Natation Magazine n°133 mars 2012
Natation Magazine n°133 mars 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°133 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : championnats de France, l'heure de vérité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Actu : Les Maîtres Témoignage Malia Metella : « La natation maître rassemble des gens passionnés, des amoureux des joutes aquatiques. C’est convivial, chaleureux et à mon avis ce n’est que le début pour cette discipline car cela permet à tout le monde de s’affronter dans un bon esprit. » (Ph. KMSP/Stéphane Kempinaire) Natation Magazine | Mars 2012 | N°133 LES INTERCLUBS S’il est une compétition dont le succès ne se dément pas, ce sont bien les interclubs des maîtres. Pour faire face à l’engouement croissant que suscite cette compétition, l’épreuve se déroule désormais en deux temps : d’abord des qualifications régionales puis une finale nationale. En janvier 2004, la première édition de ce qui allait devenir le Meeting National Interclub avait réuni 37 équipes, sans sélection préalable. En 2010, ce ne sont pas moins de 78 formations qui se sont opposé en Ile-de-France ! En 2011, 365 équipes ont participé aux épreuves régionales et la finale a rassemblé la bagatelle de 65 formations. En maîtres, pour comptabiliser les points on applique un coefficient au nombre de points bruts de la table de cotation. En clair, ce coefficient varie en fonction de l’âge du nageur et du record du monde de la catégorie. Un système ingénieux mis au point par les spécialistes normands qui l’utilisèrent dès le début des années 2000 dans leur championnat régional avant que le principe ne soit repris par toutes les régions avant de s’imposer à l’échelon national. Le huitième Meeting National Interclub des Maîtres s’est tenu les 28-29 janvier 2012 à Chalon-sur-Saône. A cette occasion, l’ACBB s’est imposé pour la septième année consécutive. LES CHAMPIONNATS DE FRANCE Les championnats de France ont lieu, comme en natation course, deux fois par an. En petit bassin l’hiver et en bassin de 50 mètres l’été. Les premiers championnats de France se sont tenus en 1987, à Vichy, en grand bassin. A l’époque, les maîtres ne rassemblaient alors qu’une poignée d’illuminés Des visionnaires en réalité ! Les championnats se disputeront durant plusieurs années à Vichy avant que les championnats d’hiver supplantent ceux d’été et deviennent la plus grande compétition de natation en France, en nombre de participants. Le record de participation a été établi en 2007 avec 2 300 participants. Suite à cette édition, les temps de qualification seront instaurés pour limiter les effectifs. Ils n’ont fait dès lors que se durcir, élevant considérablement le niveau de performance. A terme, la Fédération française estime que 1 500 nageurs engagés l’hiver et 1000 l’été sont des chiffres vers lesquels il faut tendre. Pour cela, elle ne peut quasiment compter que sur les grilles de temps.
LES COMPETITIONS INTERNATIONALES En alternance, la Fédération Internationale de Natation et la Ligue Européenne de Natation organisent des championnats du monde et d’Europe de natation maîtres. Des compétitions qui regroupent en un lieu unique les épreuves de natation, de plongeon, de water-polo, d’eau libre et de natation synchronisée. Historiquement, les premiers championnats du monde des maîtres se sont déroulés à Tokyo (Japon), en 1986. En France, il n’existait alors pas de championnat national. Sans surprise, la maigre délégation tricolore ne ramène pas de médaille. Il en va de même pour les premiers championnats d’Europe en 1987 à Blackpool, en Angleterre. Il faut attendre les Mondiaux de 1988 à Brisbane (Australie) pour voir les Français décrocher leurs premières breloques. Parmi les médaillés, la Mulhousienne Yvette Kaplan Bader, qui demeure fidèle au poste. Les premiers titres datent, eux, des championnats du monde de Rio de Janeiro, organisés en 1990. En plongeon, le Niçois Romuald Borgo est un compétiteur régulier des compétitions maîtres internationales. C’est (Ph. KMSP/Franck Faugere) lui qui a enlevé la première médaille tricolore des Euro de Stockholm (Suède) en 2005. En natation synchronisée, l’Aixoise Céline Lobello a décroché la première médaille française dans la spécialité (l’argent des Euro de Cadiz en 2009, Ndlr) avant que la Bordelaise Anne Becquet (photo avec Sylvie Neuville) n’obtienne un premier titre mondial en 2011. 23 LES STARS DE LA DISCIPLINE Si les anciens internationaux français ont longtemps boudé les épreuves maîtres, les champions étrangers ont laissé une empreinte indéfectible dans les tablettes de la discipline : Martina Moravcova, Dara Torres, Rowdy Gaines, Mark Foster, Stefan Nystrand ou Gary Hall Jr. ont à un moment ou un autre nagé avec les maîtres. Lors des derniers championnats d’Europe, à Yalta, les stars de la natation ukrainienne, Sylantiev et Lisogor entre autres, étaient au rendezvous. Les grands champions étrangers considèrent de plus en plus souvent les compétitions maîtres comme des occasions de se tester, sans pression, dans des compétitions intermédiaires, judicieusement placées dans leur calendrier. Dans les rangs tricolores, ils sont nombreux à s’y être essayés, notamment Alena Popchanka et Hugues Duboscq (photo). Le Havrais a d’ailleurs promis qu’il n’hésiterait pas à y revenir lorsqu’il aurait clos sa carrière professionnelle. Avec de tels ambassadeurs, les maîtres n’ont pas à craindre l’avenir. Natation Magazine | Mars 2012 | N°133 (Ph. Eric Huynh)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :