N’TIC Magazine n°148 sep/oct 2019
N’TIC Magazine n°148 sep/oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°148 de sep/oct 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (220 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : quel état des lieux ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
DOSSIER N’TIC Magazine Sep/Oct 2019 ne date pas d’aujourd’hui. Elle a été souvent dénoncée par les opérateurs qui décriaient la gestion calamiteuse des fréquences radioélectrique. En plus des contraintes réglementaires pour déployer les infrastructures radio, peu d’opérateurs recourent à la mutualisation des infrastructures. Le partage et la mutualisation des infrastructures sont encadrés dans la nouvelle loi sur les communications électroniques, en vigueur depuis mai 2018, qui consacre ainsi le principe l’itinérance nationale. Ces dispositifs réglementaires sont à même, selon les experts, de réduire le nombre et le coût des infrastructures. Sur le terrain, cette pratique est peu usitée. A LA LIMITE DE LA SATURATION Or les opérateurs de téléphonie mobile doivent installer un nombre important de sites radioélectriques (BTS) pour les besoins de densification du réseau. Car, les réseaux frôlent la saturation du fait de la montée fulgurante du trafic de données. La consommation numérique des Algériens explose. Elle concerne surtout le streaming vidéo, de films HD et les plateformes de partage de vidéos. Erreur de prospective ? On se souvient de l’ancien Président de l’ARPCE (ex-ARPT) qui avait misé sur trois millions d’abonnés 3G sur 3 ans, ce qui a été démenti quelques mois plus tard par l’engouement des Algériens pour cette technologie, puisque 8 millions abonnés 3G ont été enregistrés, un an après son lancement. Les Algériens veulent rester connectés, mais ils ne disposent pas de beaucoup de portes d’accès. La congestion des réseaux n’est pas imputable aux équipements, mais plutôt à la demande qui dépasse l’offre, soutiennent les opérateurs. De plus, l’Algérie ne dispose pas de datacenter ni de centre d’échange internet (GIX) qui pourraient permettre de « retenir » une partie des flux dans le pays et atténuer le trafic les données sur le bande passante internationale. Les opérateurs sont sous pression, à telle enseigne qu’ils éprouvent des difficultés à assurer un niveau de qualité correct pour les appels vocaux qui passent par les réseaux 2G et 3G (échecs d’appels, congestion, conversations inintelligibles, etc.) 23
DOSSIER N’TIC Magazine  : Quel état des lieux peut-on faire de l’accès internet en Algérie ? Farid Farah  : Aujourd’hui, en Algérie, les internautes disposent d’un débit de connexion internet qui manque de fiabilité et de rapidité et ne peut donc pas garantir une bonne qualité du service. La gamme des connexions internet est peu large et utilise diverses technologies  : ADSL, fibre optique, 3G et 4G. Avec le développement des services data en entreprise, comme l’e-mailing, les applications métiers et la sauvegarde à distance des données, les connexions internet deviennent de plus en plus critiques. Dans le milieu des entreprises, la connexion internet permet aux différents employés d’exercer en même temps leur métier. Par exemple, les agents commerciaux d’une compagnie multi-site doivent pouvoir accéder à leur plateforme tout au long de la journée sans se concerter alors que le service marketing effectue une opération d’e-mailing et que le service informatique met à jour le site web. Les bonnes caractéristiques techniques du besoin professionnel des connexions internet manquent toujours en Algérie  : faible débit de la connexion, manque de disponibilité, absence de garantie, c’est-à-dire un service continu et un bon débit tout au long de la journée. Pire, la sécurité de ses connexions internet n’est pas garantie. En cas de coupure, la garantie de temps de rétablissement de la connexion n’est toujours pas disponible dans le pays. Il s’agit du délai au-delà duquel l’entreprise peut exiger des pénalités ou compensations financières liées à l’impact de l’interruption de service sur son activité. En général ce temps de rétablissement est de 4 heures. Ce panorama rapide que je viens d’esquisser, présente quelques aspects sur l’accès aux services internet en Algérie. Je me suis beaucoup plus basé sur la connexion professionnelle pour lancer un cri d’alerte sur la régression 24 FARID FARAH ENSEIGNANT-CHERCHEUR ET CONSULTANT IT N’TIC Magazine Sep/Oct 2019 « L’internet en Algérie  : un pas en avant, deux pas en arrière » de l’internet en Algérie. Il est tout de même important de garantir l’éligibilité de l’économie du pays aux différentes technologies d’internet. En clair, l’internet en Algérie  : un pas en avant, deux pas en arrière. N’TIC Magazine  : Pourquoi la connexion internet est lente ? FF  : Aujourd’hui, la vitesse de connexion moyenne augmente dans la quasi-totalité des pays. Mais l’Algérie demeure à la traîne de ses voisins maghrébins. L’incapacité technique des opérateurs à faire face à la croissance du trafic internet mobile en est la principale cause. D’autres facteurs qui freinent la vitesse de la connexion à internet peuvent être cités  : la quasi-totalité des données consommées par les internautes proviennent des serveurs localisés à l’étranger, une bande passante internationale non dégroupée nuit beaucoup aux performances de l’internet mobile ou fixe en matière de débit. N’TIC Magazine  : Est-ce que la qualité de l’offre internet mobile que nous avons est conforme aux standards mondiaux en matière de qualité et prix ? FF  : Absolument pas. Je peux rajouter que les éléments suivants  : Il faut œuvrer à créer de véritables fournisseurs de services de réseaux à haut débit. Ceci nous amène à dire qu’aujourd’hui, en Algérie, l’écosystème de la data mobile est quasi inexistant. En voie de disparition dans d’autres pays, le LTE a été lancé en Algérie dans le but de devenir une porte d’entrée vers un nouvel univers, celui de la data mobile. Avec cette technologie, le temps de réponse d’une connexion sera réduit ouvrant ainsi un nouveau type



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :