Natation Magazine n°132 février 2012
Natation Magazine n°132 février 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°132 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 296) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : Sara Labrousse et Chloé Willhelm, objectif Londres.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Actu Natation Magazine | Février 2012 | N°132 Open Make Up For Ever 26-28 janvier, Montreuil Objectif Londres A six mois des Jeux Olympiques de Londres, les duettistes de l’équipe de France, Sara Labrousse et Chloé Willhelm, ont profité de la deuxième édition de l’Open Make Up For Ever pour répéter leurs gammes et peaufiner leur chorégraphie. Retour sur une sortie parisienne remarquée. Adrien Cadot 1. UNE PREMIERE A Montreuil, dans le bassin de la piscine Maurice Thorez et sous les yeux d’un public conquis, Sara Labrousse et Chloé Willhelm ont présenté pour la première fois leur nouvelle chorégraphie « Cygne noir et cygne blanc » L’opportunité était en effet séduisante de la révéler en avant-première aux passionnés et supporters français tout en permettant aux synchros de roder leur ballet en compétition. Et à ce petit jeu-là, Sara et Chloé se sont montrées particulièrement convaincantes en trustant la deuxième place (88,240 points), derrière les Japonaises, mais devant un duo chinois composé spécialement pour l’Open Make Up For Ever. 2. L’EXPERIENCE On ne le dira jamais assez, la natation synchronisée est un sport d’expérience. Or dans ce domaine, les duettistes tricolores affichent un cruel déficit de vécu par rapport à la concurrence mondiale. Lancées dans le grand bain international après les retraites successives de Lila Meesseman- Bakir et Apolline Dreyfuss en 2010, les Françaises Sara Labrousse et Chloé Willhelm ont participé moins d’un an après leur intronisation à leurs premiers championnats du monde à Shanghai (août 2011). Une expérience formatrice puisque l’été dernier la paire tricolore avait pris la huitième place du duo libre avant de se classer neuvième en finale du duo technique. Le saviez-vous ? Vous l’ignoriez peut-être, mais la synchrose pratiquait déjà pendant l’Antiquité, plutôt comme loisir que comme discipline sportive. Ce n’est qu’au début du XX e siècle que la pratique se démocratise, notamment avec l’Australienne Annette Kellerman, qui exécutera des ballets aquatiques dans de nombreux films et des spectacles en Amérique du Nord. En 1924 a lieu la première compétition de natation synchronisée et c’est en 1984 qu’elle intègre le giron olympique. Mais seules les épreuves en duo et par équipes sont représentées. (Ph. FFN/Philippe Pongenty) (Ph. KMSP/Franck Faugere)
3. CONVAINCRE LES JUGES L’Open Make Up For Ever est l’occasion de découvrir l’univers esthétique de la synchro. Une vitrine médiatique pour une discipline féminine qui peine à s’imposer dans le panorama du sport français. Outre cette démonstration de grande envergure, la compétition a surtout permis aux nageuses françaises et étrangères de séduire les juges. « Les jugements évoluent très lentement dans notre sport », soulignait Viriginie Dedieu en mars 2011 lors de la première édition de l’Open synchro. « Voilà pourquoi les filles doivent saisir ce genre d’échéance pour se montrer. » Et même si le rendez-vous parisien demeure une épreuve intermédiaire, il permet de marquer les esprits du jury et des concurrentes. (Ph. KMSP) (Ph. FFN/Philippe Pongenty) (Ph. FFN/Philippe Pongenty) 4. LE TOURNOI DE QUALIFICATION Rien n’est encore joué, mais les probabilités sont fortes pour que les duettistes de l’équipe de France intègrent la délégation tricolore qui défilera à Londres en juillet prochain. « On a encore un tournoi de qualification à disputer », nuance Sara Labrousse avec prudence. En effet, c’est à Londres, du 18 au 22 avril prochain, que la paire tricolore jouera véritablement sa qualification pour le rendez-vous britannique. « Pour l’instant nous sommes huitièmes mondiales, ce qui devrait nous permettre de décrocher un ticket », se projette Sara Labrousse. « A condition aussi que nous ne nous blessions pas d’ici-là. » 5. LE RÊVE OLYMPIQUE L‘Antiboise Sara Labrousse ne s’en cache pas : « Les Jeux Olympiques c‘est mon rêve depuis que je suis toute petite. C’est un événement magique qui permet d’aller au bout de son sport. » Et qui sait, de se hisser peut-être sur un podium comme l’avaient fait Virginie Dedieu et Myriam Lignot en 2000 aux JO de Sydney (bronze) ? « C’est vrai qu’une médaille serait une belle récompense », admet Sara dans un grand sourire. « Pour moi bien sûr, mais aussi pour nos familles qui nous soutiennent et nous épaulent en permanence. » Une belle récompense certes, mais surtout un gigantesque challenge. Car avant de signer une performance historique, Sara Labrousse et sa partenaire Chloé Willhelm devront dompter les cadors russes, espagnols et chinois. Rien que ça ! Duo : fiche technique Thème : Cygne noir et cygne blanc Musiques : « Broken sorrow » et « Thunder » et Nuttin’but strings et « Le lac des cygnes » de Tchaikovsky (composition de musiques par Jean-Michel Collet) Entraîneurs : Julie Fabre et Pascale Meyet Objectif : Qualification olympique 21 Natation Magazine | Février 2012 | N°132



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :