Natation Magazine n°133 mars 2012
Natation Magazine n°133 mars 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°133 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : championnats de France, l'heure de vérité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Ecol’eau La pollution de l’air londonien fera-t-elle courir des risques aux athlètes ? C omme il y a quatre ans, avant les Jeux Olympiques de Pékin, plusieurs médecins britanniques et américains se sont officiellement inquiétés des effets néfastes que pourrait avoir la pollution londonienne sur les poumons et le système respiratoire des athlètes engagés aux Jeux. En effet, les niveaux élevés de dioxyde d’azote risquent fortement de mettre en péril la santé des sportifs, particulièrement exposés pendant l’effort aux particules fines de dioxyde d’azote et d’ozone. A terme, et à en croire les investigations du très sérieux quotidien britannique The Independent cela pourrait même provoquer des problèmes respiratoires, des douleurs et une capacité pulmonaire amoindrie. Les niveaux de pollution à Londres dépassent régulièrement les limites fixées par l’Union européenne, en particulier pour le dioxyde d’azote (NO²), pour lequel la capitale britannique atteint des records continentaux. Durant l’été, les concentrations augmentent souvent sous l’effet de la chaleur et les experts craignent que l’ozone et le dioxyde d’azote ne stagnent au-dessus du stade olympique sous le soleil estival. « Les athlètes comme les marathoniens et les cyclistes ont besoin de respirer profondément », a expliqué Frank Kelly, professeur de santé environnementale au King’s College de Londres. « Pendant un jour de pollution élevée, ils vont en respirer de grandes quantités. Leurs poumons peuvent se contracter, ils peuvent ressentir de la douleur et être à bout de souffle. Certains athlètes pourraient ne pas atteindre les performances qu’ils visent et passer quelques jours à se sentir mal. D’un point de vue sportif, ils ne seront pas au mieux de leurs capacités. » Seule solution selon les organisations environnementales qui militent pour la qualité de l’air, bannir les véhicules polluants de la ville olympique. Contrairement aux mesures drastiques qui avaient été prises à Pékin en 2008, le maire de Londres Boris Johnson n’a pas annoncé de mesure particulière de réduction des émissions atmosphériques. Il compte sur les effets de sa politique à long terme pour réduire la pollution : vélos en libre-service, péage urbain ou encore bus hybrides. Pas de quoi rassurer les médecins, qui redoutent les effets conjugués de l’effort, de la chaleur et de la circulation• (Ph. KMSP/Grégory Lenormand) Graham Mellor « Santé : Londres foyer infectieux ? Outre les questions de pollution environnementale, les experts britanniques en maladie infectieuse redoutent que Londres se transforme en un foyer de maladies rares, parfois inconnues, durant la quinzaine olympique. Selon certains spécialistes, les compétitions qui réuniront de nombreuses délégations venues des quatre coins de la planète sur un espace limité par temps chaud pourraient présenter un risque sérieux de contamination. Le professeur Ibrahim Abubakar de l’Université d’East Anglia a ainsi pris en exemple les manifestations religieuses, musicales et sportives, notamment la Journée mondiale de la jeunesse de 2008 en Australie qui avait provoqué une considérable épidémie de grippe. Un avis contesté par Brian McCloskey, représentant de l’Agence pour la protection de la Santé (Health Protection Agency) qui estime que « l’histoire des Jeux olympiques atteste que des flambées de maladies infectieuses sont rares. L’essentiel est de disposer des moyens nécessaires pour une riposte éventuelle ». A.C. 45 Certains athlètes pourraient ne pas atteindre les performances qu’ils visent et passer quelques jours à se sentir mal. D’un point de vue sportif, ils ne seront pas au mieux de leurs capacités. (Ph. KMSP/Grégory Lenormand) » Natation Magazine | Mars 2012 | N°133



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :