Multiprise n°6 jun/jui/aoû 2007
Multiprise n°6 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 16,6 Mo

  • Dans ce numéro : Unité de production Koulechov, société de propagande.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Claude Lévêque s'expose au Mou Un Albigeois Au crépuscule du Cathare Crépuscule :n.m. (lat. crépusculum) 1. Lueur atmosph.rique lorsque le soleil se couche (crépuscule du soir) ou se LM (cripuscu le du matin). 2. Tombée dela nuit. 3. Utt. Oéclil Le crépuscule de la vie. Jaguar : n.m. (mot tupi-guarani). Mammilltre carnivore de l'Amérique du Sud, voisin de la p ; mlhènt, il liches ocellées. (Long. 1,30 menv.l Le crépuscule du jaguar : exposition estivale de l'artiste Claude Lévêque, aux Moulins Albigeois à Albi. Le crépuscule du Jaguar : 4 termes pour signifier l'installation in situ que nous présente cet été aux Moulins Albigeois, l'artiste à renommée internationale qu'est Claude Lévêque. 4 termes pour définir une ambiance, celle dans laquelle nous pénétrons, faite de lumière - crépusculaire soit elle - et d'animalité, de bestialité, de violence, peut être même d'animosité, celle que les êtres dits humains, s'attachent à perpétuer depuis l'aube des temps. La question est de savoir si l'artiste « donne à vivre » le crépuscule du matin ou celui du soir : sommes-nous à la fin d'un cycle ou à son renouveau ? Tous les jours se suivent mais ne se ressemblent pas, alors qu'en sera-t-il de demain ? La lumière se distille, le son se diffuse et l'installation en émerge. Comme un clip des années 80 dans lequel le spectateur s'immerge, tout en saturation, tout en musique, mais quel en est le véritable chorégraphe ? Les installations de L'artiste donnent une impression, une vision, une représentation, une version : les siennes ; une résultante, une sorte d'émulsion : les nôtres. Comme un récépissé grâce auquel le visiteur serait obligé de reconnaître que l'homme est l'égal de l'animal, espèce carnassière en voix de disparition. LorsqueC.L. s'installe en un lieu, il y installe son ressenti traduisant ses émotions par un langage visuel et sonore. Parlerons-nous la même langue ? Peu importe, l'essentiel étant de se comprendre, de « communiquer », ou de mettre en commun des émotions, de transmettre et partager.L.:homme reste indissociable de l'espace dans lequel il vit et se conditionne, de l'environnement au sein duquel il construit Histoire et Avenir : c'est là, la première vérité à laquelleC.L. semble vouloir nous confronter. Lorsqu'on entre aux Moulins Albigeois, c'est d'abord un bruit qu'on entend, celui du Tam jouxtant. Ensuite, c'est l'humidité qui remonte. Puis enfin, c'est ce rapport à la lumière qui domine et bouscule les repères spatiaux. Comme une obscurité profonde, au sein de laquelle le mythe platonicien de la caverne prendrait sens. Une « caverne architecturée » de la Culture, baignant dans La noirceur de ce que l'homme voudrait se cacher à lui même, où sa vraie nature resterait enfouie. Mais quelle expérience reste sienne : celle de l'intelligible ou celle du sensible ? Le monde des idées restera t'il à la hauteur de ce que l'on appelle Culture ? Subira-t-illes pressions de l'eau où celle d'une autre nature ? Le paradoxe que met ici en lumièreC.L. est celui du conflit qui oppose Nature et Culture : les lieux de la Culture échappent-ils à leur vraie nature ? Cette antinomie est celle que relève l'artiste en s'attachant à l'histoire du site, à son emplacement stratégique et économique : la violence de l'eau mise au profit de l'homme ; le danger omniprésent avec ses risques d'inondations ; la Nature qui veut reprendre ses droits.C.L. fait aussi référence aux cathares qui font partie intégrante de l'histoire albigeoise, et déclare même proposer ici une métaphore du mythe cathare, due aux traces laissées par cette idéologie territoriale à l'heure de son anéantissement politique et religieux. Reste à savoir si l'on doit y voir s'y refléter un quelconque parallèle avec l'actualité, une sorte de purification des passions afin de se libérer de ses propres affects : le mythe cathare ou la catharsis ? Aude Fournié 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :