N’TIC Magazine n°148 sep/oct 2019
N’TIC Magazine n°148 sep/oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°148 de sep/oct 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (220 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : quel état des lieux ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
DOSSIER N’TIC Magazine Sep/Oct 2019 d’usage d’internet qui a besoin d’un écosystème spécifique dans lequel la qualité du service télécom est conforme aux normes internationales. N’TIC Magazine  : L’internet mobile a percé ces dernières années, est ce qu’il a vocation à remplacer l’internet fixe où nous avons un seul opérateur ? FF  : Il ne faut pas raisonner selon le type de support télécom (fixe ou mobile), il faut plutôt parler d’objectif en matière de débit de connexion à atteindre. Certes, l’avenir appartient aux réseaux mobiles mais les supports fixes ont encore leur mot à dire notamment dans le volet des réseaux de transmission mobiles. A l’avenir le sans-fil ne concernera que l’accessibilité des usagers aux réseaux mobiles. Les données « captées » par les stations mobiles des réseaux cellulaires continueront à être transportées par la fibre optique et le reste des supports filaires. Il faut seulement fixer un objectif important ; celui de permettre aux citoyens de disposer d’une connexion de plus de 30 Mb/s d’ici 2022 tout en optant pour une convergence fixe mobile. Les décideurs doivent trouver un écosystème qui éviterait aux utilisateurs d’être piégés en matière de débit par un seul opérateur et permettre également à cet opérateur de rentabiliser le déploiement des éléments de son réseau. N’TIC Magazine  : Qu’est ce qui fait que nous ayons une connexion internet médiocre ? FF  : Il est légitime de se demander pourquoi l’Algérie, qui est un pays aux forts déploiements des réseaux des télécommunications, enregistre des résultats médiocres en matière de vitesse d’internet. A mon avis, cela est dû aux fortes disparités de déploiement de l’internet selon les zones d’habitation. En clair, les opérateurs qui déploient leurs réseaux ne suivant pas le rythme des entrepreneurs qui construisent les cités des logements. De fait, les opérateurs ont omis d’effectuer des travaux de déploiement de l’internet dans les cités nouvellement peuplées. Ces nouvelles cités s’en trouvent alors lésées en matière de connexion internet. Suivre le modèle de l’électrification des nouvelles cités des logements serait donc utile aux opérateurs. Il faut noter aussi que les méthodes traditionnelles de gestion du déploiement et de l’utilisation du réseau internet ne parviennent pas à atteindre la totalité de la population du pays qui n’a toujours pas accès à un internet aux normes internationales. Et la mise en œuvre de nouvelles stratégies de collaboration visant à créer une « connectivité normalisée » est essentielle pour endiguer la régression de l’internet en Algérie. N’TIC Magazine  : Vous êtes parmi ceux qui ont prôné le passage de la 2G à la 4G. Est-ce qu’avec cette démarche on aurait pu avoir une connexion de qualité ? FF  : Absolument. En 2013, j’ai suggéré de brûler l’étape 3G pour permettre aux opérateurs de s’encombrer d’un investissement dans une technologie mobile (UMTS) qui sera complètement dépassée par les performances du LTE. Prenez l’exemple de l’Egypte qui a basculé de la 2G vers la 4G, le déploiement est plus rapide et la cohabitation 3G/4G est évitée. Cette cohabitation peut être à l’origine d’un manque de canaux fréquentielles qui permettraient d’augmenter la capacité en matière de débit. Les Egyptiens ont ainsi écarté le risque que la 3G devienne « antiéconomique » pour le pays. Néanmoins, le « switching » de l’Algérie à la 4G, aux côtés de la 3G, a ouvert des opportunités aux initiateurs du nouveau modèle économique du pays d’inclure le paramètre de la vitesse de connexion dans le chapitre des liens entre l’économie et l’innovation technologique. N’TIC Magazine  : Sur le plan infrastructure l’Algérie est bien lotie (3 opérateurs mobiles et un fixe). Est-ce qu’on mutualisant les infrastructures on aurait gagné en qualité de connexion ? FF  : La mutualisation des stations de base des opérateurs est la solution la plus pertinente pour augmenter la capacité d’accessibilité des usagers aux réseaux des opérateurs. Cette solution technologique peut donc aider à rendre l’utilisateur plus autonome dans sa mobilité et avoir un impact positif dans l’amélioration de la qualité de service. N’TIC Magazine  : Avec les MVNO les choses auraient marché convenablement selon vous ? FF  : Oui. En quelque sorte. Les MVNO peuvent servir à élargir la gamme des services offerts par les opérateurs traditionnels, accroître la flexibilité tarifaire, cibler de nouveaux segments de marché et introduire des services à valeur ajoutée. Dans plusieurs pays, les MVNO ont ajouté de l’eau au moulin des opérateurs physiques pour qu’ils puissent fournir des services spécifiques et surtout cibler de nouveaux segments de marché jamais exploité auparavant. services télécoms communs à des prix imbattables. 25
Beaucoup plus loufoque qu’un Grand Theft Auto, Saints Row est sans doute le GTA-Like le plus populaire de l’univers vidéo ludique. On dit d’ailleurs souvent que l’on peut faire sur Saints Row ce que l’on peut faire uniquement grâce à des cheatcodes sur GTA. Disparu des radars depuis un petit moment, il semblerait que le titre soit enfin de retour. En effet c’est grâce au rapport financier de l’éditeur THQ Nordic que l’on découvre la production d’un éventuel Saints Row V. Ce dernier serait par ailleurs une suite au 4ème opus sortie en 2013 et non un spin-off. Il faudra patienter pour connaitre sa date et support de sortie. NINTENDO DÉVOILE LA SWITCH LITE Après une sortie mondiale en 2017 bien réussie, la firme japonaise Nintendo relance les machines et dévoile la Nintendo Switch Lite. « Une console compacte et légère dédiée au jeu portable », voici comment Nintendo présente cette nouvelle machine. Elle dispose d’un écran LCD de 5,5 pouces (1280 x 720), plus petit que celui du modèle classique donc (6,2 pouces). La principale différence avec sa grande sœur est l’impossibilité de la connecter à un téléviseur via le dock et les commandes directement intégrées. Autrement dit, elle n’embarque pas de Joy-Con détachables. Autre information  : la Switch Lite embarque un processeur « plus efficace » qui permettra de moins sentir l’évacuation d’air chaud sur le dessus de la machine. La console est sortie le 20 septembre et coûte 100 € de moins que la précédente version. cela en vaut-il la peine ? UN NOUVEAU PRINCE OF PERSIA EN DISCUSSION Avec plus de 2 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, Prince of Persia est le plus grand succès de la carrière de programmeur de Jordan Mechner. Dans une conférence donnée au Gamelab de Barcelone, Jordan Mechner répondait à une question qui concernait le développement d’un éventuel nouvel opus de la série Prince of Persia  : « Seriez-vous intéressé à l’idée de travailler sur un nouveau jeu de la série ? ». Sa réponse fut brève, mais claire  : « Oui ». Alors que l’épisode fondateur fêtera bientôt ses 30 ans, Ubisoft ne semble par contre pas très tenté par l’idée pour le moment, il faudra prendre son mal en patience. UN HITMAN 3 EN ROUTE Malgré des ventes relativement décevantes, Hitman 2 n’a visiblement pas découragé les membres de IO Interactive, qui seraient déjà au travail sur le troisième épisode de la licence rebootée en 2016. C’est en vidéo que l’on découvre les travaux du studio, qui semblerait bel et bien travailler un troisième opus de la Saga Hitman, mais aussi d’un nouveau projet secret ! Vu la durée de production de ce type de jeu, il faudra s’attendre à ne pas en entendre parler avant 2020.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :