Natation Magazine n°134 avril/mai 2012
Natation Magazine n°134 avril/mai 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°134 de avril/mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 9,5 Mo

  • Dans ce numéro : Dunkerque 2012, c'était magique !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
46 Un peu d’histoire (Ph. D.R.) L Natation Magazine | Avril - mai 2012 | N°134 Londres : Acte III En juillet prochain, la capitale britannique accueillera les Jeux Olympiques pour la troisième fois. Un record. Présentation des éditions de 1908 et de 1948. LONDRES 1908 es JO de 1908 sont la quatrième édition des Jeux Olympiques de l’ère moderne. Ils font suite aux Jeux intercalés de 1906 à Athènes, organisés en hommage au dixième anniversaire des JO. Toutefois, le Comité International Olympique ne reconnaîtra jamais officiellement ces Jeux intermédiaires. Les Jeux Olympiques de 1908 furent attribués dans un premier temps à la ville de Rome, au détriment de Milan et Berlin. Ce choix correspondait aux souhaits de Pierre de Coubertin de privilégier la capitale italienne plutôt que celle de l’Empire allemand. Mais l’éruption du Vésuve, le 7 avril 1906, remet en cause l’organisation des JO à Rome. Face à l’importance des dégâts, le gouvernement transalpin renonce pour des raisons financières. Suite à ce forfait, les villes de Berlin et de Londres posent leur candidature. Le 24 novembre 1906, le CIO désigne Londres ville hôte des Jeux de 1908. Quelques jours plus tard, le Comité national olympique britannique (British Olympic Association), désigne Lord Desborough comme président du comité d’organisation. Celui-ci forme rapidement cinq commissions : organisation, finances, programme, hébergement et presse. Vingt-cinq sports sont prévus au programme, mais certaines épreuves sont ensuite supprimées telles l’équitation ou le golf. Le comité d’organisation décide également d’intégrer les Jeux dans l’exposition commerciale commémorant l’Entente cordiale entre le Royaume- Uni et la France afin de bénéficier des synergies des deux évènements. Les organisateurs choisissent enfin de bâtir un stade monumental dans le quartier de White City. D’une capacité de 66 288 spectateurs, le White City Stadium dispose d’une piste cycliste en béton à l’intérieur de laquelle est tracée une piste d’athlétisme. Face à la tribune principale est creusée une piscine dotée d’un plongeoir. Le stade olympique accueille par ailleurs les épreuves de tir à l’arc, de hockey sur gazon, de football, de lutte, de rugby et de gymnastique. Les autres épreuves sportives seront organisées sur des installations existantes. LONDRES 1948 L es Jeux de 1948 (29 juillet-14 août), sont les quatorzièmes de l’ère moderne. Ce furent les premiers JO organisés après ceux de Berlin en 1936, puisque les Jeux Olympiques de 1940 initialement programmés à Tokyo puis à Helsinki, ont été annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale. Dès 1946, Le CIO renait. Le nouveau président, le Suédois Sigfrid Edström, succède alors au comte Henri de Baillet-Latour décédé en 1942 et à son prédécesseur le Baron Pierre de Coubertin décédé en 1937. Lors de sa première session d’après-guerre, à Lausanne en février 1946, le CIO décide de confier l’organisation des Jeux de 1948 à la ville de Londres. Elle fut désignée à l’unanimité, sans vote. En Grande-Bretagne et dans le monde, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’organisation de ces Jeux dans un pays en pleine reconstruction. Une partie de la presse britannique juge inacceptable cette charge face aux priorités du gouvernement de Georges VI. Et pourtant, trois ans après la fin du deuxième conflit mondial, Londres accueille les délégations du monde entier. Aucune installation sportive n’est construite à cette occasion. Les athlètes sont logés dans des écoles ou des baraques militaires. Quelques équipes apportent même de la nourriture afin de pallier d’éventuels problèmes de ravitaillement. Au total, 59 nations et 4 104 athlètes (dont 390 femmes) sont engagés. La Hollandaise Fanny Blankers-Koen restera comme l’héroïne de ces Jeux en remportant quatre titres olympiques en athlétisme. On retiendra aussi que les JO de 1948 furent les premiers à être retransmis à la télévision et qu’ils accueillirent exceptionnellement une esquisse des premiers Jeux Paralympiques. Pour l’anecdote, on soulignera aussi que l’équipe de France de natation s’adjugea deux médailles de bronze dans la capitale britannique : George Vallerey sur 100 m dos (1:07.80) et le relais 4x200 m nage libre (Jospeh Bernardo, René Cornu, Henri Padou Jr. et Alexandre Jany en 9:08.00). (Ph. D.R.)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :