N’TIC Magazine n°72 novembre 2012
N’TIC Magazine n°72 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (210 x 287) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : iPad VS Surface VS Nexus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
dossier tablettes Sous le châssis, l’iPad Mmini embarque un processeur Dual Core A5, de quoi tenir la dragée haute devant la Kindle Fire, mais le tout fait pâle figure devant le Quad Core 1.3 GHz Cortex A9 couplé à la Nvidia Tegra 3 de la Nexus 7. Cette puissance de calcul supplémentaire donne plus de pérennité à la tablette sous Android en termes de compatibilité avec les applications qui arrivent l’an prochain, quand l’iPad Mini sera vraisemblablement incapable de suivre son grand frère, l’iPad 4ème génération, qui explose littéralement les tests benchmark. n’tic magazine - Novembre 2012 Android 4.2 : un Jelly Bean plein de petites attentions Depuis la convergence des OS Smartphone et Tablette de Google, initiée par la version 4.0 Ice Cream Sandwich (ICS), les versions 4.1 et 4.2, qui partagent le nom Jelly Bean, ont tiré les tablettes sous Android à un niveau insoupçonné il y a un an. Qu’apportent-elles de plus qu’ICS, que nous connaissons notamment à travers les plus récents smartphones distribués en Algérie ? Moins de confiance en l’avenir donc, mais une rétrocompatibilité parfaite avec les applications disponibles, et une véritable « expérience iPad dans un format plus léger », 308 grammes pour être précis. L’écran lui aussi est pris en sandwich entre les affichages de la concurrence ; quand la Nexus 7 ne fait pas le poids face à l’iPad Mini avec ses couleurs fadasses, la Kindle Fire HD prend carrément la résolution de la mini tablette d’Apple comme argument de vente. 1280 x 800 pixels pour la résolution de la Kindle Fire HD contre 1024 x 768 pour l’iPad Mini, c’est 30% de pixels en plus et une densité de pixels 33% meilleure sur la tablette d’Amazon. L’expérience utilisateur est toutefois une question de logiciels. Quand l’iPad Mini reprend la sacrosainte formule initiée sur iPhone et iOS (en présentant cela dit des applications spécialement adaptées au « grand canevas » de l’iPad), la Kindle Fire HD est balafrée par le système de publicité omniprésente et carrément intrusive qu’Amazon a intégré par défaut dans sa machine. Les utilisateurs les plus importunés par ce système de publicité ont la possibilité de le désactiver… moyennant finances. Sur la Nexus 7 par contre, Android ne subit aucune mutilation de la part du constructeur, et c’est dans sa forme la plus pure que le système d’exploitation est présenté à l’utilisateur…petit coup d’œil au dernier né des OS Google. Le projet « Butter » Butter, cela veut dire « beurre » en anglais, c’est le mot choisi pour suggérer la fluidité de Jelly Bean 4.1. Les icones et fenêtres que l’on déplace, les menus auxquels on accède, les animations, les transitions, tout se fait sans saccade, sans accros, donnant une impression de puissance et de fiabilité. Une prouesse technique possible grâce à un travail en profondeur sur la façon dont le système d’exploitation interagit avec le combo processeur/GPU. Projet Butter donne une impression de « propre et fini » aux produits sous Jelly Bean. Il améliore l’ensemble de l’expérience utilisateur sans que l’on s’en aperçoive, et les changements initiés par Android 4.1 ne s’arrêtent pas là. La caméra améliorée…et encore Le capteur optique est l’une des options les plus fondamentales sur smartphone, mais les tablettes ont jusqu’à présent été plutôt lésées en matière d’équipement photo et vidéo, souvent limitées à une caméra frontale pour assurer le minimum syndical ; la visioconférence. L’utilisateur semble toutefois avoir dépassé le stade du « Une tablette pour filmer ? C’est ridicule voyons ! ». L’intérêt d’un bon appareil numérique au dos des tablettes est de mieux en mieux compris par l’opinion et l’on voit déjà germer des tablettes sainement équipées pour photographier. En attendant l’apparition d’un nombre plus conséquent d’ardoises sous Android équipées de véritables appareils numériques, l’OS a, lui, déjà intégré des fonctionnalités on ne peut plus pratiques en ce qui concerne la capture photo. La version définitive 4.2 ne se contente pas du mode panorama, mais intègre aussi Photo Sphère. Le principe du mode Panorama était de pouvoir faire fusionner plusieurs clichés dans un unique panorama produit en toute simplicité ; le découpage, le travail sur les transitions entre les clichés, le montage, tout est pris en charge par le logiciel…et Photo Sphère va encore plus loin. Il permet en effet de faire fusionner des clichés pris à des hauteurs différentes. Au lieu d’avoir un panorama linéaire, on peut avoir une photographie gigantesque qui capture un paysage sur des kilomètres, un outil très puissant et simple à manier qui ouvre de nouvelles voies en termes de 22
n’tic magazine - Novembre 2012 photo sur appareils mobiles. 4.2 ne s’arrête pas là, et offre une interface utilisateur plus pertinente que jamais ; un menu radial généré à l’endroit où l’on pose le doigt, il ne reste alors qu’à imprimer un mouvement rotatoire pour accéder à l’ensemble des options disponibles pour l’appareil photo. Simple et ergonomique car on n’a plus à chercher les boutons, ils tombent automatiquement sous le doigt. Dans le chapitre des contrôles intelligents, Jelly Bean transforme aussi l’essai dans un domaine généralement hasardeux : le contrôle vocal. Google Now : C’est vivant ! Force est d’avouer que le contrôle vocal, la dictée, ou une interaction naturelle avec une machine par le biais de la voix, a historiquement relevé de l’expérience ratée plutôt que du rêve de gosse réalisé. Apple, avec Siri, avait réussi un tour de force en offrant un semblant d’interaction naturelle, mais surtout un outil de recherche performant, actuellement intégré dans bon nombre d’applications…et Google va encore plus loin. Google Now fait preuve d’une réactivité impressionnante et bat Siri en matière de temps d’attente et d’infos affichées, pour les mêmes questions posées au smartphone (ou tablette). Un assistant qui apprend avec vous, s’améliore avec les utilisations, accède aux données GPS, à l’historique, utilise la puissance de Google Search, et affiche des résultats riches et des liens utiles. Cela permet de shunter le processus : j’ouvre le navigateur, je tape la recherche avec le clavier numérique, je sélectionne un lien qui semble pertinent, je fais défiler la page jusqu’à tomber sur l’info qui m’intéresse…alors qu’il suffit de cliquer sur l’icône de Google Now à l’écran d’accueil et de poser sa question. Idéal pour trancher les débats animés autour de faits vérifiables ! Autre point intéressant concernant le contrôle vocal sur Android, la transcription ne passe plus par Internet. Ce que cela implique ? Les commandes vocales hors-ligne, de quoi sauvegarder de l’ergonomie pour l’utilisateur privé d’internet 3G/LTE. La technologie NFC mieux intégrée Near Field Communication, ou communication en champs proche. Cette technologie (qu’Apple ne semble pas vouloir adopter pour ses machines) permet d’échanger du contenu entre deux appareils simplement en les mettant en contact. Quand la carte à puce du metro permet de déverrouiller une porte en utilisant ce procédé, une tablette ou un smartphone offrent plus de possibilités. Certains auront déjà testé la fonction « Beam » du Galaxy S3 qui permet d’envoyer des fichiers entre deux appareils, mais d’autres subtilités sont permises. En posant sa machine Android sur une enceinte compatible, il sera par exemple possible d’envoyer directement de la musique dessus. Des solutions de paiement par smartphones peuvent aussi être imaginées, et ont dossier tablettes d’ailleurs été réalisées par les terminaux sous Windows Phone 8 notamment avec l’application « Wallet » … Bon, on en est encore loin sous nos cieux, voyons donc une option plus terre à terre sur Android Jelly Bean. Le multi-compte ! Youpi ! Voilà une fonctionnalité que l’on n’attendait pas nécessairement. La tablette a en effet depuis la première génération d’iPad joué sur son statut mobile pour justifier qu’un seul compte utilisateur puisse être embarqué dessus, de quoi écouler plus de stock dans les chaumières où tout le monde veut un iPad. Le multi-compte dans ce contexte est une petite révolution, dans le sens où la tablette devient enfin un objet qui se partage sans crainte et que les données personnelles ne soient consultées/détruites/corrompues par d’autres utilisateurs. Cela est aussi symbolique de la transition du statut de la tablette : elle passe de cette « troisième » catégorie entre smatphone et laptop à une simple évolution du PC classique. Plus de commandes au bout des doigts Les améliorations cosmétiques sont légion dans ces nouvelles versions de l’OS. Notons la refonte de la barre de notifications qui permet d’accéder directement aux paramètres les plus utilisés. Ceux qui ont découvert Android avec la surcouche Touchwizz de Samsung savent de quoi il en retourne. Petite attention de la part des développeurs, il est possible de dérouler la barre de notifications avec un ou deux doigts, ce dernier geste donnant directement accès aux paramètres, sans passer par les notifications. Le clavier sous Android 4.2 intègre un équivalent de la fonction « Swype », très appréciée, et qui permet de taper son texte en faisant glisser le doigt de lettre en lettre, sans le soulever du plan de l’écran pour chercher la lettre suivante. Cela a l’air de rien dit comme ça, mais ça vous change la vie quand vous devez taper de longs mails. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :