N’TIC Magazine n°148 sep/oct 2019
N’TIC Magazine n°148 sep/oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°148 de sep/oct 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (220 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : quel état des lieux ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ENTRETIEN DU MOIS N’TIC Magazine Sep/Oct 2019 Technoparc d’Oran, la réalisation du Technoparc d’Ouargla et la mise en service et le développement du Technoparc d’Annaba. En addition de ces grandes structures qui s’étalent sur une superficie globale de plus de 150 hectares, l’Agence a investi dans la mise en place d’un incubateur à Bordj Bou Arreridj (en coopération avec l’Université de BBA), d’un incubateur à Oran (en collaboration avec l’INTTIC) et un autre à Sidi Bel Abbes qui ouvrira ses portes avant la fin de l’année en cours. N’TIC Magazine  : Différents incubateurs « privés » sont créés ces dernières années. Qu’est-ce qui vous distingue de ces structures privées ? AB  : L’ANPT est une structure de l’Etat algérien, elle est mandatée pour veiller au développement des PME/PMI algériennes respectueuses des lois algériennes. Elle existe depuis 2004. Le fait qu’elle puisse s’autofinancer en 2019 est une preuve de sa pérennité. En fait, la situation de l’agence en termes d’organisation, de force d’intervention et de stabilité financière ne cessent de s’améliorer depuis 2015. Ce n’est pas fortuit de remarquer que 2015 correspond aussi au début de la crise financière que vit notre pays. Elle représente un bon exemple de bonne gestion. Quoi de mieux pour une startup que de progresser dans un environnement stable indépendant des subventions de l’Etat. L’amélioration financière que connait l’Agence depuis 2015 se traduit par une plus grande capacité à prendre en charge les préoccupations des porteurs de projets. Contrairement, aux incubateurs privés, les incubateurs relevant de l’Agence évoluent dans un écosystème complet ; de l’accompagnement des porteurs de projets (formation, coaching, branding, et introduction au marchés) à la concession de terrains pour l’installation de leurs sièges ou unités de productions, en passant par la mise à disposition d’espaces locatifs, l’accès aux plateformes de tests etc. Ceci dit, je dois aussi préciser que les incubateurs relevant de l’ANPT, tout en établissant un benchmark, restent ouverts à toute collaboration avec les autres incubateurs privées ou publics. L’ANPT reste une institution publique, son rôle est la promotion de l’esprit d’entreprenariat technologique et de se fait elle est là pour compléter, assister et veiller à la réussite de toute initiative qui serve l’économie nationale et sa diversification. Tous les autres incubateurs complètent nos efforts, et nous y voyons des partenaires et collaborateurs. Maintenant, s’il y a beaucoup d’initiatives privées visant la création d’incubateurs, tant mieux cela va contribuer à enrichir l’écosystème national. N’TIC Magazine  : Concrètement, comment se déroule l’incubation à votre niveau ? AB  : L’incubation commence par des appels à projets qu’on publie sur notre site web et les réseaux sociaux. Des jeunes viennent avec des idées ou des ébauches d’idées. C’est la pré-incubation. Tout le monde peut postuler, et tous vont être écoutés. L’accès à cette phase est très peu sélectif, ce qui nous intéresse c’est l’engagement du porteur de projet. L’idée est analysée d’une manière sommaire, nous étudions surtout le potentiel large de l’idée. Les porteurs de projets reçus sont accompagnés pendant une période allant de 3 à 6 mois pour transformer leurs idées en business plan. Durant cette phase on leur offre tous les moyens nécessaires pour réaliser cet objectif, comme les formations, le coaching et l’accompagnement pour les aider à voir plus clair dans leurs idées. Au bout de cette première phase de pré-incubation, les porteurs de projets passent devant une commission composée de ressources internes de l’ANPT mais aussi externes, issues de différents secteurs socioprofessionnels (banquiers, chefs d’entreprises, juristes, formateurs, coach etc.). Le porteur de projets présente alors son idée devant ce panel qui juge la recevabilité du projet sur la base de l’engagement du promoteur, du business plan présenté et de la portée économique ou sociale du projet. Les candidats retenus, sont admis à la phase d’incubation. Ils sont tenus de réaliser, durant une période qui ne peut excéder les 6 mois, le premier prototype fonctionnel de leur produit. Durant toute cette période, les porteurs de projets bénéficient d’un accompagnement logistique, technique et managérial. Ils sont coachés et formés dans les métiers de la gestion d’entreprise et reçoivent des formations visant le renforcement de leurs compétences techniques. A la conclusion de la phase d’Incubation, les porteurs de projets, passent encore une fois devant la commission d’évaluation qui aura à juger de la recevabilité du prototype présenté, de sa viabilité économique et de sa pertinence aux besoins du marché ciblé. Les candidats retenus passent en phase de post-incubation où ils 17
ENTRETIEN DU MOIS reçoivent l’assistance nécessaire à la création de leurs entreprises. Un bail de location à zéro dinar leurs est attribué, et une assistance administrative et juridique leur est offerte afin de compléter les procédures de création d’entreprise. Le porteur de projet, et son entreprise, jouissent des avantages que leur octroie le statut de post-incubé pendant une période pouvant atteindre 18 mois. Durant cette période, ils sont amenés à finaliser leur prototype en un produit commercial. L’Agence leur organise des opportunités d’affaires avec des clients potentiels. Durant ces trois phases (pré incubation, incubation et post incubation) les porteurs de projets bénéficient gratuitement des services de l’incubateur. Par exemple, l’incubateur de Sidi Abdallah est doté d’une connexion internet haut débit de 30 Mbps, d’un banc d’essai 4GLTE, d’un centre d’expérience TIC et sera bientôt doté d’un banc d’essai 5G et d’un FABLAB. Un grand projet d’interconnexion entre nos différents incubateurs permettra aux porteurs de projets usant de nos structures distantes de bénéficier des mêmes avantages et ressources. Enfin, au bout des 18 mois, les entreprises en incubation auront la possibilité de migrer vers nos espaces pépinières (espaces startup) où ils pourront disposer d’un espace semi privé assez large pour une équipe de 4 à 6 employés au coût symbolique de 5000 DA/mois. Les entreprises nécessitant plus d’espace pourront postuler aux espaces locatifs disponibles au niveau de nos hôtels d’entreprises (multilocataires) cédés aux prix compétitifs de 1500 DA/m2.mois. Le plus importants pour nous c’est de faire bénéficier les porteurs de projets, les entreprises naissantes, les startups et les PME/PMI de la synergie encouragée par l’interaction résultant de la proximité de tous ces esprits innovants évoluant dans l’écosystème ANPT. N’TIC Magazine  : Combien de startups incubées dans vos structures ? AB  : Depuis le début des activités en 2012, les incubateurs de l’ANPT ont accompagné plus de 350 projets innovants. Durant la seule période 2017/2018, plus de vingt startups sont sorties de notre incubateur de Sidi Abdellah, 25 sont en phase d’incubation et 25 autres en phase de startups. Nous pouvons faire plus sur le plan quantitatif, mais nous voulons être plus sélectif et essayer d’orienter les jeunes vers des projets à haute valeur ajoutée et de portée stratégique, dans les domaines de l’Intelligence Artificielle et l’IoT. 18 N’TIC Magazine Sep/Oct 2019 N’TIC Magazine  : Quel bilan en faites-vous depuis la création de l’ANPT ? AB  : Depuis la création de l’ANPT, à Alger seulement, plus de 330 porteurs de projets sont passés par nos structures avec un taux de réussite avoisinant les 50%. Plus d’une centaine de startups qui ont vu le jour à l’ANPT sont toujours actives et contribuent à l’économie nationale. La difficulté d’accès au site de Sidi Abdellah a fait que certaines se sont relocalisées ailleurs ; malheureusement, plusieurs ont été attirées vers d’autres cieux. Nous essayons par tous les moyens de sensibiliser les autorités compétentes sur la nécessité de valoriser nos sites, et plus spécialement celui de Sidi Abdallah. La difficulté d’accès reste un réel problème. La mise en service de la ligne ferroviaire Alger-Zeralda a un peu amélioré la situation, mais la non régularité du service diminue de son utilité. Nonobstant, l’ANPT renforce ses propres moyens de transports pour palier à ce déficit. N’TIC Magazine  : Il y a une année, vous avez déclaré que l’ANPT est parvenue à s’autofinancer… AB  : L’ANPT a affiché son premier bilan positif en 2016, cette année correspond aussi à l’année de l’arrêt de toutes les subventions de l’Etat. L’ANPT a su maintenir ses bilans positifs depuis. Mieux, elle les a améliorés en atteignant une croissance annuelle moyenne de 12%. Cet objectif fut atteint en améliorant les conditions de travail au sein de l’Agence ce qui a permis la mobilisation de tous les employés et, en renforçant la qualité de la ressource humaine par le recrutement de jeunes hautement qualifiés. En termes de chiffres, en décembre 2015, l’Agence comptait 121 employés et disposait d’une liquidité de deux mois de salaires, aujourd’hui elle compte 181 employés (plus de 300 en comptant ses filiales) et dispose d’une liquidité de plus de 18 mois de salaires. La réussite de l’Agence est aussi attribuée au rajeunissement de son staff. La moyenne d’âge est aujourd’hui de 39 toutes catégories confondues et de 35 ans pour les cadres. Notons aussi que sur les 9 directions que compte l’Agence, 3 sont gérées par des femmes. Pour dire que la réussite de l’Agence trouve toute son explication dans le recrutement des jeunes compétences algériennes. L’engagement de ces jeunes cadres et leur force de suggestion et de créativité ont permis la transformation de toutes les directions en des centres de revenus alors que le modèle économique



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :