Natation Magazine n°132 février 2012
Natation Magazine n°132 février 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°132 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Fédération Française de Natation

  • Format : (209 x 296) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : Sara Labrousse et Chloé Willhelm, objectif Londres.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 (Ph. KMSP/Olivier Gauthier) Brèves : Londres 2012 Mark Foster renonce Mark Foster, 41 ans, a annoncé en décembre dernier qu’il ne participerait pas à ses sixièmes Jeux Olympiques, chez lui à Londres. « J’ai été tenté plusieurs fois mais, après Pékin, je n’ai jamais annoncé que je me retirais parce que j’ai toujours voulu laisser la porte ouverte », a-t-il expliqué sur la BBC. La certitude de ne pas y remporter sa première médaille olympique l’en a dissuadé. « Je sais que je peux faire partie de l’équipe, me retrouver parmi les deux meilleurs nageurs de mon pays mais y ferais-je un bon résultat ? Non, je pourrais peut-être me retrouver en demi-finales », a ajouté le spécialiste du 50 m nage libre. « Il arrive un moment où il vaut mieux marcher que boitiller. » Billetterie : la boulette… Les organisateurs des Jeux Olympiques de Londres ont annoncé, début janvier, qu’ils avaient vendu 10 000 billets de trop pour les compétitions de natation synchronisée. Selon le comité organisateur, l’incident aurait été causé par une erreur dans la base de données, alors que le double du nombre de billets disponibles pour les quatre sessions de synchroa été écoulé. Les clients pourront troquer leurs billets de trop pour d’autres événements auxquels ils s’étaient inscrits sans avoir de succès au départ, incluant les compétitions d’athlétisme. Environ 200 billets ont été libérés pour la finale du 100 m masculin, l’événement le plus populaire des Jeux. Tous les billets seront mis en vente au mois de mai, une fois que sera finalisée la configuration des sièges de tous les stades. Natation Magazine | Février 2012 | N°132 13 500 militaires mobilisés pour les JO Le ministère de la défense britannique a communiqué, mi-décembre, le nombre de militaires déployés pour assurer la sécurité des JO : 13 500. Au total, cela porte à 23 700 le nombre de personnes dédiées à la bonne tenue de l’événement olympique. En fin d’année dernière, le budget consacré à la sécurité a également été réévalué de 282 millions de livres (3,35 milliards d’euros) à 553 millions de livres (6,5 milliards d’euros). A Pékin, en 2008 et à Athènes, en 2004, le budget sécurité s’établissait à 1,2 milliards d’euros. Les médias accrédités et l’ensemble des délégations peuvent d’ores et déjà s’attendre à des mesures contraignantes et usantes, comme celles endurées lors des JO d’hiver de Salt Lake City en 2002 ou à Pékin en 2008, avec d’innombrables portiques détecteurs de métaux et des fouilles quasi permanentes. Billetterie : les recettes sont bonnes Les ventes de billets pour les Jeux de Londres auraient rapporté au 1 er janvier 2012 près de 530 millions de livres sterling (soit environ 600 millions d’euros). Les organisateurs des JO doivent encore collecter 200 millions de livres des billets qui restent à mettre sur le marché. Par ailleurs, un total de 2 milliards de livres doit être levé du secteur privé à travers le sponsoring, pour assurer l’organisation des Jeux. 6,6 millions de billets ont été mis en vente pour les 649 événements qui auront lieu durant les JO et une demande record de 20 millions de billets a été enregistrée de mars à avril derniers. Pour la seule cérémonie d’ouverture des Jeux, prévue le 27 juillet 2012, la demande a été dix fois plus importante que l’offre, tandis qu’un million de demandes de billets ont été enregistrés pour la finale du 100 mètres masculin en athlétisme. Francis Luyce : « De huit à dix médailles aux JO » Venu inaugurer le club nautique du Val de Fensch le samedi 19 novembre, le président de la Fédération Française de Natation, Francis Luyce, a tenu à rappeler l’excellente santé de la discipline ainsi que les enjeux majeurs et les défis qu’il faudrait relever à l’avenir. Au premier rang desquels : les Jeux Olympiques de Londres. « Depuis les JO d’Atlanta en 1996, la Fédération française a excessivement progressé. Laure Manaudou a été le déclencheur qui a montré que l’on pouvait y croire. On récolte ce que l’on a semé. Au risque de me tromper, le bilan à la fin des prochains JO de Londres pourrait être de huit à dix médailles. La natation française bénéficie d’une belle image. Nous avons des athlètes intelligents, et beaux ce qui ne gâchent rien. » (Ph. D. R.) (Ph. D. R.)
(Ph. KMSP/Stéphane Kempinaire) L’Inde vers un boycott ? Après quelques remous en 2011, l‘Inde se pose de nouveau la question de ne pas envoyer de sportifs aux prochains Jeux Olympiques de Londres depuis que Dow Chemical, groupe lié à la tragédie de Bhopal, a rejoint les sponsors officiels des JO. Le 3 décembre 1984, l’explosion d’une usine Union Carbide (Dow Chemical désormais) avait officiellement causé la mort de 3 500 personnes, mais en fit entre 20 000 et 25 000 selon les associations de victimes. « Nous n’avons pas encore véritablement évoqué l’idée d’un boycott, mais nous comptons interpeller le gouvernement indien et voir également comment vont réagir le comité organisateur de Londres et le CIO après notre protestation. Nous espérons que le bon sens va prévaloir et que Dow Chemical va être retiré des sponsors », a souligné M. Malhotra, président du comité olympique indien. De son côté, le groupe Dow Chemical estime que les responsabilités ont été effacées depuis l’accord de 1989 avec le gouvernement indien pour le versement de 470 millions de dollars (362 millions d’euros environ) d’indemnisations, avec abandon des poursuites pénales. Claude Fauquet croit en Laure Manaudou Le directeur adjoint de l’INSEP, Claude Fauquet, ancien directeur technique national de la natation française de 2001 à 2008, s’est déclaré heureux du retour de Laure Manaudou et convaincu que la championne olympique a encore de sérieux arguments à faire valoir. « C’est une vraie joie de voir Laure revenir dans le sport qu’elle connaît si bien. Avec un talent aussi exceptionnel et un autre regard. Il y a eu des périodes pas toujours simples mais la Fédération de natation l’a beaucoup soutenue, même si elle ne s’en est pas toujours rendu compte. Il faudra compter sur Laure aux Jeux Olympiques. J’en suis persuadé. » (Ph. KMSP/Vincent Curutchet) Hackett doute du retour de Thorpe Selon Grant Hackett, double champion olympique du 1 500 m nage libre et grand ami de Ian Thorpe, la coqueluche de la natation australienne s’y serait pris un peu tard dans sa préparation et pourrait donc rater sa qualification pour les Jeux de Londres. « Il a sans doute légèrement sous-estimé le temps qu’il lui fallait pour retrouver toute sa vitesse », a également observé l’entraîneur Dennis Cotterel. Ian Thorpe, qui avait arrêté la compétition en 2006, s’était donné moins d’un an pour retrouver sa place dans l’élite. Son retour, à 29 ans, lors de différentes étapes de la coupe du monde en petit bassin l’automne dernier n’aura pas porté les fruits attendus. Pour l’heure, Thorpe n’a semble-t-il pas modifié son programme. Ainsi, il est retourné s’entraîner en Australie fin janvier afin de peaufiner sa préparation pour les sélections olympiques qui se dérouleront en mars. Les paris truqués menacent les Jeux Selon le ministre britannique des Sports, Hugh Robertson, les paris truqués sont désormais la plus grande menace pour l’intégrité des Jeux Olympiques. « Vous ne pouvez pas sous-estimer la menace que cela crée. Les spectateurs peuvent penser que ce qu’ils voient n’est pas une vraie compétition et si les spectateurs commencent à tourner le dos, tout risque de s’écrouler », a-t-il commenté en décembre dernier. Le Ministre a précisé que dans les pays occidentaux, les autorités « maîtrisaient bien » la situation, mais il a critiqué le manque de réglementation en Asie, tant en Inde qu’en Extrême-Orient. Dans cette perspective et pour la première fois dans l’histoire des Jeux, une unité de renseignements sera créée pour tenter de déjouer les tentatives de corruption sur les athlètes et les paris clandestins. L’unité sera dirigée par Scotland Yard, la police britannique, qui travaillera en étroite relation avec l’Agence britannique de lutte contre le crime organisé et Interpol. Paul Smith habille les timbres anglais A l’occasion des Jeux, le couturier Paul Smith a accepté de collaborer avec les services postaux britanniques pour créer une planche de timbres en hommage à la compétition internationale. Planche à voile, aviron, cyclisme, natation, tennis, athlétisme, tir sont les sept disciplines sportives représentées sur les timbres créés par Paul Smith. Chaque timbre dispose de son propre prix, de 37 pences à 1,15 £. 15 (Ph. D. R.) Natation Magazine | Février 2012 | N°132



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :