Negresco n°1 2012
Negresco n°1 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de 2012

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Les Editions COTE

  • Format : (295 x 400) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Negresco, un mythe séculaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
3 4 l e ne g r e s co, un m y t h e s é c u l ai r e H e NRy Ne GRescO Henry negresco au canotier (1912)
Jeanne Augier comprend que le grand capital de la France sur le plan touristique – au-delà de ses paysages et de son Histoire – est son art et son raffinement. Jeanne Augier understands that France’s biggest tourist assets, in addition to its scenery and history, are its art and refinement. La grande tâche qui attend les nouveaux propriétaires est de faire passer leur maison de l’époque d’un tourisme hivernal aristocratique à celle des tour-opérateurs cherchant à vendre massivement un hôtel bientôt unique. La famille Mesnage-Augier se lance tout entière dans le redressement de ce paquebot à la dérive. Le Negresco n’est pas adapté au nouveau tourisme qui se dessine peu à peu  : le tourisme d’affaires. Il s’agira là d’une des plus grandes mutations de l’hôtel depuis sa création. Les précédents propriétaires avaient réglé le cas des chambres arrière en créant un établissement de moindre qualité – l’hôtel Mondial – sur ces espaces. Les nouveaux propriétaires décident de ne pas reprendre le bail de cet hôtel et vont donc abandonner cette partie du bâtiment qui sera transformée en résidence.Le Negresco passe de plus de 400 chambres à moins de 200, devenant ainsi plus conforme à une exploitation « palace ». La décoration est revue par Madame Augier. D’une part, l’hôtel était relativement triste et, d’autre part, son décor n’était que celui d’un palace parmi tant d’autres. La démarche visionnaire de Jeanne Augier sera d’anticiper le fait que les clients ne viennent pas simplement chercher un lit mais aussi un surplus d’âme. Jeanne Augier comprend que le grand capital de la France sur le plan touristique – au-delà de ses paysages et de son Histoire – est son art et son raffinement. Ces deux axes seront ceux du développement du Negresco, devenu de par la volonté de ses propriétaires, un véritable conservatoire de la grandeur française. The entire Mesnage-Augier family knuckled down to refloating their « grounded liner ». Soon it would be unique. The Negresco’s new owners first tackled the huge task of taking their hotel from the era of wintering aristocrats into that of tour ope rators selling bulk accommodation. One of the biggest changes in the hotel’s entire history was adapting it to suit the needs of a new type of tourism that was developing  : business tourism. The previous owners had resolved the problem of the rear guestrooms by turning them into the Hôtel Mondial, a separate hotel of a lower category. The new owners decided against taking on the lease of this hotel, thereby abandoning that part of the building, which was turned into flats. Consequently the Negresco downsized from 400-plus guestrooms to less than 200, making it more suited to its role as a luxury hotel. As the building was somewhat dingy and its decoration no different to that of many others of its kind, Jeanne Augier set about overhauling the entire interior decoration. Hers was a visionary approach, for she foresaw that guests would come not simply for a bed but to stay in a hotel that had real soul. Jeanne Augier understood that France’s biggest tourist assets, in addition to its scenery and history, are its art and refinement. These two core values have driven the development of the Negresco, which thanks to its owners’determination has become a genuine showcase of French grandeur. l e c en t en ai r e 3 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :