par exemple, mis en mouvement par un système d'aimants... Quelques-uns y croient dur comme fer ! On en vient également aux moteurs à air chaud, notamment le moteur Stirling (1). Schématiquement, cette machine consiste à produire de l'énergie mécanique à partir d'une différence de température d'un gaz. Elle est expliquée en détail par un passionné, Pierre Gras, sur www.moteurstirling.com. Tombé dans l'oubli, encore largement méconnu, le moteur Stirling reste trop négligé. Mais pas par tous ! Fiable et rustique, il sert à produire de l'énergie dans des sous-marins (notamment militaires), des satell ites, des centrales solaires, des chaudières fonctionnant en cogénération (pour fournir de l'électricité et du chauffage), des groupes électrogènes... Attendant sa revanche, il peut produire de la chaleur et même du froid si on inverse son système. Et il s'utilise avec de multiples sources de chaleur ; en particulier le soleil... La société Philips a el le-même essayé de l'adapter aux vo itures dès le milieu du xxe siècle. Sans su ite. Et si quelques talentueux ingénieurs recommençaient, persévéraient, réussissaient ? Gageons que de tels chercheurs n'ont pas fini de nous faire espérer ! • 1- Du nom de l'inventeur Robert Stirling. Brevet déposé en 1 8 1 6 !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :