Natation Magazine n°133 mars 2012
Natation Magazine n°133 mars 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°133 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : championnats de France, l'heure de vérité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 Découverte Bassin de vie H Natation Magazine | Mars 2012 | N°133 En Cisjordanie, la natation n’est clairement pas une priorité du quotidien. Pourtant, dans un quartier populaire d’Hébron, une minorité découvre le plaisir des joutes aquatiques grâce à l’appui d’une association française : la Fédération Sportive Gymnique du Travail. Découverte. ébron. Pour les férus de géopolitique, l’énonciation de cette ville est logiquement familière. Les autres ont forcément entendu ou lu ce nom à la télévision ou dans les journaux. Et pour cause. Rares sont les semaines où les médias n’évoquent pas cette agglomération de Cisjordanie, tant les tensions entre colons juifs et résidents palestiniens sont omniprésentes. Un « contexte particulièrement difficile auquel n’échappe pas le quartier populaire de Tariq Ben Ziad. Dans cette zone, la plus pauvre d’Hébron, la Fédération Sportive Gymnique du Travail propose, depuis juillet 2000, des interventions éducatives et culturelles en se basant sur des pratiques sportives. Saisonnière dans un premier temps, l’idée était, à terme, d’ancrer l’activité physique dans le quotidien. « Nos efforts se sont concentrés sur la volonté de former des animateurs et des enseignants afin que le sport soit au programme dans le quartier tout au long de l’année », relate Hervé Brézot, membre de la FSGT. Le tout dans une approche ludique, et non élitiste comme souvent en Palestine. « Le sport est systématiquement Nos efforts se sont concentrés sur la volonté de former des animateurs et des enseignants afin que le sport soit au programme dans le quartier tout au long de l’année. utilisé comme un porte-drapeau afin d’acquérir une reconnaissance sur la scène internationale », explique Hervé Brézot. Or, à Hébron, la population locale a surtout besoin de se divertir. L’objectif n’est donc pas de former des champions, mais d’accueillir le plus grand nombre de participants. Très vite, la FSGT s’est rapprochée d’un club omnisports possédant, entre autres, une section de lutte pour la mettre en relation avec une structure de la région parisienne : le Club Bagnolet Lutte 93. Le partenariat entre ces trois entités vise à former des entraîneurs, à inviter des enfants pour participer à des tournois en » France, mais aussi à aider le Club Tariq Ben Ziad afin qu’il s’équipe en matériel. C’est ainsi que de jeunes palestiniens accueillis à Bagnolet ont pu découvrir, le temps d’une journée, les joies de la natation. Une expérience inédite souvent appréciée par les jeunes lutteurs. « Ils ont tout le temps envie d’apprendre », se réjouit le militant de l’association. « Je me souviens d’un adolescent qui ne savait pas nager le matin et qui le soir même, passait son baptême de plongée ! » En 2009, une organisation internationale, le TIPH*, séduite par le projet de la FSGT et les résultats obtenus, décide d’investir 450 000 euros pour le financement d’une salle de lutte aux normes internationales. Tombés sous le charme de la natation, les dirigeants du club demandent alors qu’une piscine soit également construite. « Au départ, nous n’étions pas associés au projet d’architecture et nous nous sommes retrouvés avec un bassin de petites dimensions (12 x 8 mètres) », explique Hervé Brézot. « Nous avons donc proposé de participer à la dernière phase des travaux. Ainsi, nous avons pu apporter des changements essentiels dans les secteurs de l’hygiène et de la sécurité. » Parallèlement à la mise en fonctionnement de la piscine, en octobre 2010, la FSGT lance son projet de formation de maîtres-nageurs. Une mission qui se révèle parfois compliquée. « Une jeune fille retenue pour les stages se plaignait d’avoir mal au poignet pour éviter d’aller dans l’eau », se souvient Valéry Arramon, chargée de l’apprentissage de la natation auprès de la gent féminine. « Nous ne nous doutions de rien jusqu’à ce qu’on la voie évoluer dans
« le milieu aquatique. Lorsqu’elle devait mettre la tête sous l’eau, elle se bouchait le nez ! » « Nous avons conscience que nous n’allons pas les transformer en des entraîneurs de haut niveau, mais nous souhaitons en faire des éducateurs d’école de natation », argumente Hervé Brezot. Pour cela, le fonctionnement s’appuie sur la méthode de Raymond Catteau : laisser l’enfant ou l’apprenti découvrir par lui-même et par les activités proposées ce que sont l’eau, l’immersion, la flottabilité, les déplacements et les chutes. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un loisir Nous avons conscience que nous n’allons pas les transformer en des entraîneurs de haut niveau, mais nous souhaitons en faire des éducateurs d’école de natation. La FSGT, mode d’emploi répandu en Cisjordanie, la discipline rencontre de plus en plus de succès auprès des hommes comme des femmes. Dans un quartier très conservateur, ces dernières peuvent s’adonner aux joies de la pratique sportive en toute tranquillité, des créneaux horaires » leur étant réservés. « La natation est une distraction très émancipatrice », juge Valéry Arramon. « Dans un cadre fermé, elles peuvent s’engager physiquement, ôter le voile, loin du regard des hommes. » Autre motif de satisfaction, la violence recensée chez certains jeunes a régressé après qu’ils aient adhéré à ce loisir inédit. Créée en 1934, la Fédération Sportive et Gymnastique du Travail œuvre pour le refus de l’intolérance, la solidarité avec les victimes de l’injustice sociale, des persécutions politiques et la défense des intérêts sportifs du monde du travail. Plus de 70 ans après sa naissance, la FSGT rassemble 4 200 clubs et plus de 260 000 adhérents autour de 70 activités sportives. Le saviez-vous ? En 1995, le CIO devient la première grande instance internationale à reconnaître la Palestine. Cette dernière envoya, dès l’année suivante, une délégation d’athlètes participer aux Jeux Olympiques d’Atlanta (Etats-Unis). Alors, certes, dans le contexte local, toutes ces actions menées ne représentent qu’une goutte d’eau, mais une eau qui permet de nager en toute sécurité• Rémi Chevrot (*) Présence Internationale Temporaire à Hébron regroupant six pays (Danemark, Italie, Norvège, Suède, Suisse et Turquie). Hébron 39 Le bassin d’Hébron a vu le jour grâce à la Fédération Sportive Gymnique du Travail, soutenue dans sa démarche par les fonds de la TIPH, organisation internationale temporaire regroupant six nations européennes (Danemark, Italie, Norvège, Suède, Suisse et Turquie). Natation Magazine | Mars 2012 | N°133 (Ph. FSGT)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :