Natation Magazine n°133 mars 2012
Natation Magazine n°133 mars 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°133 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : championnats de France, l'heure de vérité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 Conseils Décision de l’AFLD Natation Magazine | Mars 2012 | N°133 Pour enchaîner, récupérez ! Longtemps mésestimée, la récupération est désormais au cœur de la pratique sportive, professionnelle comme amateur. Car entre les entraînements, les stages et les compétitions, les sportifs de haut niveau sont mis à rude épreuve. Les nageurs lambda ne sont pas en reste. Le plus souvent, ils jonglent entre leurs séances de natation, un agenda professionnel chargé et une vie personnelle intense. Pour enchaîner sans s’épuiser, un seul secret : la récupération. Sujet réalisé par Adrien Cadot « Lors du triathlon de Revel, M. Philippe Jannel, titulaire d’une licence délivrée par le Fédération Française de Triathlon, a été soumis à un contrôle antidopage, effectué le 19 juin 2011 à Revel (Haute-Garonne). Selon un rapport établi le 22 juillet 2011 par le Département des analyses de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage, les analyses effectuées ont fait ressortir la présence de triamcinolone actéonidé, à une concentration estimée à 118 nanogrammes par millilitre. Par une décision du 6 septembre 2011, l’organe disciplinaire de première instance de lutte contre le dopage de la Fédération Française de Triathlon a décidé, d’une part, d’infliger à M. Philippe Jannel la sanction de l’interdiction de participer pendant deux ans aux compétitions et manifestations sportives organisées ou autorisées par cette fédération, d’autre part, de demander à l’Agence Française de Lutte contre le Dopage d’étendre les effets de cette sanction aux activités de l’intéressé pouvant relever des autres fédérations sportives françaises, et, enfin, d’annuler les résultats individuels obtenus par celui-ci lors du triathlon de Revel organisé le 19 juin 2011. Par une décision du 1er décembre 2011, l’Agence Française de Lutte contre le Dopage, saisie sur le fondement des dispositions du 4° articleL. 232-22 du code du sport, a décidé d’étendre la sanction prononcée par l’organe disciplinaire de première instance de lutte contre le dopage de la Fédération Française de Triathlon, pour son reliquat restant à purger, aux activités de M. Philippe Jannel relevant des autres fédérations sportives françaises. La décision prend effet à compter de la date de notification à l’intéressé. N.B. : la décision a été notifiée par lettre recommandée au sportif le 5 janvier 2012, ce dernier ayant accusé réception de ce courrier le 9 janvier 2012. L’intéressé est suspendu jusqu’au 21 septembre 2013 inclus, date d’expiration de la décision fédérale du 6 septembre 2011 susmentionnée. » Une bonne hydratation favorise la récupération. Plus votre pratique est intense et plus vous devez boire. En transpirant, vous perdez beaucoup d’eau (et contrairement à ce que l’on entend parfois, même les nageurs transpirent). Après un exercice physique, buvez environ deux grands verres d’eau tous les quarts d’heure, durant deux à quatre heures. Les eaux minérales sont recommandées : elles compensent la perte des sels minéraux (sodium, potassium, calcium, magnésium), due à la transpiration. En complément, et si nécessaire, vous pouvez vous hydrater à l’aide de boissons énergétiques qui facilitent la récupération musculaire. Les boissons hypertoniques fournissent des sucres rapides, utiles juste après l’effort. Evitez en revanche l’alcool, le thé ou le café, qui ralentissent la phase de récupération. Après un effort physique, il est conseillé de s’alimenter copieusement. Une activité physique entame vos réserves de sucre. Il est donc urgent de les reconstituer. Pour cela, mangez des aliments riches en glucides plutôt que caloriques. Des fruits, du pain ou des barres énergétiques sont parfaitement adaptés. La vitamine C (fruits et légumes) aide aussi à faciliter le processus de récupération. La veille d’un effort physique, pensez à renforcer votre stock énergétique en consommant de préférence des sucres lents, présents dans le riz, les pâtes ou les pommes de terre. Evitez surtout les repas trop copieux (aliments gras et viande rouge) après une séance de natation. Outre l’hydratation, le sommeil est le meilleur moyen pour récupérer d’un effort physique. Le sommeil est sans conteste le moyen le plus efficace pour récupérer. Il agit sur la totalité de l’organisme, en induisant un relâchement total permettant la restauration des stocks énergétiques ainsi que l’élimination des toxines. Et s’il arrive parfois que les entraînements ou les compétitions s’achèvent à des heures tardives, empêchant le nageur de s’endormir convenablement. Dans ce cas-là, la relaxation favorise la baisse de la fréquence cardiaque et de la tension musculaire. Pour récupérer après le sport, je peux aussi me contenter de ne rien faire. Effectivement, demeurer inactif vous permettra de récupérer un minimum, mais en avez-vous vraiment l’opportunité ? Et puis, n’oubliez pas que le sport est un stimulant, un moteur pour poursuivre sa journée sur un bon rythme sans ressentir de coup de pompe. Donc plutôt que de ne rien faire, concentrez-vous sur des activités réduites. Ce sera toujours bénéfique ! Après une grosse séance, un léger footing favorise la récupération. Lorsque l’activité a été particulièrement intense et qu’elle a provoqué une forte accumulation d’acide lactique dans les muscles, la récupération peut être accélérée en faisant un footing lent de 10 à 20 minutes. Il importe alors de
A lire Récupération et performance en sport Christophe Hausswirth Editeur INSEP 444 pages, 45 € En quelques décennies, la récupération du sportif s’est définitivement imposée comme un enjeu majeur. Aux méthodes de récupération parfois anciennes viennent s’ajouter des techniques innovantes. Pour autant, il n’est pas toujours facile de distinguer les méthodes véritablement efficaces des chimères. Dans cet ouvrage, l‘INSEP propose aux athlètes et à leurs entraîneurs de véritablement mettre en œuvre des politiques de récupération efficaces et adaptées aux spécificités de l’athlète, mais aussi à celles de son sport et de son calendrier sportif. courir sans forcer pour ne pas trop solliciter les muscles. En natation, on privilégiera des battements de jambes sur une courte durée. De la sorte, on provoque une répartition de l’acide lactique dans l’organisme, ce qui accélère nettement son élimination. Contrairement à ce que l’on imagine, les étirements ne participent pas la récupération. Juste après l’effort, rien de tel qu’une séance d’étirements pour éviter les courbatures et diminuer les risques de blessures. Il est alors recommandé de s‘étirer pendant une dizaine de minutes, deux fois pour chaque groupe musculaire (cuisses, mollets). A la fin de chaque étirement, relâchez l’ensemble de vos membres pendant dix secondes. Sautillez sur place et laissez retomber vos bras le long du corps, sans résistance. Les étirements sont d’autant plus efficaces si vous faites travailler les muscles antagonistes ensemble (ceux qui font un mouvement inverse). Exemple : étirez simultanément votre poitrine et votre dos, ou les quadriceps et les ischiosjambiers (avant et arrière de la cuisse). Augmentez progressivement l’amplitude de l’étirement, sans à-coups. Sinon, vous fragilisez vos tendons• (Fotolia) 43 Natation Magazine | Mars 2012 | N°133



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :