Natation Magazine n°132 février 2012
Natation Magazine n°132 février 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°132 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 296) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : Sara Labrousse et Chloé Willhelm, objectif Londres.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 Un peu d’histoire (Photos : D. R.) Jeux olympiques ou politiques ? T Natation Magazine | Février 2012 | N°132 ous les quatre ans, les Jeux accueillent l’élite du sport mondial pour une quinzaine surmédiatisée. C’est l’occasion d’encourager des champions de tous les continents et d’assister à des exploits qui demeurent gravés dans l’Histoire pour l’éternité. Mais de tous temps, les JO ont dépassé le strict cadre sportif. Vitrine économique, caisse de résonnance sociale et culturelle, les Jeux incarnent toute la démesure et la complexité du monde contemporain. Pas étonnant également qu’en dépit de la trêve olympique qui les accompagne, les JO aient régulièrement été transformés en une tribune politique, notamment lors des éditions de 1980 et 1984 à Moscou et Los Angeles. La Guerre Froide n’avait pas encore fait de victimes. Elle en fait une finalement : le sport. MOSCOU 1980 Tout commence en 1974, quand le CIO désigne la ville de Moscou pour organiser les JO de 1980. Les tensions sont extrêmes, mais les USA et l’URSS maintiennent un statu quo. Tout dégénère en décembre 1979 lorsque les Soviétiques envahissent l’Afghanistan. Dans le monde, c’est la consternation. Puis la protestation, à l’appel des Etats- Unis. Ces derniers, dirigés par Jimmy Carter, plutôt pacifiste, cherchent des moyens de punir l’URSS sans provoquer un nouveau conflit mondial. Le président démocrate prend alors la décision, entre autres, de boycotter les Jeux Olympiques de Moscou. Si la majorité des pays occidentaux participe, la compétition est en revanche amputée d’une bonne partie des nations d’Amérique et d’Asie, et de plusieurs nations Africaines et Arabes. Au final, l‘URSS décroche 195 médailles, dont 80 en or. L’Allemagne de l’Est est deuxième, avec 126 médailles donc 47 en or. Ces deux nations trustent à elles deux plus de la moitié des titres. Le saviez-vous ? La trêve olympique est une période de paix respectée par les différentes nations du monde durant la quinzaine de compétition. Elle est promue par la Fondation Internationale pour la Trêve Olympique créée en juillet 2000 et fait l’objet d’une résolution des Nations Unies à chaque olympiade. LOS ANGELES 1984 Candidate malheureuse pour les Jeux de 1980, la ville de Los Angeles est maladroitement désignée pour accueillir la plus grande compétition de la planète en 1984. Contre toute attente, l’URSS annonce au début de l’année qu’elle n’enverra pas sa délégation sur le sol américain. Bien entendu, les alliés soviétiques font de même. Ainsi, la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et l’Allemagne de l’Est rejoignent l’URSS et contribuent à renforcer le boycott soviétique. Les pays communistes, tels Cuba ou la Corée du Nord, ou encore quelques nations asiatiques et africaines ne seront pas au rendez-vous non plus. Pour justifier ce boycott, l’URSS déploie l’argument de la non-sécurité de ses délégations en terre américaine et dénonce l’utilisation politique des Jeux par les Etats-Unis. Sur le plan sportif, rien ne pourra arrêter les Américains, qui remportent 174 médailles dont 83 en or, soit le tiers des titres olympiques. ET DEPUIS ? Depuis le milieu des années 80, les Jeux n’ont plus fait l’objet de déchirements internationaux. Si certaines tensions persistent, comme ce fut le cas en 2008 lors des Jeux de Pékin qui révoltèrent les défenseurs de droits de l’Homme, le poids des enjeux politiques semblent en recul. Aujourd’hui, les rivalités sont surtout économiques et financières. Il faut dire aussi que le rêve du Baron de Coubertin s’est transformé en une incroyable pompe à fric. On se souviendra ainsi du lobbying des chaînes de télévisions américaines en 2008, toujours à Pékin, pour que les finales de natation se disputent le matin afin d’être diffusées en direct aux Etats-Unis auprès de millions de patriotes impatients d’assister aux succès de Michael Phelps et de ses acolytes• Adrien Cadot
Promouvoir le Sauv’nage Le mardi 24 janvier dernier, la ville de Mérignac a signé un protocole avec le Conseil interfédéral des activités aquatiques (CIAA) pour le développement de l’école de natation française. Un accord destiné à mettre en avant le Sauv’nage. Francis Luyce, président de la Fédération française, avait tenu à faire le déplacement pour sceller le partenariat et féliciter la commune pour son engagement et son dynamisme. « Nos licenciés sont engagés dans différentes actions à caractère social, caritatif et humanitaire comme le « Téléthon » et la « Nuit de l’Eau ». Ces différentes manifestations renforcent leurs consciences citoyennes. » Sport Athlétique Mérignacais Natation Présidente : Mauricette Boisseau Adresse : 55 avenue De Lattre de Tassigny 33700 MERIGNAC Tél. : 09.71.55.62.66 Mail : sam.natation@free.fr Web : www.samnatation.com D Sport Athlétique Mérignacais Natation Mérignac, une natation citoyenne L’esprit de solidarité cher au club girondin incarné par les jeunes nageurs de Mérignac. ifficile pour le Sport Athlétique Mérignacais Natation de rivaliser avec la cité bordelaise toute proche. Mais pas question pour autant de baisser les bras ou de jouer la carte de la concurrence exacerbée. « Dès que c’est possible, nous essayons de travailler ensemble », abonde Mauricette Boisseau, la présidente de l’entité mérignacaise depuis onze ans. « Il nous arrive de nous déplacer en compétition avec d’autres clubs et nous accueillons volontiers ceux qui connaissent des problèmes d’infrastructures. » La solidarité comme base de développement, voilà comment l’on pourrait définir la philosophie du club mérignacais. Et dans le détail, l‘offre proposée par la structure girondine – initiation au milieu aquatique, école de natation et d’entraînement, groupes compétitions, entretien sportif adultes, perfectionnement et aquatonic – est en totale adéquation avec les valeurs humaines du sport. Ainsi, des notions telles que la citoyenneté, la solidarité et la santé sont au cœur même du projet du SAMN. « Nos licenciés sont engagés dans différentes actions à caractère social, caritatif et humanitaire », précise la présidente. « Chaque année, ils participent au « Téléthon » ou à la « Nuit de l’Eau ». Ces différentes manifestations renforcent leurs consciences citoyennes et ils sont très fiers de contribuer au financement d’actions sociales nationales. » Cependant, la compétition n’est pas occultée à Mérignac. Avec un bassin olympique de 50 mètres et un autre de 25 mètres, le SAMN dispose d’un outil de travail adapté, parfaitement maîtrisé par les sept salariés du club. « L’équipe dirigeante est très attachée à la compétition. Nous considérons qu’elle est porteuse de valeurs formatrices pour les plus jeunes. Sans renier l’offre de pratique au plus grand nombre, le club s’inscrit dans sa vocation prioritaire de formation citoyenne par le biais de la pratique de compétition », assure Mauricette Boisseau. Pour y parvenir, les 443 sociétaires – chiffre de la saison 2010/2011 (celui pour 2011/2012 est prévu d’ores et déjà à la hausse) – sont répartis au sein de plusieurs groupes selon le respect des niveaux et des disponibilités de chacun. Depuis treize ans, le club girondin collabore également avec le collège Jules Ferry de Mérignac. Les jeunes compétiteurs bénéficient ainsi d’horaires aménagés et de séances d’aides aux devoirs afin de faciliter leur accès à la pratique sportive. La démarche est une nouvelle fois civique car du côté de Mérignac on forme aussi bien des nageurs que des citoyens. L’un ne va pas sans l’autre ! Voilà pourquoi le SAMN mobilise aussi ses athlètes autour de quatre compétitions internes auxquelles sont conviés tous les membres du club. « Ces journées correspondent à des temps forts de vie commune. Les parents s’investissent par des services divers comme le chronométrage, la tenue de la buvette, l’organisation de tombola », explique Mauricette Boisseau. « C’est notre philosophie et un excellent moyen de fidéliser nos licenciés. » • 41 Rémi Chevrot Natation Magazine | Février 2012 | N°132



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :