Multiprise n°7 sep/oct/nov 2007
Multiprise n°7 sep/oct/nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de sep/oct/nov 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,4 Mo

  • Dans ce numéro : La Bergerie, lieu d'art contemporain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Kakaka ssel.. Je me suis rendu - quasi « religieusement »­ - à Kassel, comme je le fais depuis un quart de siècle, en me demandant ce qu'avaient bien pu nous concocter les deux commissaires pour cette édition. (Je dis deux, car au-delà du peu d'informations précises sur l'événement, on était averti que Roger M. Buergel avait opéré en totale connivence avec sa femme Ruth Noack, ce sur quoi il n'y a, bien entendu, rien à dire). Pour l'anecdote, il il faisait froid et humide -aléas de cet été pourri dans une planète en réchauffement constant et paradoxal- mais, à la réflexion rétroactive, je ne pense pas que cela ait beaucoup influencé mon« «jugement jugement», in situ et puis après... Edition affligeante, inepte, désolante, rageante, je je ne sais plus trop quels qualificatifs conviendraient Le le mieux pour décrire ce, ce.... néant ? Car le problème est plutôt, il n'y a rien à dire, circulez, y'a rien à voir, au bout du compte tout est nul plutôt que faux ou, pour être le Le mieux intentionné à l'égard des impétrants, maladroit, bien-mal pensant, plein d'intentions et de velléités du genre.. non, rien, vraiment rien... total poubelle... Je suis revenu plus que dubitatif sur cette espèce de chose, que j'ai emballé au demeurant en une petite journée, un timing certainement représentatif de la vacuité du machin, alors qu'il me fallait, de coutume, deux journées pleines pour arpenter et consulter le tout, même si je ne suis pas un fana des obligations grand écran 1 . Craignant de m'être trompé, j'ai pris le parti d'aller consulter ce que disaient mes confrères dans la presse quotidienne, ou, exceptionnellement, dans les Les magazines artistiques. J'avoue que j'ai dû attendre un certain temps, car, une fois retranscrites les banalités communicationnelles ante vernissage que l'on trouve ressassées dans tous supports acceptant cette aune médiatique ; de commentaire « critique », nenni, ou peu, ou alors assez tard déjà, et en général, pas de pleines pages, sinon quelques articles synthétiques dans les angles... Et là, pas de quartier, du dégommage en ligne, plus ou moins poli, plus ou moins assassin, mais au bout du compte, aucune rémission!! Même l'austère New York Times, sous la plume de Holland Cotter, avoue, après moult tergiversations, que c'est un loupé Loupé et qu'on ne sait trop, au bout du (mé)compte, (mélcompte, à quel saint bien intentionné se vouer, ni dans quel sacré sens ou vers quoi tracer un semblant de cohésion entre l'hétérogénéité brouillonne des oeuvres œuvres (ex)posées. Son de cloche quelque peu similaire sous la plume d'Emmanuelle Lequeux, dans Le Monde vénérable, qui parle de « piètres mises en scène » et qui ne voit vraiment pas comment lier la sauce génératrice des intentions commissariales, visant, excusez du peu, à interroger le Le comment d'un faisceau prétendument dialectique entre la « question de la modernité, la vie nue (sic), l'éducation ». C'est un peu plus sans appel dans l'article de Libération, où Eric Loret se délecte de défiler les perles commises par les mêmes coupables, en feignant de se demander si leur prétendue prétention de faire surgir « l'expérience L'expérience d'une mise à l'épreuve L'épreuve des concepts d'œuvres d'oeuvres d'art et de public » ne soulève pas plus intrinsèquement la vieille lune de« « l'art ou du cochon». Et d'emballer le tout dans une assertion irrévocable mettant à nu l'ennui que génère ce« « néoclassicisme »,, car, une fois décryptées quelques unes des prestations, on ne peut s'interroger qu'avec lui sur le fait que « l'art globalisé (semble) aussi rasoir et douteux que le réalisme socialiste» » !!! ! Le pompon de mes lectures est cependant celle de La la livraison, bien plus longue, de Paul Ardenne dans L'Art L.:Art Même bruxellois. Là, c'est carrément à la La tronçonneuse que ça débite, et je dois dire que je me suis« « régalé » ! Ca commence par situer assez justement le contexte interventionniste du duo des curateurs comme étant celle d'une« « gauche bo-bo » de bon aloi et sa volonté réparatrice d'appliquer « urbi et orbi » une correction magistrale et oecuménique. œcuménique. A preuve la priorité donnée à cet événement d'être «sans forme» ? C'est vrai que ça fait un peu croquignolet et qu'on se demande d'emblée, pourquoi s'être aventuré alors à Lui lui donner
1 Vue de la Documenta - Halle, oeuvres de Cosim Coslm Von Bonln, Bonin, Anatoli Osmolovsky, Peter Friedl, Gartenteppich. du/des contenus ? Ou plutôt, quel type d'œuvres? d'oeuvres ? Forcément périphériques, pas de stars, davantage de révisions historiques et autres prestations « moyennes »... » Enoncé comme tel, c'est vraiment mal parti, et la La vérification consumériste du visiteur ne peut que confirmer cette piètre analyse didacticodiplomatico-démagogique :: on s'exaspère didactico- dans la lassitude Lassitude ressentie et la La banalité (ré)prouvée [ré)prouvée des oeuvres œuvres proposées, comme on se délite dans l'inanité L'inanité des parcours et des salles remplies à tort et à travers. Car, en effet, dans le fatras sélectionné, et contrairement à ce que peut prétendre le Le couple signataire, peu qui nous fasse vibrer les Les mirettes ; et Ardenne a raison d'asséner qu' « objectivement, il il n' y a là Là pas grand chose de marquant ou de novateur sur le Le plan de La la qualité». Le principal responsable de tout cela, de ce mélange d'un tiers de « << contemporain », d'autant de « moderne » et enfin d'historicité mondialiste, à croire l'auteur L'auteur de l'article, L'article, sont les Les fameuses Cultural Studies et tout le mal que l'on L'on sait qu'elles se donnent à ne pas différencier tout type de production. Que nous devions prendre acte que La la notion occidentale de de l'art bat de l'aile depuis quelques décennies, et que l'humanité a créé en tous Lieux lieux et tous temps, ça fait un certain temps que nous le Le savons, merci. Que ce soit un peu too much de voir que cet élargissement explicitement économiste v1enne vienne palier globalement la déroute limitrophe Limitrophe de ce même occident, continuons à en débattre, thanks again. Quant à tout avaliser sous couvert de nous [dé)culpabiliser (dé)culpabiliser davantage, pourquoi pas, pour autant que ça affiche un soupçon de pensée, de potentialité et de questionnement. Pour le Le coup, que couic, et, pour en finir une bonne fois en se disant que ça n'en méritait peut-être pas tant, il suffit encore d'aller vérifier les noms des artistes qui ont été malgré tout cités dans les articles sollicités et vérifier que l' L' « art et et le le cochon», ou les« « goûts et les couleurs »n'ont (presque) [presque) jamais autant signifié qu'ici, sinon pour en extraire de prudentes considérations qui prennent acte des méfaits de l'âge chez Eleanor Antin, Martha Rosier ou Sanja lvekovic,des Ivekovic,des absurdités aimables du mimétisme d'un Poul Cernes, Gernes, d'un Cosima Von Bonin ou d'un John McKracken, et sauver malgré tout qui Harun Farocki, qui Abdoulaye Konaté, quasi tous Zoe Leonard, et dans la même foulée s'essayer au moins à sourire devant L'empilement l'empilement de chaises dialogiques de Ai Weiwei... On ne peutprévoirquellesseront prévoirquellesseront Les les intentions des prochains nominés pour L'édition l'édition future, mais il serait justifié de ne pas se baser que sur le score de visiteurs de celle-ci pour croire que le n'importe quoi peut suffire eu égard au Label label jusqu'ici imputrescible de la Documenta... Ramon Tio Bellido 1 Je suis en effet plutôt« « art,. » que" « spectacle ... », mais j"ausculte j'ausculte et observe, lorsque de besoin, la litanie de vidéos/films qu 'on veut nous soumettre, comme dans le cas de la dernière prestation outrageusement classique d'Okwui Enwezor, mais là, je dois avouer que j'ai squizé les séances cinéma, car totalement impensable!!! 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :