Multiprise n°6 jun/jui/aoû 2007
Multiprise n°6 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 16,6 Mo

  • Dans ce numéro : Unité de production Koulechov, société de propagande.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20... Regard sur... rAtelier Blanc Cet été, au détour du Chemin de La Rive droite à Villefranche-de-Rouergue, vous au rez peutêtre La chance de croiser Damien Cabanes peignant Les berges de L'Aveyron, mais à coup sûr vous y rencontrerez, non Loin de Là, André Villemagne dans son Luxuriant potager. Avancez-vous... ça y est vous y êtes ! A L'Atelier Blanc, ce grand abri de jardin transformé en galerie associative. En seulement deux ans, La présidente Pierrette ViLLemagne et ses membres ont fait de ce Lieu, un endroit incontournable de l'art contemporain en Aveyron. Rencontre avec ce couple de passionné, pour découvrir et comprendre Le succès croissant de cette association. Comment est né L'Atelier Blanc ? Pouvez-vous nous parler plus en détail de L'association et tout particulièrement de ce Lieu atypique ? En décembre 2004, l'association L'Atelier Blanc a été créée par un groupe d'amateurs villefranchois, tous passionnés d'art contemporain. Notre désir commun a été de faire partager cette passion aux habitants d'une région un peu défavorisée à ce niveau et de familiariser Les jeunes aux pratiques artistiques. IL s'est trouvé que mon mari et moi avions disponible une ancienne grange sur Les berges de L'Aveyron, en plein cœur de Villefranche : nous L'avons mise à disposition pour créer une galerie associative. Comment expliquez-vous le succès rapide et grandissant de L'Atelier Blanc ? Je pense que L'Atelier Blanc répondait à une attente, à un besoin du public de l'Ouest Aveyron. De plus, dès la première année, nous avons été soutenus par les institutions et des sponsors privés. Enfin, nous sommes exigeants dans nos choix et motivés !.. Vous-même êtes collectionneur, votre réseau et votre passion pour la création contemporaine vous ont-ils aidé à définir vos objectifs ? Quel type de création intéresse l'Atelier Blanc ? Comment s'opère la conception de vos choix artistiques ? Nous ne sommes pas collectionneurs au sens propre du terme. Nous avons quelques œuvres de très peu d'artistes qui sont nos amis et avec Lesquelles nous aimons vivre elles nous ramènent à eux, à Leur monde et à Leur personnalité. C'est, certes, grâce à eux que nous nous sommes intéressés à L'art contemporain, mais nos choix dépassent ce clivage.L.:association l'Atelier Blanc choisit en priorité des artistes professionnels vivants pour montrer une création contemporaine diversifiée et de qualité. IL y a beaucoup d'artistes de valeur qui ont d'énormes difficultés à trouver des lieux d'exposition : très modestement, nous essayons de Les aider. Pouvez-vous nous présenter un bilan de L'activité de l'Atelier Blanc, au bout de ces deux années d'existence ? En 2005, nous avons organisé quatre expositions parmi lesquelles celle de Xavier Drong, prix Fénéon 2003. En 2006, six expositions se sont succédées dont une a été accompagnée par L'édition d'un catalogue [Fabienne Gaston-Dreyfus) ; de plus, autour du travail d'Anne Rochette, Philippe Cyroulnik a donné une conférence sur La sculpture contemporaine. Nous avons aussi participé aux Photofolies de Rodez avec L'exposition d'André Avril. Sur les deux ans, 6000 visiteurs sont passés à l'Atelier Blanc. Pouvez-vous nous parler de vos prochains exposants ? Quels seront les temps forts de la saison à venir ? A partir du 12 mai, les peintures figuratives à la détrempe de François Cabrit cohabitent avec les volumes de Patrick Condouret. Le 6 juillet les paysages abstraits de New­ York de Robert Janitz investissent tout L'espace.L.:été se terminera par Les portraits figuratifs, sorte d'études sociales du peintre Elzevir. Cette exposition sera clôturée, le 16 septembre, par un spectacle d'improvisation de danse contemporaine, dans le jardin, par la
Compagnie Djalma de Berlin. Tout cela, avant de passer à la saison d'automne qui commencera par l'exposition photographique de Corinne Mercadier:. Vous êtes très ouvert aux passerelles qui peuvent être faites entre différents lieux. Vous avez d'ailleurs déjà eu l'occasion de proposer une exposition commune de Patrick Dekeyser avec la Menuiserie à Rodez et un partenariat autour du travail de Claudine Capdeville avec l'espace Ecureuil à Toulouse. Allez-vous continuer dans ce sens ? Bien sûr, le travail en réseau est quasi obligatoire aujourd'hui : il donne beaucoup plus de force à chaque structure et renvoie les publics d'un lieu à un autre. Actuellement, vous investissez le potager et la galerie avec un travail en volume de 1 François Clbrlt, Chatftubriand, peinture à la détrempe, 2007 Patrick Condouret et des peintures de François Cabrit, pouvez-vous nous en parler ? Envisagez-vous de développer de véritables dialogues artistiques tels que vous le proposer en ce moment ? c est vrai, le travail de François Cab rit et celui de Patrick Condouret sont très différents quant au résultat : toiles figuratives d'un côté, volumes de l'autre. Mais, en approfondissant le travail de Patrick Condouret on voit le dessin qui parcourt et délimite ses constructions ainsi que la peinture qui apparaît, en utilisant presque des moyens détournés. Or, peinture et dessin sont la base de l'œuvre de François Cabrit. Et puis, un des objectifs de l'Atelier Blanc n'est-il pas de montrer l'art contemporain dans toute sa diversité ? Propos recueillis par Carole Bouzid 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :