N’TIC Magazine n°152 fév/mar 2020
N’TIC Magazine n°152 fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°152 de fév/mar 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (212 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : coronavirus, les nouvelles technologies pour faire face à la pandémie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ENTREPRISE DU MOIS OPTICHARGE, LA START-UP QUI AMBITIONNE DE RÉVOLUTIONNER LA LOGISTIQUE Au commencement, c’était l’idée. Et c’est le jeune AhmedBadaoui, un ingénieur en génie industriel, qui l’a eue. Il était encore étudiant dans l’Ouest du pays. « J’ai beaucoup pensé à la logistique. C’est une question qui m’a toujours fasciné », raconte-t-il avec une flamme dans les yeux. Une flamme qui dit long, non seulement sur un parcours et des obstacles déjà vaincus, mais aussi sur une détermination infaillible. Ahmedn’en restera pas – loin s’en faut – au stade de l’idée. Et quand celle-ci devient une sorte d’obsession, l’on travaille, l’on cherche, l’on « creuse » … Et c’est ce que le jeune Ahmedfera. Sans relâche. Il ira voir des opérateurs activant dans la logistique, des clients potentiels, il visite 14 N’TIC Magazine Fév/Mar 2020 Des risques liés à l’informel, des prix exorbitants, une offre de service souvent inadéquate et qui ne vient pas toujours au moment voulu… et pourtant des camions, ne demandant qu’à travailler, roulent à vide au moins – tenez-vous bien ! – un tiers de leur temps. Opticharge, une startup prometteuse, a pensé à tout ça. Et elle compte bien y remédier. Par Lamia Fekhart des salons, lit, se documente, réfléchit, classe les obstacles des uns et des autres, se renseigne sur ce qui se fait ailleurs. Cette idée de servir d’un vrai relai de communication entre transporteurs et expéditeurs – il s’agit bien de cela – prend de plus en plus forme. UN « HASARD » QUI METTRA DU CARBURANT DANS LE MOTEUR
ENTREPRISE DU MOIS N’TIC Magazine Fév/Mar 2020 Il faut écouter M. Badaoui parler de son « idée » pour se convaincre que l’Algérie continue à enfanter de ces jeunes qui croient à la réussite, à pouvoir servir à quelque chose, à la nécessité d’agir au lieu de se contenter de faire le décompte de ce qui ne va pas. « Ailleurs, en Allemagne, par exemple, les coûts de la logistique ne dépassent pas les 5% des prix finaux des produits. Chez nous, ces mêmes coûts s’élèvent à quelque 35%, ce qui est vraiment trop exagéré », dit-il avec de la combativité dans les yeux. Et d’ajouter  : « Nos camions roulent trop à vide. Et c’est ce qu’il y a lieu de réduire pour pouvoir, en même temps, réduire les coûts ». Le tout était donc là  : les mille et un problèmes que rencontrent les transporteurs, une demande très mal satisfaite, de la technologie, une idée plus ou moins bien élaborée et, surtout, une vitalité juvénile qui voit au-delà de l’infinité d’obstacles à l’algérienne. Puis une rencontre. Car AhmedBadaoui ne continuera pas l’aventure tout seul. Un hasard ? Cette notion que les entreprises qui réussissent refusent d’admettre ? « Peut-être un hasard dicté par une nécessité économique », dira-t-on ! Lui, c’est M. Fardjallah Benaissa, expert en Business développement. Il a le savoirfaire et les contacts nécessaires. Et il a le flair. Il est aussi formateur, il communique bien. De cette rencontre, naîtra Opticharge, « la startup qui ambitionne de révolutionner la logistique en Algérie », aiment à dire ses fondateurs. Vous êtes transporteur ? Vous sillonnez le pays d’Est en Ouest et du Nord au Sud ? Laissez-nous deviner  : ça vous arrive souvent de faire des centaines de kilomètres pour transporter une marchandise et de refaire le même chemin, sans un clou dans la remorque. Vous êtes commerçant ou industriel qui a souvent des marchandises à cheminer d’un point A à point B ? Pour vous aussi, laissez-nous deviner  : vous tombez souvent – non sans difficultés, d’ailleurs – sur des transporteurs vous proposant des prix qui vous laissent coi. Et quand vous essayez de négocier, les transporteurs vous sortent toutes une série d’arguments dont le voici le plus désarmant  : « Qui nous payera le retour ? ». Et vous vous résignez à mettre la main à la poche, car il faudra bien payer le retour au(x) monsieur(s). Et c’est à ça qu’Opticharge compte remédier. Ingénieux quand on y pense ! « LE TRI ? NOUS LE FERONS POUR VOUS » En fait, Opticharge est une plateforme digitale destinée à tous les professionnels. Elle est en relation et avec les expéditeurs, comme par exemple les usines agroalimentaires, et les transporteurs de marchandises. Le but final ? Optimiser les coûts logistiques des deux parties. Mais comment ça marche ? C’est tout simple ! Pour les transporteurs, d’abord une inscription  : nom, prénom, adresse, numéro de téléphone… « Mais ce n’est pas une simple inscription, dira M. Benaissa. C’est un premier filtre, puisque l’un des téléopérateurs d’Opticharge, il y’en a déjà une dizaine, vérifie si l’opérateur existe bel et bien ». Puis viennent les détails techniques qui concernent, dans l’ensemble, les caractéristiques du camion ou de la flotte quand l’entreprise de transport en possède plus d’un  : tonnage, plateau ou à benne, frigorifique ou non, etc. Les transporteurs auront également à communiquer quant à leurs itinéraires. De l’autre côté, nous avons bien évidemment les expéditeurs qui, eux aussi, pourront en deux clics s’inscrire sur la plateforme mobile ou sur le site web de la startup. Et si un expéditeur désire faire cheminer une marchandise dans un endroit quelconque, il n’aura qu’à indiquer l’itinéraire (le point A et le point B), la quantité, la nature (si, par exemple, elle a besoin d’un traitement spécial, à l’instar du respect de la chaîne de froid) et les détails qu’il jugera nécessaires de communiquer aux potentiels transporteurs. Et c’est là que s’opère un peu la « magie » d’Opticharge  : tous les transporteurs répertoriés et qui répondent aux exigences de l’expéditeur recevront une notification qui les mettra au courant de l’offre. Vous l’avez bien compris  : ne recevra l’offre que ceux qui peuvent être intéressés. UN SUIVI EN TEMPS RÉEL Les expéditeurs et transporteurs peuvent ainsi entrer en contact en quelques clics et, ça va de soi, réduire leur facture de transport et réaliser des gains de productivité. En s’inscrivant sur la plateforme, les expéditeurs ont aussi accès à une vaste liste de propriétaires de flottes et de chauffeurs individuels. Propriétaires de flottes et chauffeurs individuels, eux, ont accès à toutes les offres de demandes de livraisons dans leur région. De plus « Opticharge permet à ses utilisateurs de suivre les déplacements de leurs marchandises et camions en temps réel », assurent les fondateurs d’Opticharge. Opticharge peut déjà se targuer de 220 entreprises partenaires pour une flotte globale de 2000 camions. « De grandes entreprises dans la logistique, dira M. Benaïssa, à l’instar de Béjaïa Logistique, Bac Logistique et Numilog, ont accepté de travailler avec Opticharge et utilisent la plateforme pour optimiser le chargement de leurs camions ». Et d’ajouter  : « de sérieuses discussions de partenariat sont engagées avec de grandes entreprises telles LAFARGE, Henkel, Palmary et Ifri ». Plutôt prometteur ! 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :