N’TIC Magazine n°138 septembre 2018
N’TIC Magazine n°138 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°138 de septembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Med&Com

  • Format : (210 x 287) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : quels financements pour les startups en Algérie ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
EVENT DES ÉTUDIANTS ALGÉRIENS BRILLENT EN ARABIE SAOUDITE ET CRÉENT L’APPLICATION « RO’AA MECCA » La ville de Jeddah accueillait début août le premier Hackathon d’Arabie Saoudite, dédié totalement au pèlerinage musulman. Environ 3000 participants, des développeurs, des ingénieurs, des experts mais aussi des amateurs et des étudiants, ont planché durant 36 heures sur des solutions informatiques à même THE ADDRESS Cpworking Space L’Algérie a fait sensation au premier Hackathon dédié au Hadj, en Arabie Saoudite. Une équipe de développeurs algériens a décroché la troisième place, derrière les Saoudiens et les Égyptiens, grâce à une application, « Ro’aa Mecca » qui permet de collecter et de transmettre les impressions des Hadjis en temps réel, tout au long du pèlerinage. Par Rabah Meziane de prévenir les accidents mortels pendant l’accomplissement du 5ème pilier de l’Islam. Rassemblés autour de 800 équipes et autant d’idées, les participants pouvaient développer une solution axée sur la santé, l’organisation des voyages, les transports, l’hébergement ou la gestion financière, entre autres. La première place est revenue aux Saoudiens, talonnés par les Égyptiens à la deuxième place. Quant à la dernière marche du podium, elle a été arrachée par de... jeunes étudiants algériens, à la surprise générale. P.10 N’TIC Magazine Aout/Septembre 2018
EVENT LE GÉNIE ALGÉRIEN DÉFIE LES GÉANTS JAPONAIS ET INDIENS Plusieurs équipes algériennes, pour la majorité des étudiants, ont pris part à ce Hackathon mais seulement six ont réussi à atteindre le TOP 90, puis deux le TOP 10 avant qu’une seule et unique équipe n’atteigne le podium. Il s’agit du Club Scientifique de l’Ecole Supérieure d’Informatique (ESI), qui a décroché la troisième place pour remporter 350.000 rials saoudiens. Les étudiants algériens ont développé l’application مكة « ‏ ‏ » رؤى (Roaa Mecca), qui permet de transmettre et de collecter les impressions des Hadjis tout au long du pèlerinage. Mais avant de détailler le concept, très simple mais pourtant novateur de cette application, MohamedChems Eddin Belkhir, Noureddine Metourni, Assia Zemir, Yasser El Habib Drif et Foudil Redaoui ont raconté à N’TIC Magazine leur expérience tout au long du Hackathon. Celui-ci se déroulait en trois jours. N’TIC Magazine Aout/Septembre 2018 « La première journée, nous avons surtout travaillé sur l’idée de notre projet », explique Assia Zemir. Et la pression était déjà à son comble. « Nous avons passé toute cette phase du Hackathon à analyser notre idée, la débattre pour en tirer un projet original ». « Nous devions analyser chaque aspect du projet et il ne fallait omettre aucun détail », renchérit MohamedChems Eddin Belkhir. « La compétition se jouait à quelques détails. Un simple mauvais choix de terminologie suffisait à nous éliminer. Parce que techniquement, nous faisions face à des maîtres dans le domaine ». Une fois leur idée validée, le Club Scientifique de l’ESI pouvait déjà se réjouir de ce premier succès. « Durant les présentations, plusieurs idées se répétaient. Nous étions probablement la dernière équipe à valider notre idée. Heureusement, nous avons réussi à trouver un concept unique, ce qui était déjà énorme à nos yeux. Nous avons pu l’argumenter et le critiquer entre nous avant de nous présenter face au jury ». S’ils étaient habitués à organiser des Hackathons en Algérie, les étudiants algériens étaient peu habitués à y participer. « Lors de la première présentation, nous étions très stressés », raconte encore Assia. « Nous avons vu par la suite la réaction du jury et des autres participants, ce qui nous a soulagés un peu. Toutefois, après avoir accédé au TOP 10, le stress a franchi un autre cap (rires) », dit-elle. Et c’était légitime. La mission devenait encore plus compliquée pour ces jeunes étudiants de l’ESI, qui ont réalisé un exploit. « La plupart des Algériens étaient de jeunes étudiants. Nous étions la seule équipe à se qualifier au TOP 3 mais y avait une autre équipe dans le TOP 10 et 6 équipes algériennes dans le TOP 90. Ce qui est un exploit, puisque, par exemple, l’Egypte participait avec 600 développeurs ». Toutefois, les autres participants étaient d’un tout autre grade. « Nous étions concurrencés par des Japonais, des Indiens, qui sont d’ailleurs connus pour être parmi les meilleurs au monde dans ce domaine », explique P.11 MI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :