N’TIC Magazine n°98 février 2015
N’TIC Magazine n°98 février 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de février 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (210 x 287) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : usage des TIC dans les entreprises algériennes... un processus toujours lent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dossier entreprises et TIC MMMMMMMMMMM n’tic magazine - Février 2015 USAGE DES TIC DANS LES ENTREPRISES ALGÉRIENNES.'fr UN PROCESSUS TOUJOURSLENT 2 9/Dossier réalisé par : Amine Sayeh En 2008, une étude effectuée par le Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (CREAD) venait de révéler que le taux d’intégration des TIC dans les PME algériennes est de 44.66%. Un pourcentage impressionnant quelques années après l’avènement des nouvelles technologies de l’information. Qu’en est-il aujourd’hui de la réalité ? Les entreprises algériennes sont-elles réellement à jour avec la progression impressionnante des TIC dans la société algérienne ? Combien d’entreprises disposent-elles de sites internet mis à jour ? Combien sont-elles à développer et entretenir leur site web dont le contenu visible à travers le monde permet de donner une idée sur toute la gamme et les prestations de services que propose l’entreprise ? Autrement parler, quel est l’usage des TIC au sein de l’entreprise algérienne ? Peut-on estimer que l’intégration des TIC au sein des sociétés algériennes est maximale ou plutôt limitée ? Que fait le Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication pour maximiser l’usage des TIC et inciter les entrepreneurs algériens à mieux se mettre au diapason des nouvelles technologies ? Nous essayerons de répondre à toutes ces questions dans ce dossier. 14
M n’tic magazine - Février 2015 Une utilisation restreinte des TIC par les PME En 2010, une étude du Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (CREAD) a conclu qu’en Algérie l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication dans les petites et moyennes entreprises se limite à l’acquisition de l’outil informatique dont l’utilisation est jugée « restreinte ». L’étude présentée en marge des rencontres francomaghrébines d’affaires TIC « e-3M Alger 2010 » a révélé, par ailleurs, que plusieurs entreprises relevant du dispositif de l’ANSEJ ont un usage très limité des TIC. En effet, la majorité ne possède pas de sites internet lui permettant de préserver sa visibilité sur le web afin d’échanger les informations et de présenter ses prestations. Pour une grande partie de ces PME, l’usage des TIC se limite à l’acquisition de PC. Il ressort de l’étude, qui a ciblé plus de 600 PME de la région centre du pays, que 53.1% des entrepreneurs sondés déclarent connaître les TIC mais seuls 46.33% d’entre eux les utilisent. 38.5% des sujets interrogés affirment ne rien savoir des TIC. Pour les entreprises qui possèdent un site web, celui-ci affiche un contenu basique, rarement mis à jour. Importance des TIC au niveau des entreprises : une question de prise de conscience Pourquoi les entreprises algériennes ont du mal à introduire l’usage des TIC dans leur fonctionnement et ce, en dépit de la démocratisation d’Internet ? Pourquoi de nombreuses entreprises ne misent pas sur le web pour s’assurer une MMMMMMMMMMM visibilité, s’imposer et convaincre les nombreux et potentiels clients qui se trouvent sur Internet ? Plusieurs atouts qui devraient les aider à mieux intégrer le marché mondial dont les ressources significatives, une population jeune et une situation géographique stratégique, demeurent encore loin de l’évolution souhaitée en matière de TIC. Il est vraiment déplorable de constater que plusieurs entreprises ont du mal à utiliser les TIC pour aligner leurs entreprises sur les défis de la mondialisation. Pourtant, ces TIC ont pour principal rôle de réduire les variations dans les processus d’affaires et aussi de permettre à l’entreprise de comprendre ses choix stratégiques. Pour Ghania Soltani, jeune gérante d’une société naissante de recrutement, c’est le manque de volonté qui explique le retard qu’accusent les entreprises algériennes dans l’usage des nouvelles technologies de l’information. « C’est déplorable de constater que plusieurs entreprises très connues ne misent pas sur le web pour se faire connaître. Pourtant, Internet c’est l’avenir. Personnellement, j’ai entamé le lancement de mon site internet au moment où j’étais enfin dossier entreprises et TIC certaine d’avoir l’aval de l’ANSEJ. Désormais, les sites internet sont la devanture de n’importe quelle entreprise. L’enjeu est de parvenir à s’assurer une visibilité sur le net pour convaincre les internautes par nos prestations et nos différents services », souligne cette jeune directrice ambitieuse. « Les entreprises algériennes vivent dans le Moyen Age numérique ! » C’est peut-être difficile à reconnaître, mais plusieurs spécialistes dressent un tableau noir de la situation de l’usage des TIC dans les entreprises algériennes. Pour de nombreux observateurs, l’usage se limite à l’acquisition d’ordinateurs, mais peut-on réellement estimer que ces entreprises utilisent réellement les TIC ? Il faut dire que par TIC, nous entendons tous les outils, logiciels ou matériels de traitement et de transmission des informations : appareils photo numériques, téléviseurs, téléphones portables, ordinateurs, etc. D’un- E. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :