N’TIC Magazine n°151 janvier 2020
N’TIC Magazine n°151 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°151 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (210 x 287) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : startups, tout roulera pour le mieux en 2020 ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
CHR ruguE ERME MAGGEEKETTES LA COMMUNAUTÉ GEEK AU FÉMININ Au-delà des stéréotypes et harcèlement subi par les femmes en société au quotidien, un microcosme tend à s’intéresser à un problème un peu plus méconnu. Connue sous le nom de Maggeekettes, il s’agit d’une communauté naissante sur les réseaux sociaux avec des objectifs et structure plutôt anodins. Formée uniquement de jeunes demoiselles talentueuses, Maggeekettes étend sa toile essentiellement sur les réseaux sociaux mais aux quatre coins du Maghreb ! Pour en savoir plus sur ce groupe des plus uniques, nous nous sommes rapprochés de Amira, une des fondatrices qui a joyeusement répondu à nos interrogations. N’TIC Magazine  : Bonjour Amira, tout d’abord peux-tu nous dire ce qu’est Maggeekettes ? Amira  : Bonjour, alors, MagGeekettes représente un projet visant à créer une communauté chaleureuse et accueillante pour des filles inventives, novatrices, exprimant une passion pour tout ce qui appartient au royaume de la pop culture. Le projet profite d’une niche inexplorée représentant exclusivement des dames consacrées au contenu Geeks dans la région nord-africaine. N’TIC Magazine  : Quel est votre but ? Amira  : Motivé par le manque de contenu, et le harcèlement itirseiGGEEKETTES continu vers la communauté féminine dans la région nordafricaine, MagGeekettes a pour but de défier les préjugés et les tabous auxquels les filles font face quotidiennement dans la communauté de geeks et de la pop culture. L’équité représente une nécessité au sein de notre projet. Ainsi, nous souhaitons sensibiliser la communauté de jeux vidéo et de fournir à nos lecteurs un sanctuaire, ainsi qu’une occasion de se réunir et jouir d’un sentiment d’appartenance à une communauté amicale, créative où règne l’acceptation. N’TIC Magazine  : Comment allez-vous l’atteindre ? Amira  : Notre stratégie est simple, nous allons produire un contenu pour les deux parties, mais nous aimerions principalement mettre en avant les jeunes filles talentueuses activant dans le domaine, tel que des artistes, des cosplayeuses, des progameuses etc. L’ambition de MagGeekettes s’étend bien au-delà de l’augmentation du nombre de lecteurs et des membres. Il a pour but d’infiltrer le biais culturel envers les gameuses
et de changer la perception typique associée aux geeks étant vus comme immatures, inoccupés, et inactifs. Il est grand temps de reconnaître le potentiel que ces individus détiennent. L’impact idéal devra établir une communauté respectueuse et acceptante pour des gameuses et geeks de la gent féminine en encourageant un sentiment d’appartenance, et une large sphère d’influence positive en raison de l’expansion de la communauté. N’TIC Magazine  : Qui est cette mascotte que vous représentez ? Amira  : Essentiellement maghrébine, notre identité pioche dans la culture et histoire de la région et y ajoute l’aspect jeune de la pop culture. Cette association peu commune a permis à « Kahyna » notre mascotte et logo de voir le jour. Inspirée directement de la grande reine guerrière berbère « Kahina ou Dihya » reconnue comme l’une des premières féministes de l’histoire, elle est également le symbole de la femme nord-africaine libre. De nombreux écrivains ou historiens à l’image d’Ibn Khaldoun lui associe des pouvoirs surnaturels d’où le surnom Kahina signifiant prophétesse. Nous reprendrons ces rumeurs sous formes de comics et bandes dessinées sur nos publications dans des anecdotes originales autour de notre vision. N’TIC Magazine  : Qu’est ce qui t’a poussé personnellement à rejoindre l’initiative ? Amira  : Avant tout ma passion pour les sujets traités, l’accueillante ambiance d’apprentissage de partage qui règne dans l’équipe mais aussi la nécessité du projet, le manque de présence féminine est flagrant dû aux constructions sociales ce qui décourage un nombre important de personnes à rejoindre la communauté. N’TIC Magazine  : As-tu déjà subi une pression sociale relative à ton sexe dans ta communauté (Geeks) ? Amira  : Personnellement j’ai eu la chance de connaitre des personnes assez ouvertes d’esprit avec qui je jouais, mais la pression était toujours présente enveloppée dans des préjugés ou des remarques sexistes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :