Negresco n°6 2017
Negresco n°6 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de 2017

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (295 x 400) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : nanas...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
2 8 S U P E R - N A N A S À QUAND LE VRAI « GIRL POWER » ? SO WHEN DO WE GET REAL GIRL POWER ? SHUTTERSTOCK 1 T
Ci-contre  : la judokate française Émilie Andéol a remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de Rio en 2016. « Super-nanas ». Le thème s’est imposé de lui-même. Car Jeanne Augier, propriétaire du Negresco, a toujours – en tant qu’esprit libre – défendu tout au long de sa vie les droits des femmes. Si leurs conditions ont très peu évolué entre la fin du XIX e et la première moitié du XX e siècle, à partir des années cinquante le mouvement de l’émancipation féminine est lancé. Citons l’autorisation d’ouvrir seules un compte chèque (1965), la loi Neuwirth, qui légalise la contraception (1967), l’égalité des salaires hommes/femmes votée en 1972, la parité en politique (2000) et dans les conseils d’administration des grandes entreprises (2008). Des progrès certes, mais qui illustrent bien – en creux – la place que la société dite « moderne » leur laissait… Depuis plus de quarante ans, les revendications féministes et les voix se sont donc élevées pour dénoncer une situation à la fois injuste et intolérable. Des Pussy Riot – ce groupe punk rock féministe russe à l’origine de performances artistiques visant à promouvoir les droits des femmes – aux Femen, activistes aux seins nus, le sexe que certains aimeraient continuer à voir faible se fait entendre et s’impose dans l’espace public face aux sexistes de tout horizon. Alors oui, la femme se bat encore et toujours pour se faire une place un peu plus confortable. Et ce dans tous les registres. Comme dans le domaine du sport, dans lequel elles se distinguent. Pour s’en convaincre, il suffit d’évoquer le nom d’Émilie Andéol ou d’Estelle Mossely, toutes deux médaillées d’or aux derniers Jeux olympiques, à Rio, en 2016, qui font vibrer notre fibre cocardière. De même, les femmes artistes font désormais l’événement. Témoin, la déferlante d’écrivaines qui a envahi récemment la scène littéraire. Ou, encore, la floraison de metteuses en scène. Les femmes ne se contentent plus de jouer les stars, elles passent derrière la caméra. Idem dans les arts plastiques, où fleurit une génération prometteuse de jeunes talents. Grâce à ces « super-nanas », tout va-t-il pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Évidemment non. Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail publié en 2016, la gent féminine est toujours confrontée à une situation d’inégalité géné rale. Alors, à quand le vrai « girl power » ? N A N A S D.R. 2 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :